F-2.1 - Loi sur la fiscalité municipale

Texte complet
chapitre F-2.1
Loi sur la fiscalité municipale
FISCALITÉ MUNICIPALE21 décembre 197921 décembre 1979
Le ministre des Finances exerce les fonctions du ministre du Revenu prévues à la présente loi. Décret 55-2016 du 3 février 2016, (2016) 148 G.O. 2, 1272.
CHAPITRE I
INTERPRÉTATION ET APPLICATION
1991, c. 32, a. 1.
1. Dans la présente loi, à moins que le contexte n’indique un sens différent, on entend par:
«bâtiment» : un immeuble, autre qu’un fonds de terre, visé à l’article 900 du Code civil;
«Commission» : la Commission municipale du Québec;
«Communauté» : la Communauté urbaine de Montréal, la Communauté urbaine de Québec ou la Communauté urbaine de l’Outaouais;
«greffier» : le greffier, le secrétaire-trésorier, le trésorier ou le secrétaire d’une municipalité locale ou d’un organisme municipal responsable de l’évaluation, selon le cas;
«immeuble» :
1°  tout immeuble au sens de l’article 900 du Code civil;
2°  tout meuble, sous réserve du troisième alinéa, qui est attaché à demeure à un immeuble visé au paragraphe 1°;
«ministre» : le ministre des Affaires municipales et de la Métropole;
«occupant» : une personne qui occupe un immeuble à un autre titre que celui de propriétaire ou, dans le cas d’un établissement d’entreprise, la personne qui y exerce une activité donnant ouverture à l’assujettissement à la taxe d’affaires ou au paiement d’une somme qui en tient lieu;
«organisme municipal responsable de l’évaluation» : une Communauté, une municipalité régionale de comté ou une municipalité locale à l’égard de laquelle une Communauté ou une municipalité régionale de comté n’a pas de compétence en matière d’évaluation;
«organisme public» : l’État, la Couronne du chef du Canada ou l’un de leurs mandataires, une municipalité, une Communauté, une fabrique, une régie intermunicipale ou une commission scolaire;
«personne» : une personne, y compris une société;
«propriétaire» :
1°  la personne qui détient le droit de propriété sur un immeuble, sauf dans le cas prévu par le paragraphe 2°, 3° ou 4°;
2°  la personne qui possède un immeuble de la façon prévue par l’article 922 du Code civil, sauf dans le cas prévu par le paragraphe 3° ou 4°;
3°  la personne qui possède un immeuble à titre de grevé de substitution ou d’emphytéote, ou, dans le cas où il s’agit d’une terre du domaine de l’État, la personne qui l’occupe en vertu d’une promesse de vente, d’un permis d’occupation ou d’un billet de location;
4°  la personne qui possède un immeuble à titre d’usufruitier autrement que comme membre d’un groupe d’usufruitiers ayant chacun un droit de jouissance, périodique et successif, de l’immeuble ;
«rôle» : le rôle d’évaluation foncière ou le rôle de la valeur locative;
«roulotte» : une remorque, semi-remorque ou maison mobile utilisée ou destinée à être utilisée comme habitation, bureau ou établissement commercial ou industriel et qui n’est pas devenue un immeuble;
«service municipal» : le service d’eau, d’égout, de police, de sécurité-incendie, de loisirs, d’activités culturelles, de voirie, d’enlèvement ou d’élimination des déchets, d’éclairage, d’enlèvement de la neige ou de vidange des installations septiques, fourni par une municipalité, une Communauté ou une régie intermunicipale;
«taxe foncière» : une taxe ou une surtaxe imposée par une municipalité locale ou une commission scolaire sur un immeuble ou, pourvu qu’elle soit imposée indépendamment de l’usage qui est fait de l’immeuble, à l’égard de celui-ci;
«télécommunication» : la transmission ou la diffusion de sons, d’images, de signes, de signaux, de données ou de messages par fil, câble, ondes ou autre moyen électrique, électronique, magnétique, électromagnétique ou optique;
«Tribunal» : le Tribunal administratif du Québec.
Pour l’application de la présente loi, le Conseil scolaire de l’Ïle de Montréal est assimilé à une commission scolaire.
Dans le cas d’un immeuble que visent le paragraphe 1° de la définition du mot « immeuble » prévue au premier alinéa et l’un des paragraphes 1°, 1.2°, 2.1° et 13° à 17° de l’article 204, le paragraphe 2° de cette définition est censé ne permettre de considérer immeubles que les meubles visés qui assurent l’utilité de l’immeuble, les meubles qui, dans l’immeuble, servent à l’exploitation d’une entreprise ou à la poursuite d’activités étant censés demeurer meubles.
1979, c. 72, a. 1; 1985, c. 27, a. 87; 1986, c. 34, a. 1; 1987, c. 23, a. 76; 1988, c. 84, a. 613; 1990, c. 85, a. 111; 1991, c. 29, a. 10; 1991, c. 32, a. 2; 1993, c. 19, a. 1; 1994, c. 30, a. 1; 1997, c. 43, a. 257; 1999, c. 31, a. 1; 1999, c. 40, a. 133; 1999, c. 43, a. 13; 2000, c. 54, a. 37.
1.1. La présente loi s’applique sur le territoire de toute municipalité locale du Québec, à l’exception d’un village nordique, cri ou naskapi.
Toutefois, l’exception prévue au premier alinéa s’applique sous réserve de l’article 60 de la Loi sur les villages cris et le village naskapi (chapitre V‐5.1) et de l’article 237 de la Loi sur les villages nordiques et l’Administration régionale Kativik (chapitre V‐6.1).
1991, c. 32, a. 3; 1996, c. 2, a. 682.
2. À moins que le contexte n’indique le contraire, une disposition de la présente loi qui vise un immeuble, un meuble, un établissement d’entreprise ou une unité d’évaluation est réputée viser une partie d’un tel immeuble, meuble, établissement d’entreprise ou unité d’évaluation, si cette partie seulement entre dans le champ d’application de la disposition.
1979, c. 72, a. 2; 1991, c. 32, a. 4; 1999, c. 40, a. 133.
3. Nulle action, défense ou exception, fondée sur l’omission de formalités, même impératives, dans un acte d’une Communauté, d’une municipalité, d’une commission scolaire, d’un de leurs fonctionnaires ou d’un évaluateur, n’est recevable à moins que l’omission n’ait causé un préjudice réel, ou à moins qu’il ne s’agisse d’une formalité dont l’inobservation entraîne, d’après les dispositions de la loi, la nullité de l’acte où elle a été omise.
1979, c. 72, a. 3; 1991, c. 32, a. 5.
CHAPITRE II
COMPÉTENCE
4. Une Communauté a compétence en matière d’évaluation à l’égard d’une municipalité locale dont le territoire est compris dans le sien.
1979, c. 72, a. 4; 1991, c. 32, a. 6.
4.1. Une municipalité locale dont le territoire est compris dans celui de la Communauté urbaine de l’Outaouais peut, avec l’approbation du gouvernement, décréter qu’elle se soustrait à la compétence de la Communauté.
Le greffier de la municipalité doit transmettre à la Communauté, par huissier ou par courrier recommandé ou certifié, une copie certifiée conforme de la résolution adoptée en vertu du premier alinéa. Le ministre doit informer la municipalité et la Communauté, par écrit, de la décision du gouvernement.
Si la résolution est approuvée par le gouvernement, la Communauté cesse d’avoir compétence, à l’égard de la municipalité, à compter du 1er janvier suivant l’expiration de la période de 12 mois qui suit le jour de la réception par la Communauté de la copie de la résolution.
Dans le cas prévu au troisième alinéa, la municipalité n’est pas tenue de contribuer au paiement des dépenses de la Communauté faites, en matière d’évaluation, pour tous les exercices financiers à compter du premier qui commence après l’expiration de la période de 12 mois visée à cet alinéa. Toutefois, elle doit payer à la Communauté, le cas échéant, une somme couvrant les dépenses que celle-ci doit faire pour garder en fonction un employé dont les services, en raison de la décision de la municipalité, ne sont plus requis, pour mettre fin à l’emploi de ce dernier ou pour conserver un équipement ou du matériel devenu, pour la même raison, inutile ou d’une capacité excédant les besoins.
Dans le cas prévu au troisième alinéa, la municipalité doit payer à la Communauté sa quote-part des dépenses faites par celle-ci, en matière d’évaluation, pour tout exercice financier antérieur à ceux visés au quatrième alinéa.
Le troisième alinéa ne s’applique pas si la résolution adoptée en vertu du premier alinéa est abrogée et si une copie certifiée conforme de la résolution d’abrogation est transmise à la Communauté, de la manière prévue au deuxième alinéa, avant l’échéance fixée conformément à un règlement adopté en vertu du paragraphe 3° du septième alinéa ou, à défaut d’un tel règlement, avant le 1er janvier qui suit l’expiration de la période de 12 mois visée au troisième alinéa. La résolution d’abrogation ne requiert pas l’approbation du gouvernement; le greffier de la municipalité doit toutefois en transmettre une copie certifiée conforme au ministre.
Le conseil de la Communauté peut, par règlement:
1°  prévoir les règles permettant d’établir la somme visée au quatrième alinéa ou la quote-part visée au cinquième alinéa;
2°  prévoir les conditions et modalités du paiement de cette somme ou de cette quote-part, y compris l’intérêt applicable lorsqu’elle est exigible;
3°  fixer l’échéance avant laquelle une copie certifiée conforme de la résolution abrogeant celle adoptée en vertu du premier alinéa doit être transmise à la Communauté, de la manière prévue au deuxième alinéa, pour éviter l’application du troisième alinéa.
1990, c. 85, a. 112; 1991, c. 32, a. 7.
5. Une municipalité régionale de comté a compétence en matière d’évaluation à l’égard d’une municipalité locale, autre qu’une municipalité régie par la Loi sur les cités et villes (chapitre C‐19), dont le territoire est compris dans le sien.
Toutefois, elle a compétence à l’égard d’une municipalité régie par la Loi sur les cités et villes dont le territoire est compris dans le sien et était entièrement assujetti à la compétence en matière d’évaluation d’une corporation de comté immédiatement avant la cessation de l’existence de celle-ci. Elle a également compétence, à l’égard d’une municipalité régie par cette loi dont le territoire est compris dans le sien, à la suite de l’application des articles 678.0.1 à 678.0.4 du Code municipal du Québec (chapitre C‐27.1).
Seuls les représentants des municipalités locales assujetties à la compétence de la municipalité régionale de comté en vertu du premier ou du deuxième alinéa sont habilités à participer aux délibérations et au vote du conseil de celle-ci quant à l’exercice des fonctions relatives à l’évaluation. Seules ces municipalités locales participent au paiement des dépenses découlant de cet exercice. Elles ne peuvent exercer, à l’égard de ces fonctions, le droit de retrait prévu au troisième alinéa de l’article 188 de la Loi sur l’aménagement et l’urbanisme (chapitre A‐19.1).
1979, c. 72, a. 5; 1988, c. 76, a. 14; 1991, c. 32, a. 8; 1996, c. 2, a. 683.
6. Une municipalité locale non assujettie à la compétence d’une Communauté ou d’une municipalité régionale de comté en matière d’évaluation a cette compétence à son propre égard.
Une municipalité régionale de comté agissant à titre de municipalité locale quant au territoire non organisé compris dans le sien, conformément à la Loi sur l’organisation territoriale municipale (chapitre O‐9), est visée par le présent article plutôt que par l’article 5.
1979, c. 72, a. 6; 1991, c. 32, a. 8.
7. Lorsque, à la suite d’un regroupement ou d’une annexion, le territoire entier d’une municipalité locale cesse d’être assujetti à la compétence d’un organisme municipal responsable de l’évaluation et devient assujetti à celle d’un autre, les conditions du transfert sont décidées d’un commun accord ou, à défaut d’accord et à la demande d’un des organismes, par la Commission.
1979, c. 72, a. 7; 1991, c. 32, a. 8.
8. Les dépenses faites par une Communauté ou une municipalité régionale de comté à l’égard de plusieurs municipalités locales en vertu de l’article 4 ou 5 sont réparties entre celles-ci, de la façon prévue par la loi qui la régit en cette matière, selon tout critère qu’elle détermine par règlement et qui peut varier selon la nature des dépenses.
À défaut d’un tel règlement, les dépenses sont réparties entre les municipalités locales en fonction de leur richesse foncière uniformisée respective, au sens de l’article 261.1, ou de leur potentiel fiscal respectif, au sens de l’article 261.5, selon qu’il s’agit des dépenses d’une municipalité régionale de comté ou d’une Communauté.
1979, c. 72, a. 8; 1988, c. 19, a. 256; 1991, c. 32, a. 8.
9. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 9; 1991, c. 32, a. 8.
10. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 10; 1988, c. 76, a. 15; 1991, c. 32, a. 8.
11. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 11; 1986, c. 34, a. 2; 1988, c. 76, a. 16; 1991, c. 32, a. 8.
12. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 12; 1991, c. 32, a. 8.
13. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 13; 1991, c. 32, a. 8.
CHAPITRE III
CONFECTION DU RÔLE
14. L’organisme municipal responsable de l’évaluation fait dresser par son évaluateur, tous les trois ans et pour trois exercices financiers municipaux consécutifs, son rôle d’évaluation foncière ou, selon le cas, celui de chaque municipalité locale à l’égard de laquelle il a compétence.
1979, c. 72, a. 14; 1988, c. 76, a. 17; 1991, c. 32, a. 9.
14.1. Lorsqu’une municipalité locale décide d’avoir un rôle de la valeur locative, elle ou, selon le cas, l’organisme municipal responsable de l’évaluation ayant compétence à son égard fait dresser ce rôle par son évaluateur pour les mêmes exercices que ceux auxquels s’applique le rôle d’évaluation foncière de la municipalité.
Dans le cas où la municipalité n’a pas de compétence en matière d’évaluation, l’organisme municipal responsable de l’évaluation n’est tenu de faire dresser le rôle de la valeur locative que s’il a reçu, avant le 1er avril de l’exercice qui précède le premier de ceux auxquels doit s’appliquer le rôle, une copie vidimée de la résolution par laquelle la municipalité décide d’avoir un tel rôle. L’organisme peut faire dresser le rôle même s’il a reçu la copie après l’expiration du délai.
La résolution de la municipalité adoptée à l’égard d’un rôle conserve son effet à l’égard des rôles subséquents, tant qu’elle n’est pas abrogée. Dans la résolution d’abrogation, la municipalité peut prévoir que son rôle alors en vigueur cesse de s’appliquer aux fins de tout exercice financier postérieur.
Lorsqu’une municipalité locale décide d’avoir un rôle de la valeur locative aux fins d’exercer le pouvoir que lui attribue une loi particulière d’imposer sur la base de la valeur locative d’un immeuble une taxe autre que la taxe d’affaires, une compensation, un tarif ou la cotisation des membres d’une société de développement commercial, la municipalité ou, selon le cas, l’organisme municipal responsable de l’évaluation ayant compétence à son égard fait dresser ce rôle par son évaluateur pour les mêmes exercices que ceux auxquels s’applique le rôle d’évaluation foncière de la municipalité. Pour l’application des chapitres V.1, VII à XI et XV, de la section IV.3 du chapitre XVIII et du chapitre XIX, à l’exception du paragraphe 2° de l’article 262, tout immeuble dont la valeur locative sert de base à la taxe, à la compensation, au tarif ou à la cotisation visé au présent alinéa et la personne qui en est le débiteur à l’égard de l’immeuble sont respectivement assimilés à un établissement d’entreprise et à son occupant, sous réserve de toute disposition inconciliable de la loi particulière. Les deuxième et troisième alinéas s’appliquent à la résolution par laquelle la municipalité prend la décision prévue au présent alinéa.
1991, c. 32, a. 9; 1992, c. 53, a. 1; 1993, c. 43, a. 1; 1999, c. 31, a. 2; 1999, c. 40, a. 133.
CHAPITRE III.1
POUVOIRS ET OBLIGATIONS DE L’ÉVALUATEUR
1991, c. 32, a. 9; 1998, c. 43, a. 1.
15. L’évaluateur ou son représentant peut, dans l’exercice de ses fonctions, visiter et examiner un bien situé dans le territoire de la municipalité locale, entre 8 h et 21 h du lundi au samedi, sauf un jour férié.
Il doit être muni d’une carte d’identité, sur laquelle apparaît sa photographie, délivrée ou certifiée par le greffier de l’organisme municipal responsable de l’évaluation, et il doit l’exhiber sur demande.
1979, c. 72, a. 15; 1991, c. 32, a. 10; 1994, c. 30, a. 2.
16. Le propriétaire ou l’occupant qui refuse l’accès du bien à l’évaluateur ou à son représentant agissant en vertu de l’article 15, ou qui l’entrave, sans excuse légitime, commet une infraction et est passible d’une amende d’au moins 100 $ et d’au plus 50 000 $.
1979, c. 72, a. 16; 1990, c. 4, a. 424; 1991, c. 32, a. 11.
17. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 17; 1991, c. 32, a. 12.
18. Le propriétaire ou l’occupant d’un bien ou son mandataire doit fournir ou rendre disponibles à l’évaluateur ou à son représentant les renseignements relatifs au bien, dont ce dernier a besoin pour l’exercice de ses fonctions, selon que ce dernier lui demande de les fournir, au moyen d’un questionnaire ou autrement, ou de les rendre disponibles.
Le propriétaire d’un terrain ou son mandataire doit, de la même façon, lorsqu’il s’y trouve un bien devant être porté au rôle au nom de son propriétaire en vertu du chapitre V, fournir ou rendre disponibles à l’évaluateur ou à son représentant les renseignements dont ce dernier a besoin pour l’exercice de ses fonctions et qui sont relatifs au propriétaire de ce bien.
Commet une infraction et est passible de l’amende prévue à l’article 16 le propriétaire ou l’occupant d’un bien ou son mandataire qui, sans excuse légitime, ne fournit pas ou ne rend pas disponibles, selon la demande de l’évaluateur ou de son représentant, les renseignements visés aux premier et deuxième alinéas, ou fournit ou rend disponibles de faux renseignements.
1979, c. 72, a. 18; 1983, c. 57, a. 109; 1990, c. 4, a. 425; 1991, c. 32, a. 13; 1998, c. 31, a. 97.
18.1. Avant le 1er septembre du deuxième exercice financier qui précède le premier de ceux pour lesquels le rôle d’évaluation foncière est dressé, l’évaluateur doit aviser par courrier recommandé le propriétaire d’un immeuble visé par le règlement pris en vertu du paragraphe 10° de l’article 262:
1°  du fait que l’immeuble désigné dans l’avis est visé par le règlement;
2°  de la méthode d’évaluation prévue par le règlement;
3°  de la teneur des articles 18.2 à 18.5.
En cas de défaut, la méthode d’évaluation prévue par le règlement n’est pas obligatoire.
1998, c. 43, a. 2.
18.2. Avant le 1er janvier du premier exercice financier qui précède le premier de ceux pour lesquels le rôle d’évaluation foncière est dressé, l’évaluateur doit communiquer par courrier recommandé au propriétaire qu’il a avisé conformément à l’article 18.1:
1°  le coût neuf des constructions faisant partie de l’immeuble, qu’il établit conformément au règlement pris en vertu du paragraphe 10° de l’article 262;
2°  la dépréciation qu’il soustrait de ce coût neuf.
L’avis doit ventiler la dépréciation en précisant, le cas échéant, le montant qui découle de la détérioration physique, de la désuétude fonctionnelle et de la désuétude économique. Il doit également indiquer la méthode de quantification dont résulte chacun de ces montants.
1998, c. 43, a. 2.
18.3. En cas de désaccord avec l’un des renseignements que l’évaluateur lui a communiqués conformément à l’article 18.2, le propriétaire doit, avant le 1er juin du premier exercice financier qui précède le premier de ceux pour lesquels le rôle d’évaluation foncière est dressé, communiquer par courrier recommandé à l’évaluateur les renseignements qui sont exigés en vertu de l’article 18.2 et qu’il entend faire reconnaître.
1998, c. 43, a. 2.
18.4. À moins que le propriétaire n’ait signifié son désaccord conformément à l’article 18.3, seuls les renseignements communiqués par l’évaluateur conformément à l’article 18.2 doivent être utilisés aux fins de l’établissement de la valeur des constructions qui font partie d’un immeuble à l’égard duquel la méthode d’évaluation prévue par le règlement pris en vertu du paragraphe 10° de l’article 262 est obligatoire.
Dans le cas où le propriétaire a signifié son désaccord conformément à l’article 18.3, les règles suivantes s’appliquent aux fins de l’établissement de la valeur de ces constructions:
1°  l’évaluateur ne peut établir un coût neuf supérieur à celui qu’il a communiqué ni soustraire un montant inférieur à celui qu’il a indiqué dans la ventilation prévue à l’article 18.2;
2°  le propriétaire ne peut faire reconnaître un coût neuf inférieur à celui qu’il a communiqué ni un montant supérieur à celui qu’il a indiqué dans sa ventilation.
Les premier et deuxième alinéas ne s’appliquent pas si, après la communication prévue à l’article 18.2 et visée au premier alinéa, survient un événement visé au deuxième alinéa de l’article 46.
1998, c. 43, a. 2.
18.5. Avant le dépôt du rôle d’évaluation foncière, l’évaluateur doit rencontrer le propriétaire qu’il a avisé conformément à l’article 18.1 ou son mandataire, lorsqu’une demande en ce sens lui est adressée par courrier recommandé, avant le 1er juin du premier exercice financier qui précède le premier de ceux pour lesquels le rôle est dressé, par ce propriétaire.
1998, c. 43, a. 2.
CHAPITRE IV
ÉVALUATEUR
19. L’organisme municipal responsable de l’évaluation dont l’évaluateur est un fonctionnaire peut lui nommer un suppléant qui a les pouvoirs et obligations de l’évaluateur en cas d’absence ou d’empêchement ou de refus d’agir de celui-ci, ou en cas de vacance à ce poste.
1979, c. 72, a. 19; 1991, c. 32, a. 14; 1999, c. 40, a. 133.
20. Les articles 71 à 72.3 et 73.1 de la Loi sur les cités et villes (chapitre C‐19) s’appliquent à l’évaluateur qui est un fonctionnaire de l’organisme, sous réserve de l’article 27.
1979, c. 72, a. 20; 1985, c. 27, a. 88; 1991, c. 32, a. 15; 2000, c. 54, a. 38.
21. Si l’évaluateur de l’organisme est une société ou une personne morale, celle-ci exerce ses fonctions par l’entremise de celui des associés, ou celui de ses administrateurs ou employés, que cette dernière désigne parmi ceux qui remplissent la condition prévue par l’article 22.
1979, c. 72, a. 21; 1991, c. 32, a. 16; 1999, c. 40, a. 133.
22. Une personne physique ne peut être l’évaluateur d’un organisme ni son suppléant à moins:
1°  d’être titulaire d’un permis de la Commission, délivré avant le 23 décembre 1988, l’autorisant à agir comme évaluateur aux fins de la présente loi, ou
2°  d’être devenu membre de l’Ordre après le 1er janvier 1976.
1979, c. 72, a. 22; 1988, c. 76, a. 18; 1991, c. 32, a. 17; 1994, c. 40, a. 457; 1997, c. 43, a. 875.
23. Aux fins des articles 22, 24 et 26, le mot «Ordre» désigne l’Ordre professionnel des évaluateurs agréés du Québec constituée par le Code des professions (chapitre C‐26).
1979, c. 72, a. 23; 1994, c. 40, a. 457.
24. La Commission établit, après consultation avec l’Ordre, les critères selon lesquels elle délivre le permis visé à l’article 22.
Ces critères requièrent l’approbation du gouvernement.
S’ils sont approuvés, le ministre publie ces critères à la Gazette officielle du Québec et ils entrent en vigueur dix jours après cette publication.
1979, c. 72, a. 24; 1994, c. 40, a. 457.
25. La Commission peut, après enquête, révoquer un permis qu’elle a délivré.
Avant de révoquer un permis, la Commission doit notifier par écrit à l’évaluateur le préavis prescrit par l’article 5 de la Loi sur la justice administrative (chapitre J‐3) et lui accorder un délai d’au moins 10 jours pour présenter ses observations.
La décision doit être rendue et communiquée par écrit.
Dans les 30 jours de la réception de la décision de révocation, l’évaluateur peut demander à la Commission de réviser sa décision. La Commission peut alors, pour cause et après avoir donné à l’évaluateur l’occasion de présenter ses observations, maintenir ou réviser sa décision.
1979, c. 72, a. 25; 1997, c. 43, a. 258.
26. La Commission donne avis à l’Ordre de la délivrance et de la révocation d’un permis.
L’Ordre donne avis à la Commission d’une décision ayant pour effet de retirer à une personne le droit d’agir comme évaluateur.
1979, c. 72, a. 26; 1994, c. 40, a. 457.
27. Si l’évaluateur est un fonctionnaire de l’organisme municipal responsable de l’évaluation, la révocation de son permis ou la perte définitive de son droit d’agir comme évaluateur aux fins de la présente loi entraîne sa destitution.
Il ne peut soumettre une plainte relativement à cette destitution au commissaire général du travail.
1979, c. 72, a. 27; 1991, c. 32, a. 18; 2000, c. 54, a. 39.
28. Si l’évaluateur n’est pas un fonctionnaire de l’organisme et est une personne physique, la révocation de son permis ou la perte de son droit d’agir comme évaluateur aux fins de la présente loi met fin à son contrat avec l’organisme.
Dans le cas où le droit d’agir de l’évaluateur n’est que suspendu, l’organisme peut mettre fin au contrat s’il juge que l’évaluateur n’est plus en mesure de remplir ses obligations en vertu de ce contrat.
1979, c. 72, a. 28; 1991, c. 32, a. 19.
29. Si l’évaluateur de l’organisme est une société ou une personne morale et que l’associé, l’administrateur ou l’employé désigné en vertu de l’article 21 se fait révoquer son permis ou retirer son droit d’agir comme évaluateur aux fins de la présente loi, le contrat liant l’organisme et cette société ou personne morale peut garder son effet si un autre associé, administrateur ou employé remplit alors la condition prévue par l’article 22 et est désigné conformément à l’article 21.
1979, c. 72, a. 29; 1991, c. 32, a. 20; 1999, c. 40, a. 133.
30. Avant d’entrer en fonction, l’évaluateur de l’organisme s’engage sous serment, devant le greffier de celui-ci, à remplir ses fonctions impartialement et suivant la loi.
Si l’évaluateur est une société ou une personne morale, l’engagement est pris de sa part par l’associé, l’administrateur ou l’employé désigné en vertu de l’article 21.
1979, c. 72, a. 30; 1991, c. 32, a. 21; 1999, c. 40, a. 133.
CHAPITRE V
CONTENU DU RÔLE D’ÉVALUATION FONCIÈRE
1991, c. 32, a. 22.
SECTION I
UNITÉ D’ÉVALUATION
§ 1.  — Règle générale
31. Sous réserve de la section IV, les immeubles situés sur le territoire d’une municipalité locale sont portés au rôle d’évaluation foncière.
Pour l’application du présent chapitre, le mot «rôle» signifie le rôle d’évaluation foncière.
1979, c. 72, a. 31; 1991, c. 32, a. 23.
32. Un bâtiment est porté au rôle lorsqu’il est substantiellement terminé ou substantiellement occupé aux fins de sa destination initiale ou d’une nouvelle destination, ou lorsque deux ans se sont écoulés depuis le début des travaux. Cependant, ce délai cesse de courir dans un cas de force majeure.
1979, c. 72, a. 32; 1988, c. 76, a. 19.
33. Les immeubles portés au rôle y sont inscrits par unités d’évaluation.
1979, c. 72, a. 33.
34. Constitue une unité d’évaluation le plus grand ensemble possible d’immeubles qui remplit les conditions suivantes:
1°  le terrain ou le groupe de terrains appartient à un même propriétaire ou à un même groupe de propriétaires par indivis;
2°  les terrains sont contigus ou le seraient s’ils n’étaient pas séparés par un cours d’eau, une voie de communication ou un réseau d’utilité publique;
3°  si les immeubles sont utilisés, ils le sont à une même fin prédominante; et
4°  les immeubles ne peuvent normalement et à court terme être cédés que globalement et non par parties, compte tenu de l’utilisation la plus probable qui peut en être faite.
Dans le cas où le terrain ou le groupe de terrains ne doit pas être porté au rôle, les conditions prévues par les paragraphes 1° et 2° du premier alinéa sont remplies si les immeubles autres que le terrain ou le groupe de terrains appartiennent à un même propriétaire ou à un même groupe de propriétaires par indivis et si ces immeubles sont situés sur des terrains contigus ou qui seraient contigus s’ils n’étaient pas séparés par un cours d’eau, une voie de communication ou un réseau d’utilité publique.
1979, c. 72, a. 34; 1980, c. 34, a. 12.
35. Une unité d’évaluation est inscrite au nom du propriétaire du terrain.
Toutefois, dans le cas où le terrain appartient à un organisme public et qu’un bâtiment appartenant à une autre personne y est placé, l’unité d’évaluation est inscrite au nom du propriétaire de ce bâtiment.
Dans le cas où une unité d’évaluation ne comprend pas de terrain, elle est inscrite au nom du propriétaire des immeubles qui la composent.
1979, c. 72, a. 35; 1980, c. 34, a. 13.
36. Si le propriétaire au nom duquel doit être inscrite l’unité d’évaluation est inconnu, l’évaluateur en fait mention au rôle.
Si ce propriétaire est décédé et si la transmission par décès n’est pas inscrite au bureau de la publicité des droits, l’unité d’évaluation est inscrite au rôle au nom de la succession du propriétaire défunt.
1979, c. 72, a. 36; 1999, c. 40, a. 133.
36.1. L’évaluateur doit, pour chaque unité d’évaluation, s’assurer au moins tous les neuf ans de l’exactitude des données en sa possession qui la concernent.
1988, c. 76, a. 20.
§ 2.  — Chemin de fer
37. Une personne qui exploite un chemin de fer peut proposer une répartition en unités d’évaluation des immeubles qui lui appartiennent et qui sont situés dans le territoire d’une municipalité locale. À cette fin, cette personne dépose au bureau du greffier de celle-ci, avant le 1er mars précédant le dépôt du rôle, une demande écrite décrivant les unités d’évaluation proposées et indiquant les raisons qui justifient la proposition.
Si la municipalité n’a pas de compétence en matière d’évaluation, son greffier transmet la demande à celui de l’organisme municipal responsable de l’évaluation.
L’évaluateur peut, s’il l’estime justifié, établir les unités d’évaluation proposées dans la demande, malgré l’article 34.
1979, c. 72, a. 37; 1991, c. 32, a. 24.
§ 3.  — Immeuble divisé sur le plan vertical
38. Si un immeuble est divisé sur le plan vertical en plusieurs parties qui n’appartiennent pas au même propriétaire, en vertu d’un acte inscrit au bureau de la publicité des droits, chacune des parties faisant l’objet d’une propriété distincte constitue une unité d’évaluation distincte et est inscrite au rôle au nom de son propriétaire.
Un bâtiment situé principalement dans une partie d’immeuble visée au premier alinéa est compris dans la même unité d’évaluation que cette partie.
1979, c. 72, a. 38; 1999, c. 40, a. 133.
39. Si un immeuble fait l’objet d’un droit de superficie en vertu d’un acte inscrit au bureau de la publicité des droits, la partie de l’immeuble située sous l’assiette du droit de superficie constitue une unité d’évaluation distincte portée au rôle au nom du propriétaire de cette partie, et la partie de l’immeuble constituant l’assiette du droit de superficie et celle située au-dessus constituent une unité d’évaluation distincte portée au rôle au nom du superficiaire.
Le deuxième alinéa de l’article 38 s’applique, compte tenu des adaptations nécessaires, au cas prévu par le présent article.
1979, c. 72, a. 39; 1999, c. 40, a. 133.
§ 4.  — Immeuble qui était une roulotte
40. Chaque bien qui était une roulotte avant de devenir un immeuble, s’il n’appartient pas au même propriétaire que le terrain sur lequel il est placé, constitue, avec les autres immeubles situés sur son assiette, une unité d’évaluation distincte portée au rôle au nom de son propriétaire.
1979, c. 72, a. 40; 1997, c. 93, a. 115; 1998, c. 31, a. 98.
§ 5.  — Copropriété
41. Si un immeuble a fait l’objet d’une déclaration de copropriété en vertu de l’article 1052 du Code civil, chacune de ses parties faisant l’objet d’une propriété divise constitue une unité d’évaluation distincte portée au rôle au nom de son propriétaire.
La quote-part d’un copropriétaire dans les parties communes de l’immeuble fait partie de l’unité d’évaluation constituée par sa partie exclusive de l’immeuble.
1979, c. 72, a. 41; 1999, c. 40, a. 133.
§ 6.  — Construction faisant partie d’un réseau de télécommunication sans fil
1999, c. 31, a. 3.
41.1. L’évaluateur peut décider que constitue une unité d’évaluation distincte, inscrite au nom de l’exploitant d’un réseau de télécommunication sans fil, l’ensemble des constructions faisant partie de ce réseau qui sont situées sur le territoire de la municipalité locale et qui sont installées dans ou sur un immeuble appartenant à une autre personne.
Il peut aussi, dans le cas où une autre unité d’évaluation est inscrite au nom de l’exploitant dans le rôle de la municipalité, décider que l’ensemble de ces constructions est ajouté à cette unité ou, s’il y en a plusieurs, à l’une d’elles.
Toutefois, est exclue de l’ensemble visé au premier ou au deuxième alinéa la construction qui est installée sur le terrain d’un organisme public, à la condition qu’aucun bâtiment autre qu’une telle construction ne soit installé sur ce terrain.
1999, c. 31, a. 3.
SECTION II
VALEUR DES IMMEUBLES PORTÉS AU RÔLE
§ 1.  — Règle générale
42. Le rôle indique la valeur de chaque unité d’évaluation, sur la base de sa valeur réelle.
Les valeurs inscrites au rôle d’une municipalité locale doivent, dans l’ensemble, tendre à représenter une même proportion des valeurs réelles des unités d’évaluation.
Aucune requête ou action en cassation ou en nullité ne peut être intentée à l’égard du rôle ou de l’une de ses inscriptions pour le motif d’une contravention au deuxième alinéa.
1979, c. 72, a. 42; 1983, c. 57, a. 110; 1991, c. 32, a. 160.
43. La valeur réelle d’une unité d’évaluation est sa valeur d’échange sur un marché libre et ouvert à la concurrence, soit le prix le plus probable qui peut être payé lors d’une vente de gré à gré dans les conditions suivantes:
1°  le vendeur et l’acheteur désirent respectivement vendre et acheter l’unité d’évaluation, mais n’y sont pas obligés; et
2°  le vendeur et l’acheteur sont raisonnablement informés de l’état de l’unité d’évaluation, de l’utilisation qui peut le plus probablement en être faite et des conditions du marché immobilier.
1979, c. 72, a. 43.
44. Le prix de vente le plus probable d’une unité d’évaluation qui n’est pas susceptible de faire l’objet d’une vente de gré à gré est établi en tenant compte du prix que son propriétaire serait justifié de payer et d’exiger s’il était à la fois l’acheteur et le vendeur, dans les conditions prévues par l’article 43.
1979, c. 72, a. 44.
45. Pour établir la valeur réelle d’une unité d’évaluation, il faut notamment tenir compte de l’incidence que peut avoir sur son prix de vente le plus probable la considération des avantages ou désavantages qu’elle peut apporter, en les considérant de façon objective.
1979, c. 72, a. 45.
45.1. Pour l’application des articles 43 à 45, le vendeur est réputé détenir tous les droits du locataire à l’égard de l’unité d’évaluation.
1992, c. 53, a. 2.
46. Aux fins d’établir la valeur réelle qui sert de base à la valeur inscrite au rôle, on tient compte de l’état de l’unité d’évaluation et des conditions du marché immobilier tels qu’ils existent le 1er juillet du deuxième exercice financier qui précède le premier de ceux pour lesquels le rôle est fait, ainsi que de l’utilisation qui, à cette date, est la plus probable quant à l’unité.
Toutefois, lorsque survient, après la date déterminée en application du premier alinéa, un événement visé à l’un des paragraphes 6° à 8°, 12°, 12.1°, 18° et 19° de l’article 174, l’état de l’unité d’évaluation dont on tient compte est celui qui existe immédiatement après l’événement, abstraction faite de tout changement dans l’état de l’unité, produit depuis la date déterminée en application du premier alinéa, par une autre cause qu’un événement visé à un tel paragraphe. L’utilisation la plus probable qui est prise en considération est alors celle qui découle de l’état de l’unité dont on tient compte.
L’état de l’unité comprend, outre son état physique, sa situation au point de vue économique et juridique, sous réserve de l’article 45.1, et l’environnement dans lequel elle se trouve.
Lorsque l’unité dont on établit la valeur réelle ne correspond à aucune unité du rôle qui était en vigueur à la date applicable en vertu du premier ou du deuxième alinéa, les immeubles qui existaient à cette date et qui font partie de l’unité dont on établit la valeur réelle sont réputés avoir constitué l’unité correspondante à cette date.
Aux fins de déterminer les conditions du marché à la date visée au premier alinéa, on peut notamment tenir compte des renseignements relatifs aux transferts de propriété survenus avant et après cette date.
1979, c. 72, a. 46; 1988, c. 76, a. 21; 1991, c. 32, a. 25; 1994, c. 30, a. 3; 1996, c. 67, a. 1.
46.1. L’évaluateur doit, lorsqu’il dresse un rôle, effectuer une équilibration.
Toutefois, dans le cas d’une municipalité locale dont la population est inférieure à 5 000 habitants, l’évaluateur est dispensé de cette obligation lorsque le rôle en vigueur a été le résultat d’une équilibration.
L’équilibration consiste, dans le processus de confection d’un nouveau rôle, à modifier tout ou partie des valeurs inscrites au rôle en vigueur dans le but d’éliminer le plus possible les écarts entre les proportions de la valeur réelle que représentent les valeurs inscrites au rôle.
1988, c. 76, a. 22; 1991, c. 32, a. 26.
§ 2.  — Chemin de fer
47. La valeur inscrite au rôle des terrains qui forment l’assiette de la voie ferrée d’une entreprise de chemin de fer, à l’exception de ceux qui forment l’assiette de toute voie ferrée située dans une cour ou un bâtiment, est déterminée conformément à l’article 48.
L’assiette comprend les fossés et remblais aménagés de chaque côté de la voie ferrée aux fins de celle-ci.
1979, c. 72, a. 47; 1986, c. 34, a. 3; 1993, c. 43, a. 2.
48. La valeur inscrite au rôle d’un terrain visé à l’article 47 est établie par la multiplication de sa superficie par le taux résultant de la division de l’évaluation totale des autres terrains inscrits au rôle à la date de son dépôt par la superficie totale du territoire de la municipalité locale à cette date.
1979, c. 72, a. 48; 1986, c. 34, a. 4; 1991, c. 32, a. 160.
49. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 49; 1986, c. 34, a. 4.
50. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 50; 1986, c. 34, a. 4.
51. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 51; 1986, c. 34, a. 4.
52. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 52; 1986, c. 34, a. 4.
53. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 53; 1986, c. 34, a. 4.
54. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 54; 1986, c. 34, a. 4.
SECTION III
AUTRES MENTIONS
55. Chaque fois que la loi dispose que seule une partie de la valeur d’un immeuble est imposable ou qu’il est exempt de taxe foncière, le rôle fait état de la valeur imposable de cet immeuble ou du fait de son exemption, selon le cas.
Chaque renseignement inscrit en vertu du présent article est accompagné d’une mention de sa source législative.
1979, c. 72, a. 55; 1994, c. 30, a. 4.
56. Le rôle identifie toute unité d’évaluation qui est une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement adopté en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14).
Le cas échéant, il indique qu’une telle unité est comprise dans une zone agricole établie en vertu de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (chapitre P‐41.1).
1979, c. 72, a. 56; 1991, c. 29, a. 11; 1996, c. 26, a. 85.
57. Le rôle identifie chaque unité d’évaluation qui peut être assujettie à la surtaxe sur les terrains vagues, desservis ou pas, prévue par l’article 486 de la Loi sur les cités et villes (chapitre C‐19) ou par l’article 990 du Code municipal (chapitre C‐27.1), si la municipalité locale adopte une résolution en ce sens.
Pour l’application du premier alinéa, est assimilée à une unité d’évaluation pouvant être assujettie à la surtaxe visée à cet alinéa toute unité non imposable à l’égard de laquelle doit être payée la surtaxe conformément au premier alinéa de l’article 208 ou à l’égard de laquelle doit être versée une somme tenant lieu de la surtaxe, soit par le gouvernement conformément au deuxième alinéa de l’article 210 ou au premier alinéa des articles 254 et 255, soit par la Couronne du chef du Canada ou l’un de ses mandataires.
Dans le cas où la municipalité n’a pas de compétence en matière d’évaluation, l’organisme municipal responsable de l’évaluation n’est tenu de faire faire les inscriptions visées au premier alinéa que s’il a reçu, avant le 1er avril de l’exercice qui précède le premier de ceux auxquels doit s’appliquer le rôle, une copie vidimée de la résolution prévue à cet alinéa. L’organisme peut faire faire ces inscriptions même s’il a reçu la copie après l’expiration du délai.
La résolution de la municipalité adoptée à l’égard d’un rôle conserve son effet à l’égard des rôles subséquents, tant qu’elle n’est pas abrogée.
1979, c. 72, a. 57; 1980, c. 34, a. 14; 1982, c. 63, a. 192; 1991, c. 32, a. 27; 1993, c. 78, a. 1.
57.1. Le rôle d’une municipalité locale qui adopte une résolution en ce sens identifie chaque unité d’évaluation qui peut être assujettie à la surtaxe sur les immeubles non résidentiels prévue à l’article 244.11 ou à la taxe sur les immeubles non résidentiels prévue à l’article 244.23 et, le cas échéant, indique que l’unité est visée au troisième ou au quatrième alinéa de l’article 244.13 ou 244.25 ou indique à quelle catégorie, parmi celles définies par le règlement du ministre pris en vertu du paragraphe 10° de l’article 263, appartient l’unité.
Pour l’application du premier alinéa, est assimilée à une unité d’évaluation pouvant être assujettie à la surtaxe ou à la taxe visée à cet alinéa toute unité non imposable à l’égard de laquelle doit être payée la surtaxe ou la taxe conformément au premier alinéa de l’article 208 ou à l’égard de laquelle doit être versée une somme tenant lieu de la surtaxe ou de la taxe, soit par le gouvernement conformément au deuxième alinéa de l’article 210 ou au premier alinéa des articles 254 et 255, soit par la Couronne du chef du Canada ou l’un de ses mandataires.
Dans le cas où la municipalité n’a pas de compétence en matière d’évaluation, l’organisme municipal responsable de l’évaluation n’est tenu de faire effectuer les inscriptions visées au premier alinéa que s’il a reçu, avant le 1er avril de l’exercice qui précède le premier de ceux auxquels doit s’appliquer le rôle, une copie vidimée de la résolution prévue à cet alinéa. L’organisme peut faire effectuer ces inscriptions même s’il a reçu la copie après l’expiration du délai.
La résolution de la municipalité adoptée à l’égard d’un rôle conserve son effet à l’égard des rôles subséquents, tant qu’elle n’est pas abrogée.
1991, c. 32, a. 28; 1993, c. 43, a. 3; 1993, c. 78, a. 2; 1994, c. 30, a. 5; 2000, c. 54, a. 40.
57.1.1. Le rôle d’une municipalité locale qui adopte une résolution en ce sens identifie chaque unité d’évaluation qui appartient au groupe des immeubles non résidentiels prévu à l’article 244.31, indique la classe prévue à l’article 244.32 dont fait partie l’unité et, le cas échéant, indique que celle-ci est visée à l’un ou l’autre des articles 244.51 et 244.52.
La résolution peut préciser toute catégorie, parmi celles que prévoient les articles 244.34 à 244.36, à l’égard de laquelle le rôle doit contenir des renseignements. Dans un tel cas, outre ce que prévoit le premier alinéa, le rôle identifie chaque unité d’évaluation qui appartient à la catégorie précisée et, le cas échéant, indique que l’unité fait partie de l’une ou l’autre des classes prévues à l’article 244.54.
Dans le cas d’une unité d’évaluation non imposable qui appartient au groupe visé au premier alinéa ou à une catégorie visée au deuxième, les inscriptions apparaissent à son égard uniquement si:
1°  les taxes foncières doivent être payées à son égard conformément au premier alinéa de l’article 208;
2°  une somme tenant lieu des taxes foncières doit être versée à son égard, soit par le gouvernement conformément au deuxième alinéa de l’article 210 ou au premier alinéa des articles 254 et 255, soit par la Couronne du chef du Canada ou l’un de ses mandataires.
Dans le cas où la municipalité n’a pas de compétence en matière d’évaluation, l’organisme municipal responsable de l’évaluation n’est tenu de faire effectuer les inscriptions visées au premier ou au deuxième alinéa que s’il a reçu, avant le 1er avril de l’exercice qui précède le premier de ceux auxquels doit s’appliquer le rôle, une copie vidimée de la résolution prévue au premier alinéa. L’organisme peut faire effectuer ces inscriptions même s’il a reçu la copie après l’expiration du délai.
La résolution de la municipalité adoptée à l’égard d’un rôle conserve son effet à l’égard des rôles subséquents, tant qu’elle n’est pas abrogée.
2000, c. 54, a. 41.
57.2. Le rôle de toute municipalité locale dont le territoire est compris dans celui d’une Communauté doit contenir les inscriptions visées au premier alinéa de l’article 57.1.1.
1993, c. 78, a. 2; 2000, c. 54, a. 42.
57.3. Doit contenir les inscriptions visées au premier alinéa de l’article 57.1.1 le rôle de toute municipalité locale dont le territoire, non compris dans celui d’une Communauté, est compris dans celui d’un organisme public de transport en commun et qui est tenue de payer une quote-part des dépenses de cet organisme en fonction de son potentiel fiscal, au sens de l’article 261.6 ou 261.7, ou d’une autre base de répartition qui comprend ce potentiel ou dont l’établissement requiert autrement les inscriptions visées au premier alinéa de l’article 57.1.1.
Pour l’application du premier alinéa:
1°  on entend par «organisme public de transport en commun» la Société de transport de la Communauté urbaine de Montréal, la Société de transport de la rive sud de Montréal, la Société de transport de l’Outaouais, la Société de transport de la Communauté urbaine de Québec et toute société intermunicipale de transport constituée en vertu de la Loi sur les sociétés municipales et intermunicipales de transport (chapitre S‐30.1);
2°  on tient compte des règles de répartition des dépenses de l’organisme public de transport en commun pour l’exercice financier qui précède le premier de ceux pour lesquels le rôle est fait, sous réserve de l’un ou l’autre des cas suivants:
a)  même si ces dépenses pour cet exercice précédent sont réparties en fonction du potentiel fiscal ou de l’autre base de répartition visée au premier alinéa, le rôle n’a pas à contenir les inscriptions visées au premier alinéa de l’article 57.1.1 si l’organisme public de transport en commun adopte une résolution indiquant que celles-ci ne seront pas requises aux fins de la répartition de ses dépenses pour les exercices pour lesquels le rôle est fait et s’il transmet une copie vidimée de cette résolution, avant le dépôt du rôle, à l’organisme municipal responsable de l’évaluation;
b)  même si ces dépenses pour cet exercice précédent ne sont pas réparties en fonction du potentiel fiscal ou de l’autre base de répartition visée au premier alinéa, le rôle doit contenir les inscriptions visées au premier alinéa de l’article 57.1.1 si l’organisme public de transport en commun adopte une résolution en ce sens et en transmet une copie vidimée, avant le 1er avril de cet exercice précédent, à l’organisme municipal responsable de l’évaluation; ce dernier peut faire effectuer les inscriptions même s’il a reçu la copie après l’expiration du délai.
1993, c. 78, a. 2; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 43.
58. Le rôle indique la superficie du terrain qui fait partie de l’unité d’évaluation.
Cette superficie est établie d’après ce qu’indique le cadastre.
Si le cadastre n’indique pas cette superficie, ou en cas de divergence entre le cadastre et le titre de propriété du terrain, la superficie est établie d’après ce titre de propriété.
Cependant, si la superficie effectivement occupée diffère de celle indiquée au cadastre ou au titre de propriété, la superficie effectivement occupée prévaut.
L’établissement de la superficie d’un terrain en vertu du présent article ne vaut qu’aux fins de son évaluation selon la présente loi et les mesurages nécessaires à cette fin ne sont pas assujettis à la Loi sur les arpentages (chapitre A‐22).
1979, c. 72, a. 58.
59. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 59; 1997, c. 96, a. 184.
60. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 60; 1980, c. 16, a. 91; 1987, c. 57, a. 799.
60.1. (Abrogé).
1980, c. 16, a. 91; 1987, c. 57, a. 799.
61. Dans le cas où une disposition de la présente loi s’applique à une partie seulement d’une unité d’évaluation, le rôle indique la fraction de la valeur de l’unité d’évaluation qui est attribuable à cette partie, contient distinctement pour elle les mentions pertinentes exigées par la présente loi qui diffèrent de celles valables pour le reste de l’unité d’évaluation et délimite cette partie.
Toutefois, dans le cas d’une unité d’évaluation visée au cinquième alinéa de l’article 244.11 ou 244.23, le rôle ne distingue pas, parmi les immeubles qui forment l’unité, entre, d’une part, les immeubles non résidentiels ou résidentiels visés au premier alinéa de cet article et, d’autre part, les immeubles résidentiels non visés à cet alinéa.
Dans le cas d’une unité d’évaluation visée à l’article 244.32, le rôle ne distingue pas, parmi les immeubles qui forment l’unité, entre ceux qui sont des immeubles non résidentiels au sens de cet article et les autres. Dans le cas d’une unité appartenant à plusieurs catégories prévues aux articles 244.33 à 244.37, le rôle ne distingue pas, parmi les immeubles qui forment l’unité, ceux qui sont propres à chacune de ces catégories.
1979, c. 72, a. 61; 1991, c. 32, a. 29; 1993, c. 78, a. 3; 1994, c. 30, a. 6; 2000, c. 54, a. 44.
62. Le rôle contient toute autre mention exigée par le règlement adopté en vertu du paragraphe 1° de l’article 263.
1979, c. 72, a. 62.
SECTION IV
IMMEUBLES NON PORTÉS AU RÔLE
63. Ne sont pas portés au rôle les immeubles suivants, si un organisme public en est propriétaire ou en a l’administration ou la gestion:
1°  une voie publique ou un ouvrage qui en fait partie;
2°  un ouvrage utilisé pour la protection de la faune ou de la forêt et situé dans un territoire non organisé;
3°  un terrain faisant l’objet d’un claim ou d’une concession forestière, une réserve cantonale, une forêt du domaine de l’État, une réserve forestière spéciale ou une forêt d’expérimentation ou de démonstration;
4°  une construction érigée sur un immeuble visé au paragraphe 3°;
5°  un réseau d’aqueduc ou d’égout ou un système ou équipement de traitement d’eau ou d’ordures;
6°  un réseau de transport en commun connu sous le nom de «métro» et visé à la section V du titre II de la Loi sur la Communauté urbaine de Montréal (chapitre C‐37.2).
Toutefois, sont portés au rôle:
1°  le terrain qui constitue l’assiette d’un immeuble visé au premier alinéa, sauf celui visé au paragraphe 1°, 3° ou 6°;
2°  une construction visée au premier alinéa qui est destinée à loger ou abriter des personnes, des animaux ou des choses, sauf celle visée au paragraphe 4° du premier alinéa.
Malgré le deuxième alinéa, le terrain qui constitue l’assiette d’une voie publique ou d’un ouvrage qui en fait partie peut être porté au rôle, sur demande de la municipalité locale.
N’est pas visée au paragraphe 4° du premier alinéa une construction qui est destinée à loger ou à abriter des personnes, des animaux ou des choses, qui est située dans une réserve forestière spéciale et qui appartient à la Société des établissements de plein air du Québec ou est administrée ou gérée par celle-ci. L’assiette d’une telle construction n’est pas visée au paragraphe 3° de cet alinéa.
1979, c. 72, a. 63; 1986, c. 108, a. 238; 1991, c. 32, a. 30; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 45.
64. Un immeuble visé au premier alinéa de l’article 63 est porté au rôle s’il est occupé par une personne autre qu’un organisme public. Cette personne est réputée le propriétaire de cet immeuble.
Le premier alinéa ne s’applique pas dans le cas où l’immeuble ainsi occupé est visé au paragraphe 3° ou 4° du premier alinéa de l’article 63.
Lorsqu’un terrain constitue à la fois l’assiette d’une voie ferrée d’une entreprise de chemin de fer et celle d’une voie publique ou d’un ouvrage en faisant partie dont un organisme public a l’administration ou la gestion, il est considéré à ce dernier titre et n’est pas réputé occupé ou utilisé par l’entreprise. L’article 47 ne s’y applique pas.
1979, c. 72, a. 64; 1993, c. 43, a. 4.
64.1. Ne sont pas portés au rôle les éléments structuraux de quais ou d’installations portuaires qui sont visés par le règlement pris en vertu du paragraphe 12° de l’article 262 et qui appartiennent à un organisme public.
2000, c. 54, a. 46.
65. Ne sont pas portés au rôle les immeubles suivants:
1°  une machine, un appareil et leurs accessoires, autres que ceux d’une raffinerie de pétrole, qui sont utilisés ou destinés à des fins de production industrielle ou d’exploitation agricole;
1.1°  une machine, un appareil et leurs accessoires qui sont utilisés ou destinés à des fins de lutte contre la pollution, au sens de la Loi sur la qualité de l’environnement (chapitre Q‐2), pouvant découler de la production industrielle ou à des fins de contrôle de cette pollution;
2°  le matériel roulant utilisé principalement à des fins d’industrie ou de transport, ou destiné à être ainsi utilisé;
3°  une substance minérale en gisements naturels de telles grandeur, composition et situation qu’on puisse raisonnablement espérer en tirer, dans le présent ou dans l’avenir des produits qui peuvent se vendre avec profit;
4°  une galerie, un puits, une excavation, un tunnel ou l’équipement d’une mine souterraine ou à ciel ouvert;
5°  une réserve de matière première dans une tourbière, une carrière ou une sablière;
6°  une voie ferrée, y compris une voie ferrée située dans une cour ou un bâtiment lorsque l’entreprise est VIA Rail Canada inc., la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (C.N.) ou le Canadien Pacifique Limitée (C.P. Rail), un pont, un tunnel, une clôture ou un autre ouvrage qui en fait partie, destiné à l’exploitation d’une entreprise de chemin de fer, à l’exclusion du terrain qui sert d’assiette à un tel immeuble et d’une construction destinée à loger ou abriter des personnes, des animaux ou des choses;
7°  un barrage, une estacade, une dalle ou un autre ouvrage destiné au flottage du bois ou à son acheminement vers une usine de sciage ou de transformation;
8°  un chemin d’accès à une exploitation forestière ou minière.
Ne sont pas visés au paragraphe 1° ou 1.1° du premier alinéa, outre un terrain et un ouvrage d’aménagement d’un terrain:
1°  une construction qui est destinée à loger ou à abriter des personnes, des animaux ou des choses;
2°  une base de béton sur laquelle un bien est placé ou destiné à l’être;
3°  un immeuble dont l’utilisation principale ou la destination principale est d’assurer l’utilité d’un autre immeuble devant être porté au rôle.
Un système mécanique ou électrique intégré à une construction destinée à loger ou à abriter des personnes, des animaux ou des choses ne fait pas partie de cette construction et peut être visé, selon le cas, au paragraphe 1° ou 1.1° du premier alinéa ou au paragraphe 3° du deuxième alinéa.
Lorsqu’un immeuble n’entre que partiellement dans le champ d’application du paragraphe 1° ou 1.1° du premier alinéa, l’article 2 ne s’applique pas; l’immeuble est alors entièrement exclu du rôle, s’il entre principalement dans ce champ d’application, et entièrement porté au rôle dans le cas contraire.
1979, c. 72, a. 65; 1987, c. 64, a. 336; 1991, c. 29, a. 12; 1991, c. 32, a. 31; 1993, c. 43, a. 5; 1993, c. 78, a. 4; 1998, c. 31, a. 99; 2000, c. 19, a. 28; 2000, c. 54, a. 47.
65.1. Ne sont pas portés au rôle les immeubles qui sont situés dans l’aire de production d’une raffinerie de pétrole, à l’exception du terrain, de tout ouvrage d’aménagement du terrain, de toute construction destinée à loger ou à abriter des personnes, des animaux ou des choses et de toute base sur laquelle un bien est placé ou est destiné à l’être.
1991, c. 32, a. 32.
66. Ne sont pas portées au rôle les constructions qui font partie d’un réseau de distribution de gaz aux consommateurs du Québec.
Une construction qui fait partie du réseau et qui est utilisée, ou destinée à l’être, pour loger ou abriter des personnes, des animaux ou des choses, est toutefois portée au rôle.
Le deuxième alinéa ne s’applique pas à une voûte souterraine, à un puits d’accès ou à une installation d’entreposage de gaz. Il ne s’applique pas non plus à une conduite et à ses accessoires, sauf s’il s’agit d’une conduite conçue pour une pression de 7 000 kilopascals ou plus.
Dans le cas où le terrain qui constitue l’assiette d’un élément du réseau appartient à une personne autre que celle qui exploite le réseau, sa valeur est diminuée en proportion de celle du droit détenu par l’exploitant du réseau. La valeur de ce droit n’est pas ajoutée à celle des immeubles de la personne qui exploite le réseau.
Les quatre premiers alinéas ne s’appliquent pas à l’égard d’un réseau de distribution de gaz lorsque le lien entre les constructions faisant partie de celui-ci et les immeubles des consommateurs est assuré essentiellement au moyen d’un transport par véhicules.
1979, c. 72, a. 66; 1980, c. 34, a. 15; 1995, c. 73, a. 1; 1997, c. 93, a. 116.
67. Ne sont pas portées au rôle les constructions qui font partie d’un réseau de télécommunication autre qu’un réseau de télévision, de radiodiffusion ou de télécommunication sans fil.
Les deuxième et quatrième alinéas de l’article 66 s’appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires, au cas prévu par le présent article.
Toutefois, ne sont pas portés au rôle un conduit, une voûte souterraine, un puits d’accès et une autre construction qui abrite exclusivement un appareil ou une installation, ainsi que leurs accessoires, servant effectivement au fonctionnement du réseau, à l’exception d’un centre de commutation.
1979, c. 72, a. 67; 1980, c. 11, a. 131; 1980, c. 34, a. 16; 1997, c. 92, a. 20.
68. Ne sont pas portés au rôle les constructions qui font partie d’un réseau de production, de transmission ou de distribution d’énergie électrique et les ouvrages qui en sont les accessoires.
Un barrage ou une centrale et les ouvrages qui en sont les accessoires ne sont pas portés au rôle.
Une construction faisant partie d’un poste de transformation ou de distribution, composée de fondations, de murs extérieurs et d’un toit, ainsi que le terrain sous-jacent à cette construction, sont portés au rôle.
Une voie de communication, une clôture ou un ouvrage d’aménagement du sol n’est pas porté au rôle s’il est l’accessoire d’une construction faisant partie du réseau.
Un puits d’accès, une voûte souterraine, un réservoir et les ouvrages qui en sont les accessoires, s’ils font partie du réseau, ne sont pas portés au rôle, malgré le troisième alinéa.
Le quatrième alinéa de l’article 66 s’applique au cas prévu par le présent article.
Toute construction qui sert à produire de l’énergie électrique fournie à une personne qui exploite un réseau visé au présent article est réputée faire partie d’un tel réseau, et la personne qui exploite cette construction est réputée exploiter un tel réseau.
1979, c. 72, a. 68; 1980, c. 34, a. 17; 1997, c. 14, a. 4.
68.1. (Abrogé).
1986, c. 34, a. 5; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 48.
SECTION V
ANNEXE DU RÔLE
1991, c. 32, a. 33.
69. Le rôle d’une municipalité locale qui adopte une résolution en ce sens comporte une annexe intégrale qui indique, pour chaque unité d’évaluation identifiée au rôle conformément à l’article 57.1, le pourcentage que représente la valeur imposable de chaque local compris dans l’unité par rapport à la valeur imposable totale de ces locaux. Outre ce pourcentage et les renseignements nécessaires à l’identification de l’unité et du local, l’annexe mentionne le nom de la personne qui occupe le local ou indique qu’il est vacant, indique, le cas échéant, que cette personne a droit à la subvention prévue à l’article 244.20 et mentionne, le cas échéant, la proportion que représente la partie du local que la Commission a délimitée en vertu du troisième alinéa de l’article 243.2. Toutefois, l’annexe n’a pas à mentionner l’occupant d’un local du seul fait qu’il est hébergé dans un immeuble dont l’exploitant doit être titulaire d’un permis délivré en vertu de la Loi sur les établissements touristiques (chapitre E‐15.1).
Constitue un local toute partie d’une unité d’évaluation qui fait l’objet d’un bail distinct auquel est partie le propriétaire, est destinée à faire l’objet d’un tel bail, est occupée de façon exclusive par le propriétaire ou est destinée à être ainsi occupée par lui et qui est, soit un immeuble non résidentiel autre qu’un immeuble compris dans une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement adopté en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14), soit un immeuble résidentiel visé au premier alinéa de l’article 244.11.
Pour l’application du premier alinéa, est assimilée à une valeur imposable la valeur d’un local qui est un immeuble non imposable à l’égard duquel doit être payée la surtaxe prévue à l’article 244.11 conformément au premier alinéa de l’article 208 ou à l’égard duquel doit être versée une somme tenant lieu de la surtaxe, soit par le gouvernement conformément au deuxième alinéa de l’article 210 ou au premier alinéa des articles 254 et 255, soit par la Couronne du chef du Canada ou l’un de ses mandataires. Pour l’application du deuxième alinéa, on délimite la partie de l’unité d’évaluation qui est destinée à faire l’objet d’un bail distinct ou qui est destinée à être occupée de façon exclusive par le propriétaire en considérant le plus grand ensemble possible de parties de l’unité qui, normalement et à court terme, ne peuvent être louées ou occupées que globalement; dans le cas d’un immeuble dont l’exploitant doit être le titulaire d’un permis délivré en vertu de la Loi sur les établissements touristiques, l’ensemble des parties destinées à l’hébergement constitue un seul local.
Le rôle d’une municipalité locale qui n’a pas en vigueur une résolution adoptée en vertu du premier alinéa comporte une annexe partielle qui contient les mentions visées à cet alinéa uniquement à l’égard de tout local, compris dans une unité d’évaluation identifiée au rôle conformément à l’article 57.1, dont le propriétaire ou l’occupant est une personne qui a droit à la subvention prévue à l’article 244.20. Toutefois, la municipalité peut adopter une résolution pour décréter que son rôle ne comporte aucune annexe partielle; cette résolution n’a d’effet qu’à l’égard du premier rôle qui entre en vigueur après l’adoption de celle-ci; dans un tel cas, la municipalité ne peut, aux fins des exercices financiers auxquels ce rôle s’applique, imposer la surtaxe sur les immeubles non résidentiels prévue à l’article 244.11; dans le cas où la municipalité n’a pas de compétence en matière d’évaluation, son greffier doit transmettre une copie vidimée de la résolution, avant le 1er avril de l’exercice qui précède le premier de ceux auxquels s’applique le rôle visé, à l’organisme municipal responsable de l’évaluation.
Les troisième et quatrième alinéas de l’article 57.1 s’appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires, à l’égard de la résolution prévue au premier alinéa du présent article. Dans la résolution qui abroge celle qui est prévue au premier alinéa, la municipalité peut prévoir que l’annexe intégrale cesse de s’appliquer aux fins de tout exercice financier postérieur; dans un tel cas, les articles 174, 175 à 184 et 244.17 cessent de s’appliquer aux fins d’un tel exercice à l’égard des locaux qui n’ont pas à être inscrits à l’annexe partielle.
1979, c. 72, a. 69; 1980, c. 34, a. 18; 1991, c. 32, a. 33; 1992, c. 53, a. 3; 1993, c. 78, a. 5; 2000, c. 54, a. 49.
CHAPITRE V.1
CONTENU DU RÔLE DE LA VALEUR LOCATIVE
1991, c. 32, a. 33.
SECTION I
ÉTABLISSEMENT D’ENTREPRISE
1991, c. 32, a. 33; 1999, c. 40, a. 133.
69.1. Sont inscrits au rôle de la valeur locative d’une municipalité locale tous les établissements d’entreprise situés sur son territoire.
1991, c. 32, a. 33; 1999, c. 40, a. 133.
69.2. Constitue un établissement d’entreprise toute unité d’évaluation devant être portée au rôle d’évaluation foncière où est exercée une activité mentionnée à l’article 232 et en raison de laquelle la personne qui l’exerce peut être tenue de payer la taxe d’affaires visée à cet article ou en raison de laquelle doit être versée une somme tenant lieu de cette taxe, soit par le gouvernement conformément au deuxième alinéa de l’article 210 ou de l’article 254, soit par la Couronne du chef du Canada ou l’un de ses mandataires.
Toutefois, dans le cas où une telle activité est exercée dans une partie de l’unité faisant l’objet d’un bail, ou dans plusieurs parties faisant l’objet de baux distincts, chaque partie constitue un établissement d’entreprise distinct du reste de l’unité.
Une unité qui est constituée uniquement de l’assiette d’une voie ferrée à laquelle s’applique l’article 47 n’est pas un établissement d’entreprise. Malgré l’article 2, le présent alinéa ne vise qu’une unité entière.
1991, c. 32, a. 33; 1993, c. 43, a. 6; 1999, c. 40, a. 133.
69.3. L’établissement d’entreprise est inscrit au nom de la personne qui y exerce l’activité visée à l’article 69.2.
1991, c. 32, a. 33; 1999, c. 40, a. 133.
69.4. L’évaluateur doit, pour chaque établissement d’entreprise, s’assurer au moins tous les trois ans de l’exactitude des données en sa possession qui le concernent.
Toutefois, dans le cas d’une municipalité locale dont la population est inférieure à 5 000 habitants, la fréquence est d’au moins tous les six ans.
1991, c. 32, a. 33; 1999, c. 40, a. 133.
SECTION II
VALEUR LOCATIVE DES ÉTABLISSEMENTS D’ENTREPRISE
1991, c. 32, a. 33; 1999, c. 40, a. 133.
69.5. Le rôle indique la valeur locative de chaque établissement d’entreprise.
Cette valeur est établie sur la base du loyer annuel brut le plus probable qui proviendrait de la location de l’établissement d’entreprise en vertu d’un bail renouvelable d’année en année, selon les conditions du marché, lorsqu’on inclut les taxes foncières ou les sommes qui en tiennent lieu et les frais d’exploitation de l’unité d’évaluation ou, selon le cas, de la partie de cette unité que représente l’établissement d’entreprise et qu’on exclut le prix ou la valeur des autres services que ceux qui sont relatifs à l’immeuble.
1991, c. 32, a. 33; 1999, c. 40, a. 133.
69.6. Les articles 42 à 46.1 s’appliquent au rôle de la valeur locative, compte tenu des adaptations suivantes:
1°  «rôle» signifie le rôle de la valeur locative;
2°  «valeur» signifie la valeur locative;
3°  «unité d’évaluation» signifie l’établissement d’entreprise;
4°  «valeur d’échange» signifie la valeur de location définie au deuxième alinéa de l’article 69.5;
5°  «prix» et «prix de vente» signifient le loyer annuel;
6°  «vente» et «transfert de propriété» signifient un bail renouvelable d’année en année;
7°  «vendeur» signifie le locateur;
8°  «acheteur» signifie le locataire;
9°  «vendre» signifie louer à titre de locateur;
10°  «acheter» signifie louer à titre de locataire;
11°  dans l’article 46, le renvoi aux paragraphes 6° à 8°, 12°, 12.1°, 18° et 19° de l’article 174 est un renvoi au paragraphe 6° de l’article 174.2.
1991, c. 32, a. 33; 1994, c. 30, a. 7; 1996, c. 67, a. 2; 1999, c. 40, a. 133.
SECTION III
AUTRES MENTIONS
1991, c. 32, a. 33.
69.7. Le rôle de la valeur locative identifie tout établissement d’entreprise à l’égard duquel doit être versée une somme tenant lieu de la taxe d’affaires, soit par le gouvernement en vertu du deuxième alinéa de l’article 210 ou de l’article 254, soit par la Couronne du chef du Canada ou l’un de ses mandataires.
Pour l’application de toute disposition d’une loi ou d’un texte d’application d’une loi, sous réserve du deuxième alinéa de l’article 253.34, un tel établissement d’entreprise et sa valeur locative sont réputés non imposables.
1991, c. 32, a. 33; 1999, c. 40, a. 133.
69.7.1. Le rôle de la valeur locative indique, le cas échéant, que l’établissement d’entreprise est visé au troisième ou au quatrième alinéa de l’article 232.
1993, c. 43, a. 7; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 50.
69.8. Le rôle de la valeur locative contient toute autre mention exigée par un règlement pris en vertu du paragraphe 1° de l’article 263.
1991, c. 32, a. 33.
CHAPITRE VI
DÉPÔT ET ENTRÉE EN VIGUEUR DU RÔLE
70. L’évaluateur signe le rôle et, au plus tôt le 15 août qui précède le premier des exercices pour lesquels il est fait et au plus tard le 15 septembre suivant, le dépose au bureau du greffier de la municipalité locale. Lorsque, au moment du dépôt du rôle, aucune unité d’évaluation identifiée conformément à l’article 57.1 ne comprend de local dont le propriétaire ou l’occupant est une personne ayant droit à la subvention prévue à l’article 244.20 et devant être inscrite à l’annexe partielle que comporte le rôle en vertu du quatrième alinéa de l’article 69, une telle annexe est déposée en blanc.
Si l’évaluateur est une société ou une personne morale, son représentant désigné en vertu de l’article 21 signe le rôle.
1979, c. 72, a. 70; 1988, c. 76, a. 23; 1991, c. 32, a. 34; 1992, c. 53, a. 4; 1999, c. 40, a. 133.
71. L’organisme municipal responsable de l’évaluation peut, en cas d’impossibilité de déposer le rôle avant le 16 septembre, en reporter le dépôt à une date limite ultérieure qu’il fixe et qui ne peut être postérieure au 1er novembre suivant.
Le greffier de l’organisme doit, le plus tôt possible après l’adoption de la résolution qui fixe la date limite du dépôt, en transmettre une copie certifiée conforme au ministre.
1979, c. 72, a. 71; 1983, c. 57, a. 111; 1988, c. 76, a. 24; 1991, c. 32, a. 35; 1999, c. 59, a. 35.
72. Si le rôle n’est pas déposé conformément à l’article 70 ou 71, celui qui est en vigueur le 31 décembre qui précède le premier des exercices pour lesquels le nouveau rôle aurait dû être fait devient le rôle de la municipalité locale pour cet exercice.
Dans un tel cas, l’évaluateur est tenu de dresser un nouveau rôle pour les deux exercices suivants et de le déposer conformément à l’article 70 ou 71.
Si le rôle visé au deuxième alinéa n’est pas ainsi déposé, le premier alinéa s’applique à nouveau et l’évaluateur est tenu de dresser un nouveau rôle pour le dernier exercice du cycle triennal et de le déposer conformément à l’article 70 ou 71.
Si le rôle visé au troisième alinéa n’est pas ainsi déposé, celui qui est en vigueur le 31 décembre qui précède l’exercice pour lequel le nouveau rôle aurait dû être fait devient le rôle de la municipalité pour cet exercice.
1979, c. 72, a. 72; 1988, c. 76, a. 25; 1991, c. 32, a. 36.
72.1. Est assimilé au troisième exercice d’application d’un rôle:
1°  tout exercice auquel s’applique un rôle en plus de ceux pour lesquels il a été fait conformément à l’article 14, 14.1 ou 183;
2°  le deuxième exercice auquel s’applique un rôle fait en vertu du deuxième alinéa de l’article 72;
3°  l’exercice auquel s’applique un rôle fait en vertu du troisième alinéa de l’article 72.
1988, c. 76, a. 26; 1991, c. 32, a. 36.
73. Dans les quinze jours du dépôt du rôle, le greffier de la municipalité locale donne avis que le rôle est déposé à son bureau et que toute personne peut en prendre connaissance à cet endroit.
1979, c. 72, a. 73; 1987, c. 68, a. 77; 1991, c. 32, a. 160.
74. L’avis prévu à l’article 73 mentionne également le délai dans lequel peut être déposée, à l’égard du rôle, une demande de révision prévue par la section I du chapitre X, le lieu où doit être effectué ce dépôt et la façon de l’effectuer.
1979, c. 72, a. 74; 1982, c. 63, a. 193; 1988, c. 76, a. 27; 1996, c. 67, a. 3.
74.1. Dans les trois mois qui précèdent le début de chacun des deuxième et troisième exercices financiers auxquels s’applique un rôle, le greffier de la municipalité locale doit donner un avis qui mentionne le délai dans lequel peut être déposée à l’égard du rôle, au motif que l’évaluateur n’a pas effectué une modification qu’il aurait dû y apporter en vertu de l’article 174 ou 174.2, une demande de révision prévue par la section I du chapitre X, le lieu où doit être effectué ce dépôt et la façon de l’effectuer.
Malgré le paragraphe 3° de l’article 72.1, le premier alinéa du présent article ne s’applique pas dans le cas où le rôle ne s’applique qu’à un exercice.
1988, c. 76, a. 28; 1991, c. 32, a. 37; 1996, c. 67, a. 4.
75. Le greffier de la municipalité locale affiche dans son bureau l’avis prévu par l’article 73 ou 74.1 et le publie dans un journal diffusé dans le territoire de celle-ci.
1979, c. 72, a. 75; 1988, c. 76, a. 29; 1991, c. 32, a. 160.
76. Le rôle entre en vigueur au début du premier des exercices pour lesquels il est fait ou, dans le cas du rôle déposé en vertu du troisième alinéa de l’article 72, au début de l’exercice pour lequel il est fait.
Il demeure en vigueur pendant tout exercice pour lequel il est fait, même s’il fait l’objet d’une demande de révision, d’un recours devant le Tribunal, d’une proposition de correction ou d’un recours en cassation ou en nullité, totale ou partielle, sous réserve de l’article 183.
1979, c. 72, a. 76; 1988, c. 76, a. 30; 1991, c. 32, a. 38; 1996, c. 67, a. 5; 1997, c. 43, a. 259.
77. Entre son dépôt et son entrée en vigueur, le rôle peut être utilisé pour l’établissement du taux d’une taxe, la confection d’un budget ou une autre mesure qui doit ou peut être prise par anticipation à l’égard de l’exercice financier au cours duquel le rôle entre en vigueur.
Durant la même période, le rôle peut être modifié conformément à l’article 174 ou 174.2, outre le cas prévu à l’article 174.1, mais une telle modification n’a effet qu’à compter de l’entrée en vigueur du rôle.
1979, c. 72, a. 77; 1988, c. 76, a. 31; 1991, c. 32, a. 39.
CHAPITRE VII
PROPRIÉTÉ ET GARDE DU RÔLE
78. Le rôle est la propriété de la municipalité locale pour laquelle il est fait.
Les documents rassemblés ou préparés par l’évaluateur en vue de la confection ou de la tenue à jour du rôle, qu’ils aient servi ou non à cette fin, appartiennent au propriétaire du rôle. L’organisme municipal responsable de l’évaluation a la garde de ces documents au bénéfice de leur propriétaire, et décide de l’endroit où ils doivent être conservés.
Aux fins du présent chapitre, le mot «document» comprend une bande, un ruban, un disque, une cassette ou un autre support d’information, ainsi que les données qu’il renferme. La propriété ou la garde d’un tel document emporte le droit pour l’organisme ou la municipalité d’obtenir sans frais de l’évaluateur et de toute autre personne qui y a consigné les données tous les renseignements nécessaires pour avoir accès à ces données et pour pouvoir les transcrire sur un document conventionnel; cependant, ce droit ne comprend pas celui d’obtenir sans frais le logiciel.
1979, c. 72, a. 78; 1983, c. 57, a. 112; 1991, c. 32, a. 40.
79. Malgré l’article 9 de la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels (chapitre A‐2.1), nul n’a droit d’accès aux documents visés au deuxième alinéa de l’article 78, à l’exception de la matrice graphique dont l’établissement et la tenue à jour sont prévus par le règlement pris en vertu du paragraphe 1° de l’article 263 et par le Manuel d’évaluation foncière du Québec auquel il renvoie.
Toutefois, une personne peut consulter un tel document relatif à l’immeuble dont elle est le propriétaire ou l’occupant ou relatif à l’établissement d’entreprise dont elle est l’occupant, s’il a servi de base à une inscription au rôle concernant cet immeuble ou cet établissement d’entreprise et s’il a été préparé par l’évaluateur. Il en est de même pour une personne ayant déposé une demande de révision ou pour un requérant à l’égard de l’immeuble ou de l’établissement d’entreprise qui fait l’objet de la demande de révision ou d’un recours devant le Tribunal.
Outre la municipalité locale et l’organisme municipal responsable de l’évaluation, le ministre peut consulter un tel document préparé par l’évaluateur et en obtenir copie sans frais.
1979, c. 72, a. 79; 1987, c. 68, a. 78; 1991, c. 32, a. 41; 1996, c. 67, a. 6; 1997, c. 93, a. 117; 1997, c. 43, a. 260; 1999, c. 40, a. 133.
80. Le ministre peut, sans frais, obtenir du greffier de la municipalité locale une copie ou un extrait du rôle en vigueur ou du rôle antérieur à ce dernier.
Il peut aussi donner mandat à une personne de prendre connaissance ou d’obtenir copie d’un document visé au deuxième alinéa de l’article 78 et préparé par l’évaluateur, et enjoindre à cette personne de lui faire rapport de ses constatations. La personne qui détient ce document doit le produire et l’exhiber, ou en donner copie sans frais, au mandataire du ministre qui lui en donne l’ordre.
1979, c. 72, a. 80; 1991, c. 32, a. 160.
80.1. Dans le cas d’un document visé au troisième alinéa de l’article 78, le droit du ministre ou de son mandataire d’en obtenir une copie sans frais ne s’applique pas au support d’information lui-même, mais à la transcription sur un document conventionnel des données qu’il renferme et qui font l’objet de la demande du ministre ou de son mandataire. Le droit du ministre ou de son mandataire de consulter un tel document s’applique, selon son choix, au support d’information ou à la transcription; dans le premier cas, le ministre a le droit d’obtenir sans frais tous les renseignements nécessaires pour avoir accès aux données que renferme le support d’information; cependant, ce droit ne comprend pas celui d’obtenir sans frais le logiciel.
Le droit d’un propriétaire, d’un occupant, d’une personne ayant déposé une demande de révision ou d’une personne exerçant un recours devant le Tribunal de consulter un tel document ne s’applique qu’à la transcription des données que renferme le support d’information et qui sont visées par le deuxième alinéa de l’article 79.
1983, c. 57, a. 113; 1991, c. 32, a. 42; 1996, c. 67, a. 7; 1997, c. 43, a. 261; 1997, c. 93, a. 118.
80.2. L’évaluateur doit, dans les 30 jours qui suivent le dépôt du rôle, transmettre sans frais au ministre des Affaires municipales et de la Métropole tout extrait du rôle comprenant une inscription utilisée dans le calcul d’une somme payable par le gouvernement en vertu de l’un des articles 210, 254 et 257.
Il doit, dans le même délai, transmettre sans frais au ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation tout extrait du rôle qui est relatif à une unité d’évaluation comprenant une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement pris en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14) et située dans une zone agricole établie en vertu de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (chapitre P‐41.1).
Un tel extrait peut être transmis sous forme d’une copie vidimée ou de tout autre document, selon ce que conviennent le ministre concerné et l’évaluateur.
1991, c. 32, a. 43; 1994, c. 30, a. 8; 1996, c. 26, a. 85; 1999, c. 43, a. 13.
CHAPITRE VIII
AVIS D’ÉVALUATION ET COMPTE DE TAXES
81. Avant le 1er mars du premier des exercices pour lesquels est fait le rôle ou, dans le cas où l’unité d’évaluation est visée au deuxième alinéa de l’article 80.2, avant le 1er mars de chaque année, le greffier de la municipalité locale expédie un avis d’évaluation à toute personne au nom de laquelle est inscrit au rôle, selon le cas, une unité d’évaluation ou un établissement d’entreprise. Toutefois, il le fait dans les 60 jours qui suivent le dépôt du rôle dans le cas d’un avis qui est expédié pour l’exercice financier au cours duquel le rôle entre en vigueur et qui est relatif à une unité ou à un établissement dont la valeur inscrite au rôle est égale ou supérieure à, respectivement, 1 000 000 $ ou 100 000 $.
Avant le 1er mars de chaque année, le greffier expédie un compte de taxes à toute personne visée au premier alinéa dont l’unité d’évaluation ou l’établissement d’entreprise est assujetti à une taxe foncière municipale ou à une taxe d’affaires, selon le cas, qui est déjà imposée et qui doit être prélevée au cours de l’exercice visé. Ce compte peut comprendre d’autre taxes ou compensations municipales devant être payées par le destinataire.
Dans le cas où l’unité d’évaluation ou l’établissement d’entreprise est inscrit au nom de plusieurs personnes, le greffier peut faire la transmission à une seule d’entre elles en indiquant sur l’avis ou sur le compte que celui-ci s’adresse au destinataire et aux autres personnes, lesquelles peuvent être désignées collectivement.
L’avis et le compte doivent être conformes au règlement pris en vertu du paragraphe 2° de l’article 263. Ils peuvent être inclus dans un seul document.
Le compte de toute taxe ou compensation municipale qui n’est pas visé au deuxième alinéa doit être expédié à son destinataire au plus tard le 31 décembre de l’exercice qui suit celui pour lequel la taxe ou la compensation est imposée.
1979, c. 72, a. 81; 1980, c. 34, a. 19; 1982, c. 2, a. 86; 1987, c. 69, a. 3; 1991, c. 32, a. 44; 1994, c. 30, a. 9; 1996, c. 67, a. 8; 1999, c. 40, a. 133; 1999, c. 90, a. 27.
82. Dans le cas où une Communauté a la compétence en matière de facturation et d’envoi des comptes de taxes de la municipalité locale, le secrétaire ou le trésorier de la Communauté exerce les fonctions que l’article 81 confère au greffier de la municipalité locale.
Pendant l’application d’une entente en vertu de laquelle, conformément au premier alinéa de l’article 196, la municipalité a délégué l’exercice de sa compétence en matière d’expédition des avis d’évaluation et des comptes de taxes, les fonctions prévues à l’article 81 sont exercées par le greffier de la municipalité locale ou de l’organisme municipal responsable de l’évaluation qui a reçu la délégation.
1979, c. 72, a. 82; 1991, c. 32, a. 45; 1994, c. 30, a. 10.
83. Lorsque le budget de la municipalité locale est adopté après le début de l’exercice financier, la date du 1er mars prévue à l’article 81 est remplacée pour cet exercice, quant à l’expédition de l’avis et du compte, par la date correspondant au soixantième jour qui suit l’adoption du budget.
Si l’expédition de l’avis et du compte ne peut être effectuée dans le délai applicable, la municipalité locale ou, selon le cas, la Communauté ou l’autre municipalité compétente visée à l’article 82 fixe la date avant laquelle l’expédition doit être effectuée. Le plus tôt possible après l’adoption de la résolution par laquelle la municipalité ou la Communauté fixe cette date, son greffier en transmet au ministre une copie certifiée conforme.
1979, c. 72, a. 83; 1984, c. 38, a. 154; 1991, c. 32, a. 46; 1995, c. 34, a. 76.
CHAPITRE IX
Abrogé, 1997, c. 43, a. 262.
1997, c. 43, a. 262.
84. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 84; 1997, c. 43, a. 262.
85. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 85; 1996, c. 67, a. 9; 1997, c. 43, a. 262.
86. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 86; 1994, c. 30, a. 11.
87. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 87; 1997, c. 43, a. 262.
88. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 88; 1982, c. 63, a. 194; 1991, c. 32, a. 47; 1997, c. 43, a. 262.
89. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 89; 1994, c. 30, a. 12; 1997, c. 43, a. 262.
90. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 90; 1994, c. 30, a. 13; 1997, c. 43, a. 262.
91. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 91; 1994, c. 30, a. 14; 1997, c. 43, a. 262.
92. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 92; 1994, c. 30, a. 15.
93. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 93; 1994, c. 30, a. 15.
94. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 94; 1997, c. 43, a. 262.
95. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 95; 1997, c. 43, a. 262.
96. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 96; 1992, c. 61, a. 306; 1997, c. 43, a. 262.
97. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 97; 1997, c. 43, a. 262.
98. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 98; 1994, c. 30, a. 16.
99. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 99; 1994, c. 30, a. 16.
100. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 100; 1982, c. 63, a. 195; 1988, c. 76, a. 32; 1991, c. 32, a. 48; 1994, c. 30, a. 17; 1997, c. 43, a. 262.
101. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 101; 1994, c. 30, a. 18; 1997, c. 43, a. 262.
102. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 102; 1994, c. 30, a. 19.
103. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 103; 1997, c. 43, a. 262.
104. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 104; 1997, c. 43, a. 262.
105. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 105; 1994, c. 30, a. 20; 1997, c. 43, a. 262.
106. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 106; 1997, c. 43, a. 262.
107. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 107; 1997, c. 43, a. 262.
108. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 108; 1982, c. 2, a. 87; 1982, c. 63, a. 196; 1988, c. 76, a. 33; 1991, c. 32, a. 49; 1994, c. 30, a. 21; 1997, c. 43, a. 262.
109. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 109; 1983, c. 55, a. 161; 1994, c. 30, a. 22; 1997, c. 43, a. 262.
110. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 110; 1982, c. 63, a. 197; 1988, c. 76, a. 34; 1991, c. 32, a. 50; 1994, c. 30, a. 23; 1997, c. 43, a. 262.
111. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 111; 1994, c. 30, a. 24; 1997, c. 43, a. 262.
112. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 112; 1997, c. 43, a. 262.
113. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 113; 1997, c. 43, a. 262.
114. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 114; 1982, c. 63, a. 198; 1988, c. 76, a. 35; 1991, c. 32, a. 51; 1997, c. 43, a. 262.
115. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 115; 1997, c. 43, a. 262.
116. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 116; 1994, c. 30, a. 25; 1997, c. 43, a. 262.
117. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 117; 1997, c. 43, a. 262.
118. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 118; 1982, c. 63, a. 199; 1988, c. 76, a. 36; 1991, c. 32, a. 52; 1997, c. 43, a. 262.
119. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 119; 1997, c. 43, a. 262.
120. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 120; 1982, c. 63, a. 200; 1988, c. 76, a. 37; 1991, c. 32, a. 53; 1997, c. 43, a. 262.
121. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 121; 1988, c. 21, a. 66; 1994, c. 30, a. 26; 1997, c. 43, a. 262.
122. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 122; 1994, c. 30, a. 27; 1997, c. 43, a. 262.
123. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 123; 1994, c. 30, a. 28; 1997, c. 43, a. 262.
CHAPITRE X
RÉVISION ADMINISTRATIVE ET RECOURS DEVANT LE TRIBUNAL
1996, c. 67, a. 10; 1997, c. 43, a. 263.
SECTION I
RÉVISION ADMINISTRATIVE
1996, c. 67, a. 10.
124. Une personne qui a un intérêt à contester l’exactitude, la présence ou l’absence d’une inscription au rôle relative à un bien dont elle-même ou une autre personne est propriétaire peut déposer auprès de l’organisme municipal responsable de l’évaluation une demande de révision à ce sujet.
Une telle personne peut notamment:
1°  contester l’inscription d’un bien qui n’est pas un immeuble devant être porté au rôle, ou l’omission d’un bien qui est un tel immeuble;
2°  contester l’exactitude, la présence ou l’absence d’une inscription visée à l’article 55;
3°  demander la réunion de plusieurs immeubles pour former une unité d’évaluation, ou le fractionnement d’une unité d’évaluation en plusieurs.
Une personne tenue de payer une taxe ou une compensation à la municipalité locale ou à la commission scolaire qui utilise le rôle est réputée avoir l’intérêt exigé par le présent article.
Toutefois, aucune demande de révision ne peut être déposée à l’égard de l’annexe du rôle prévue à l’article 69.
Pendant l’application d’une entente conclue en vertu de l’article 196.1, toute demande de révision relative à un bien situé sur le territoire d’une municipalité locale avec laquelle l’entente a été conclue doit être déposée auprès de cette municipalité.
1979, c. 72, a. 124; 1991, c. 32, a. 54; 1996, c. 67, a. 11; 1999, c. 40, a. 133.
125. Une municipalité locale, un organisme municipal responsable de l’évaluation ou une commission scolaire ne peut déposer une demande de révision à l’égard d’un bien qui n’est pas inscrit au rôle à son nom que si cette demande est fondée sur une question de droit.
1979, c. 72, a. 125; 1991, c. 32, a. 55; 1996, c. 67, a. 12.
126. Le ministre des Affaires municipales et de la Métropole peut déposer une demande de révision à l’égard d’une inscription utilisée dans le calcul d’une somme payable par le gouvernement en vertu de l’un des articles 210, 254 et 257.
Le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation peut déposer une demande de révision à l’égard d’une inscription relative à une unité d’évaluation visée au deuxième alinéa de l’article 80.2.
1979, c. 72, a. 126; 1980, c. 34, a. 20; 1991, c. 32, a. 56; 1994, c. 30, a. 29; 1996, c. 67, a. 13; 1999, c. 43, a. 13.
127. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 127; 1991, c. 29, a. 13.
128. La demande de révision expose succinctement les motifs invoqués à son soutien et les conclusions recherchées.
1979, c. 72, a. 128; 1996, c. 67, a. 14.
129. La demande de révision doit être faite sur la formule prescrite par le règlement adopté en vertu du paragraphe 2° de l’article 263, à défaut de quoi elle est réputée ne pas avoir été déposée.
1979, c. 72, a. 129; 1982, c. 63, a. 201; 1996, c. 67, a. 15.
130. La demande de révision doit être déposée avant le 1er mai suivant l’entrée en vigueur du rôle.
1979, c. 72, a. 130; 1988, c. 76, a. 38; 1996, c. 67, a. 16.
131. Dans le cas où en vertu de l’article 83 l’avis d’évaluation pour l’exercice au cours duquel le rôle entre en vigueur est expédié après le dernier jour du mois de février de cet exercice, la demande de révision doit être déposée avant l’expiration d’un délai de 60 jours suivant cette expédition.
1979, c. 72, a. 131; 1983, c. 57, a. 114; 1988, c. 76, a. 39; 1995, c. 34, a. 77; 1996, c. 67, a. 17.
131.1. Dans le cas où il reçoit, après le dernier jour du mois de février de l’exercice au cours duquel le rôle entre en vigueur, la demande de paiement d’une somme payable pour cet exercice par le gouvernement en vertu de l’un des articles 210, 254 et 257, le ministre des Affaires municipales et de la Métropole peut déposer, dans les 60 jours de la réception de cette demande, la demande de révision prévue à l’article 126 à l’égard d’une inscription utilisée dans le calcul de cette somme, s’il n’a pas reçu avant le 1er mars de cet exercice, conformément à l’article 80.2, l’extrait du rôle contenant cette inscription.
Dans le cas où il reçoit, après le dernier jour du mois de février de l’exercice au cours duquel le rôle entre en vigueur, la demande de remboursement des taxes foncières et des compensations payables pour cet exercice qui est prévue au deuxième alinéa de l’article 36.2 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14), le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation peut déposer, dans les 60 jours qui suivent la réception de cette demande, la demande de révision prévue à l’article 126 de la présente loi à l’égard de l’unité d’évaluation faisant l’objet de la demande de remboursement, s’il n’a pas reçu avant le 1er mars de cet exercice, conformément à l’article 80.2 de la présente loi, l’extrait du rôle relatif à cette unité.
1986, c. 34, a. 6; 1988, c. 76, a. 40; 1991, c. 32, a. 57; 1994, c. 30, a. 30; 1995, c. 64, a. 12; 1996, c. 67, a. 18; 1999, c. 43, a. 13.
131.2. Une demande de révision peut être déposée en tout temps au cours de l’exercice financier pendant lequel survient un événement justifiant une modification du rôle en vertu de l’article 174 ou 174.2 ou au cours de l’exercice suivant, si l’évaluateur n’effectue pas cette modification.
1988, c. 76, a. 41; 1991, c. 32, a. 58; 1996, c. 67, a. 19.
132. Une demande de révision à l’égard d’une modification au rôle apportée en vertu de l’article 174 ou 174.2 doit être déposée, selon la dernière des échéances, soit avant le 1er mai qui suit l’entrée en vigueur du rôle, soit avant le soixante-et-unième jour qui suit l’expédition de l’avis prévu à l’article 180 à la personne au nom de laquelle est ou était inscrit au rôle le bien visé par la modification ou, dans le cas d’une demande visée à l’article 126, avant le soixante-et-unième jour qui suit la réception d’une copie de cet avis par le ministre des Affaires municipales et de la Métropole ou, selon le cas, par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.
1979, c. 72, a. 132; 1982, c. 2, a. 88; 1991, c. 32, a. 59; 1994, c. 30, a. 31; 1996, c. 67, a. 20; 1999, c. 43, a. 13.
133. Dans le cas où, conformément à l’article 183, un nouveau rôle est déposé pour remplacer un rôle cassé ou déclaré nul en totalité, une demande de révision à l’égard de ce nouveau rôle doit être déposée dans les 60 jours de l’expédition à son destinataire de l’avis d’évaluation transmis conformément au paragraphe 3° du troisième alinéa de l’article 183 ou, dans le cas d’une demande visée à l’article 126, dans les 60 jours de la réception, par le ministre des Affaires municipales et de la Métropole ou, selon le cas, par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, de l’extrait du rôle transmis conformément à ce paragraphe.
1979, c. 72, a. 133; 1980, c. 11, a. 132; 1983, c. 57, a. 115; 1991, c. 32, a. 60; 1994, c. 30, a. 32; 1996, c. 67, a. 21; 1999, c. 43, a. 13.
134. Lorsque le greffier expédie tardivement l’avis d’évaluation pour l’exercice au cours duquel le rôle entre en vigueur, le dépôt d’une demande de révision relative à l’unité d’évaluation ou à l’établissement d’entreprise visé par l’avis peut être fait après l’expiration du délai prévu à l’article 130 ou à l’article 131, selon le cas, s’il l’est dans les 60 jours qui suivent l’expédition, ou dans les 120 jours qui suivent celle-ci lorsque l’avis est relatif à une unité ou à un établissement dont la valeur inscrite au rôle est égale ou supérieure à, respectivement, 1 000 000 $ ou 100 000 $.
1979, c. 72, a. 134; 1991, c. 32, a. 61; 1995, c. 34, a. 78; 1996, c. 67, a. 22; 1999, c. 40, a. 133.
134.1. Une demande de révision qui, en raison d’une situation de force majeure, n’a pu être déposée dans le délai applicable parmi ceux prévus aux articles 130 à 134 peut l’être dans les 60 jours qui suivent la fin de cette situation.
1996, c. 67, a. 22.
135. Le dépôt de la demande de révision est effectué par la remise de la formule visée à l’article 129, dûment remplie, au bureau de l’organisme municipal responsable de l’évaluation ou de la municipalité locale, selon le cas, ou à tout autre endroit déterminé par l’organisme ou la municipalité. Le dépôt de la demande peut aussi être effectué par l’envoi de la formule dûment remplie, par courrier recommandé, à l’organisme ou à la municipalité; dans un tel cas, la demande est réputée avoir été déposée le jour de son envoi.
La somme d’argent déterminée par le règlement adopté par l’organisme en vertu de l’article 263.2 doit être jointe à la formule, à défaut de quoi la demande est réputée ne pas avoir été déposée.
Si une demande de révision porte sur plusieurs unités d’évaluation ou établissements d’entreprise, il est réputé y avoir une demande par unité ou établissement.
Le personnel en fonction à l’endroit où est déposée une demande de révision doit prêter son assistance à une personne qui le requiert pour remplir la formule et, le cas échéant, pour calculer la somme d’argent qui doit y être jointe.
1979, c. 72, a. 135; 1982, c. 2, a. 89; 1982, c. 63, a. 202; 1991, c. 32, a. 62; 1992, c. 53, a. 5; 1994, c. 30, a. 33; 1996, c. 67, a. 22; 1999, c. 40, a. 133.
135.1. Si la demande de révision a été déposée, conformément à une entente conclue en vertu de l’article 196.1, auprès d’une municipalité locale qui n’a pas de compétence en matière d’évaluation, le greffier transmet la formule et, le cas échéant, la somme d’argent qui y est jointe et les pièces qui l’accompagnent à l’organisme municipal responsable de l’évaluation.
1996, c. 67, a. 22.
136. Le greffier de l’organisme municipal responsable de l’évaluation auprès duquel a été déposée une demande de révision ou auquel a été faite la transmission prévue à l’article 135.1 transmet le plus tôt possible à l’évaluateur la formule et, le cas échéant, les pièces qui l’accompagnent.
Sauf dans le cas où la demande a été déposée auprès de la municipalité locale ou dans celui où celle-ci est le demandeur, le greffier de l’organisme transmet à la municipalité une copie de la formule et, le cas échéant, des pièces qui l’accompagnent.
1979, c. 72, a. 136; 1991, c. 32, a. 63; 1994, c. 30, a. 34; 1996, c. 67, a. 22.
137. Si le demandeur n’est pas la personne au nom de laquelle l’unité d’évaluation ou l’établissement d’entreprise visé par la demande de révision est inscrit au rôle, le greffier de l’organisme municipal responsable de l’évaluation transmet à cette personne, le plus tôt possible, une copie de la formule.
1979, c. 72, a. 137; 1991, c. 32, a. 64; 1994, c. 30, a. 35; 1996, c. 67, a. 22; 1999, c. 40, a. 133.
138. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 138; 1991, c. 32, a. 65; 1996, c. 67, a. 23.
138.1. Le greffier de l’organisme municipal responsable de l’évaluation doit informer le ministre des Affaires municipales et de la Métropole de toute demande de révision qui, dans l’hypothèse d’une modification au rôle favorable au demandeur, aurait pour effet d’obliger le gouvernement à verser une somme visée à l’article 210, 254 ou 257 à l’égard du bien faisant l’objet de la demande.
Il doit informer le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation de toute demande de révision qui, dans l’hypothèse d’une modification au rôle favorable au demandeur, ferait en sorte qu’une unité d’évaluation deviendrait visée au deuxième alinéa de l’article 80.2 ou que serait modifiée la proportion de la valeur imposable de l’unité représentée par la valeur imposable de l’exploitation agricole visée à cet alinéa.
1986, c. 34, a. 7; 1991, c. 29, a. 14; 1991, c. 32, a. 66; 1994, c. 30, a. 36; 1996, c. 67, a. 24; 1999, c. 43, a. 13.
138.2. Le greffier de l’organisme municipal responsable de l’évaluation doit, lorsqu’une demande de révision vise à faire inscrire au rôle un tiers à titre de locataire ou d’occupant, l’informer de cette demande.
1996, c. 67, a. 25; 2000, c. 54, a. 51.
138.3. L’évaluateur saisi d’une demande de révision doit vérifier le bien-fondé de la contestation. Il doit, dans le délai prévu au deuxième ou au troisième alinéa, selon le cas, faire au demandeur une proposition écrite de modification au rôle ou l’informer par écrit, avec les motifs de sa décision, qu’il n’a aucune modification à proposer.
Dans le cas où la demande de révision doit être déposée avant le 1er mai qui suit l’entrée en vigueur du rôle, l’évaluateur doit se conformer au premier alinéa au plus tard le 1er septembre suivant.
Dans les autres cas, l’évaluateur doit se conformer au premier alinéa, selon la dernière des échéances, au plus tard le 1er septembre qui suit l’entrée en vigueur du rôle ou dans les quatres mois qui suivent le dépôt de la demande de révision.
L’organisme municipal responsable de l’évaluation peut, avant le 15 août de l’année qui suit l’entrée en vigueur du rôle, reporter l’échéance du 1er septembre prévue au deuxième alinéa au 1er novembre suivant ou, dans le cas où la municipalité locale y consent, à une date pouvant aller jusqu’au 1er avril suivant.
Le greffier de l’organisme doit, le plus tôt possible, aviser par écrit de ce report le Tribunal et les personnes qui ont déposé une demande de révision visée au deuxième alinéa et à qui n’a pas été expédié l’un des écrits prévus au premier alinéa. Toutefois, le greffier n’a pas à aviser ces personnes si elles ont été informées de ce report, au moyen de la formule visée à l’article 129, lors du dépôt de leur demande de révision.
1996, c. 67, a. 25; 1999, c. 31, a. 4.
138.4. Le demandeur peut, s’il n’a pas formé le recours prévu à l’article 138.5, conclure avec l’évaluateur une entente sur une modification au rôle.
L’entente peut être conclue :
1°  au plus tard le trentième jour qui suit l’expédition par l’évaluateur de l’écrit prévu au premier alinéa de l’article 138.3 ;
2°  avant l’expiration du délai applicable pour l’expédition de l’écrit prévu au premier alinéa de l’article 138.3, si l’évaluateur ne l’a pas expédié dans ce délai.
L’entente doit être écrite et prévoir la date de prise d’effet de la modification au rôle qui en découle.
Toute entente conclue après l’expiration du délai prévu au deuxième alinéa est nulle.
1996, c. 67, a. 25; 1997, c. 43, a. 264; 1999, c. 31, a. 4.
SECTION II
RECOURS DEVANT LE TRIBUNAL
1996, c. 67, a. 25; 1997, c. 43, a. 265.
138.5. La personne qui a fait la demande de révision peut, si elle n’a pas conclu une entente en vertu de l’article 138.4, former devant le Tribunal un recours ayant le même objet que la demande.
Si une telle entente est conclue, les personnes suivantes autres que celle qui a fait la demande de révision peuvent, dans les circonstances mentionnées le cas échéant, former un recours devant le Tribunal pour contester la modification découlant de l’entente:
1°  la personne au nom de laquelle l’unité d’évaluation ou l’établissement d’entreprise visé par la modification est inscrit au rôle ou l’était immédiatement avant celle-ci;
2°  la personne qui, par l’effet de la modification, a été inscrite au rôle à titre de locataire ou d’occupant de l’unité d’évaluation;
3°  la municipalité locale, la commission scolaire ou l’organisme municipal responsable de l’évaluation intéressé, si la modification concerne une unité d’évaluation ou un établissement d’entreprise qui n’est pas inscrit au rôle à son nom et si le recours est fondé sur une question de droit;
4°  le ministre des Affaires municipales et de la Métropole, si la modification concerne une inscription utilisée dans le calcul d’une somme payable par le gouvernement en vertu de l’un des articles 210, 254 et 257;
5°  le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, si la modification concerne une inscription relative à une unité d’évaluation visée au deuxième alinéa de l’article 80.2.
Le recours visé au premier alinéa doit être formé avant le 31e jour qui suit l’expiration du délai prévu au deuxième alinéa de l’article 138.4 pour la conclusion d’une entente.
Le recours visé au deuxième alinéa doit être formé, selon la dernière des échéances, soit avant le 1er mai qui suit l’entrée en vigueur du rôle, soit avant le 31e jour qui suit:
1°  l’expédition au requérant de l’avis prévu à l’article 180, dans le cas prévu au paragraphe 1° de cet alinéa;
2°  l’expédition au requérant d’une copie de l’avis prévu à l’article 180, dans le cas prévu au paragraphe 2° de cet alinéa ou dans celui où la commission scolaire ou l’organisme municipal responsable de l’évaluation est le requérant en vertu du paragraphe 3° de cet alinéa;
3°  l’expédition au greffier de la municipalité locale du certificat de modification, dans le cas où la municipalité est le requérant en vertu du paragraphe 3° de cet alinéa;
4°  la réception par le requérant d’une copie de l’avis prévu à l’article 180, dans un cas visé à l’un des paragraphes 4° et 5° de cet alinéa.
Un recours qui, en raison d’une situation de force majeure, n’a pu être formé dans le délai applicable parmi ceux prévus au présent article peut l’être dans les 60 jours qui suivent la fin de cette situation.
1996, c. 67, a. 25; 1997, c. 43, a. 266; 1999, c. 31, a. 5; 1999, c. 40, a. 133; 1999, c. 43, a. 13; 2000, c. 54, a. 52.
138.6. (Abrogé).
1996, c. 67, a. 25; 1997, c. 43, a. 267.
138.7. (Abrogé).
1996, c. 67, a. 25; 1997, c. 43, a. 267.
138.8. (Abrogé).
1996, c. 67, a. 25; 1997, c. 43, a. 267.
138.9. Outre le requérant, les autres personnes suivantes sont parties au litige devant le Tribunal par le seul fait du dépôt de la requête:
1°  la municipalité locale;
2°  l’organisme municipal responsable de l’évaluation;
3°  la personne au nom de laquelle l’unité d’évaluation ou l’établissement d’entreprise visé par la requête est inscrit au rôle;
4°  le ministre des Affaires municipales et de la Métropole dans un cas visé au premier alinéa de l’article 138.1;
5°  le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation dans un cas visé au deuxième alinéa de l’article 138.1;
6°  la personne que la requête vise à faire inscrire au rôle à titre de locataire ou d’occupant de l’unité d’évaluation.
1996, c. 67, a. 25; 1997, c. 43, a. 268; 1999, c. 40, a. 133; 1999, c. 43, a. 13; 2000, c. 54, a. 53.
138.10. Le secrétaire du Tribunal transmet une copie de la requête et, le cas échéant, des pièces qui l’accompagnent à l’évaluateur et aux parties au litige autres que le requérant.
1996, c. 67, a. 25; 1997, c. 43, a. 269.
139. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 139; 1988, c. 76, a. 42; 1991, c. 32, a. 67; 1997, c. 43, a. 270.
140. Le vice-président responsable de la section des affaires immobilières du Tribunal peut demander à l’évaluateur de faire une étude des inscriptions ou des omissions visées par la requête et de transmettre au Tribunal et aux parties un rapport contenant les détails de l’évaluation et, si celle-ci est contestée, une réponse aux motifs de la contestation et la conclusion qu’il recommande.
Le vice-président peut demander au requérant de transmettre un rapport explicitant les motifs de sa contestation au Tribunal, à l’évaluateur et aux autres parties.
Le vice-président fixe le délai de transmission qui, sauf consentement de la personne tenue de transmettre le rapport, doit être d’au moins 30 jours.
1979, c. 72, a. 140; 1988, c. 76, a. 43; 1991, c. 32, a. 68; 1994, c. 30, a. 37; 1997, c. 43, a. 271.
141. Sauf du consentement des parties, une audience ne peut avoir lieu si un avis écrit du Tribunal n’a pas été remis en personne ou expédié par la poste aux parties, au moins 30 jours auparavant.
Cependant, le Tribunal peut adjuger sommairement au requérant les conclusions de sa requête et donner avis de telle décision aux parties, si l’évaluateur en fait la recommandation, lorsque les parties autres que le requérant y consentent ou lorsqu’aucune de celles-ci n’a transmis au Tribunal un avis de son désaccord avec la recommandation, à l’expiration d’un délai de 30 jours suivant l’expédition par le Tribunal à ces parties d’un avis indiquant la recommandation de l’évaluateur et la décision proposée.
Le cas échéant, le conseil de l’organisme municipal responsable de l’évaluation ou de la municipalité locale peut déléguer au comité exécutif ou administratif le pouvoir d’exprimer ce consentement ou ce désaccord.
1979, c. 72, a. 141; 1980, c. 34, a. 21; 1982, c. 63, a. 203; 1988, c. 76, a. 44; 1991, c. 32, a. 69; 1994, c. 30, a. 38; 1996, c. 67, a. 26; 1997, c. 43, a. 272.
142. L’évaluateur peut déléguer un de ses assistants pour le remplacer comme témoin.
1979, c. 72, a. 142; 1994, c. 30, a. 39; 1996, c. 67, a. 27; 1997, c. 43, a. 273.
142.1. Le requérant n’est pas tenu d’être présent ou représenté par son procureur à l’audience lorsqu’il a produit au dossier une acceptation écrite de la recommandation de l’évaluateur.
1985, c. 27, a. 89; 1997, c. 43, a. 274.
143. Le Tribunal ne peut modifier, ajouter ou supprimer une inscription si l’exactitude, l’absence ou la présence de celle-ci n’a pas fait l’objet d’un recours instruit devant lui.
1979, c. 72, a. 143; 1997, c. 43, a. 275.
144. Le Tribunal n’est tenu de modifier, ajouter ou supprimer une inscription que si l’erreur ou l’irrégularité constatée est susceptible de causer un préjudice réel.
1979, c. 72, a. 144; 1997, c. 43, a. 276.
145. Pour déterminer s’il y a préjudice réel aux fins de l’article 144, il faut tenir compte de l’unité d’évaluation ou de l’établissement d’entreprise dans son entier.
1979, c. 72, a. 145; 1991, c. 32, a. 70; 1999, c. 40, a. 133.
146. L’article 145 ne s’applique pas dans le cas où l’erreur ou l’irrégularité touche une partie de l’unité d’évaluation soumise à un régime fiscal distinct de celui applicable au reste de l’unité d’évaluation.
1979, c. 72, a. 146.
147. Lorsqu’il décide d’un recours relatif à la valeur inscrite au rôle d’une unité d’évaluation ou d’un établissement d’entreprise et qu’il juge que cette valeur doit être modifiée pour éviter un préjudice réel, le Tribunal fixe la valeur à inscrire en divisant la valeur réelle de l’unité d’évaluation ou de l’établissement d’entreprise qu’il a établie conformément aux articles 43 à 46 ou 69.5 et 69.6 par le facteur du rôle déterminé en vertu de l’article 264 pour le premier des exercices auxquels s’applique le rôle, sous réserve des articles 47 et 48.
À cette fin, le Tribunal peut fixer une valeur inférieure ou supérieure à celles proposées par les parties.
1979, c. 72, a. 147; 1983, c. 57, a. 116; 1986, c. 34, a. 8; 1988, c. 76, a. 45; 1991, c. 32, a. 71; 1997, c. 43, a. 277; 1999, c. 40, a. 133.
147.1. Le Tribunal doit préciser à quelle date prend effet la modification au rôle qu’il décide d’apporter.
1988, c. 76, a. 46; 1997, c. 43, a. 278.
148. À moins que le Tribunal n’en décide autrement pour des motifs particuliers et sous réserve de l’article 148.3, la partie perdante supporte les frais de la partie adverse suivant le tarif déterminé par règlement du gouvernement pris en application de l’article 92 de la Loi sur la justice administrative (chapitre J‐3).
1979, c. 72, a. 148; 1997, c. 43, a. 279.
148.1. Les frais accordés à une partie par le Tribunal sont, sur demande écrite de celle-ci, taxés par le secrétaire du Tribunal sur avis de deux jours à l’autre partie.
Une partie peut, dans les 10 jours de la décision du secrétaire, la contester, au moyen d’un avis écrit au secrétaire, devant le membre du Tribunal qui a présidé l’instruction.
1997, c. 43, a. 279.
148.2. Les témoins, avocats, sténographes, sténotypistes et personnes qui se chargent de l’enregistrement et de la transcription des dépositions ont un recours pour leurs frais taxés aussi bien contre la partie qui retient leurs services que contre l’autre, si celle-ci est, sur décision du Tribunal, tenue au paiement de ces frais. Il y a subrogation de la première contre celle-ci.
1997, c. 43, a. 279.
148.3. Sauf si la requête porte sur une unité d’évaluation ou sur un établissement d’entreprise dont la valeur foncière ou locative, respectivement, qui est inscrite au rôle est égale ou supérieure à la valeur fixée par règlement du gouvernement, les seuls frais que le requérant peut être tenu de supporter sur décision du Tribunal rendue en vertu de l’article 148, sont les frais de sténographie, de sténotypie ou d’enregistrement des dépositions et les frais de transcription de celles-ci, le cas échéant.
1997, c. 43, a. 279; 1999, c. 40, a. 133.
149. Le plus tôt possible après que le Tribunal a rendu une décision, le secrétaire en expédie une copie certifiée conforme aux parties et à la commission scolaire intéressée.
1979, c. 72, a. 149; 1991, c. 32, a. 72; 1994, c. 30, a. 40; 1997, c. 43, a. 280.
150. (Remplacé).
1979, c. 72, a. 150; 1991, c. 32, a. 73; 1994, c. 30, a. 40.
CHAPITRE XI
CORRECTION D’OFFICE
151. Entre la date du dépôt du rôle et le 1er mai suivant, l’évaluateur peut, d’office, faire à la personne au nom de laquelle l’unité d’évaluation ou le lieu d’affaires visé est inscrit au rôle une proposition à l’effet de modifier, d’ajouter ou de supprimer une inscription au rôle, y compris une inscription visée au deuxième alinéa de l’article 124.
Toutefois, aucune telle proposition ne peut être faite à l’égard de l’annexe du rôle prévue à l’article 69.
1979, c. 72, a. 151; 1991, c. 32, a. 74; 1996, c. 67, a. 28.
152. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 152; 1996, c. 67, a. 29.
153. La proposition de correction est faite par l’envoi d’un avis écrit qui mentionne la correction proposée, le droit prévu à l’article 154, la façon de l’exercer et la façon d’établir le délai au cours duquel il peut être exercé.
Une copie de cet avis est transmise à toute personne qui, en vertu des articles 179 et 180, aurait le droit de recevoir le certificat de modification ou une copie de l’avis de celle-ci, si la modification proposée était effectuée.
1979, c. 72, a. 153; 1982, c. 2, a. 90; 1988, c. 84, a. 614; 1991, c. 32, a. 75; 1994, c. 30, a. 41; 1996, c. 67, a. 30.
154. Toute personne visée à l’un des articles 124 à 126 peut déposer une demande de révision à l’égard de la proposition comme si elle constituait une inscription ou une omission au rôle, avant la dernière des éventualités suivantes:
1°  l’expiration du délai visé à l’article 130, ou
2°  l’expiration d’un délai de 60 jours après l’expédition de l’avis prévu à l’article 153 ou, dans le cas d’une demande prévue à l’article 126, l’expiration d’un délai de 60 jours après la réception d’une copie de cet avis par le ministre des Affaires municipales et de la Métropole ou, selon le cas, par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.
1979, c. 72, a. 154; 1991, c. 29, a. 15; 1991, c. 32, a. 76; 1994, c. 30, a. 42; 1996, c. 67, a. 31; 1999, c. 43, a. 13.
155. Si, à l’expiration du délai applicable selon l’article 154 aucune demande de révision n’a été déposée en vertu de cet article, l’évaluateur corrige le rôle conformément à sa proposition.
L’évaluateur peut, avec le consentement écrit de toute personne à qui doit être transmis l’avis prévu à l’article 153 ou sa copie, corriger le rôle avant l’expiration du délai, conformément à sa proposition.
Malgré l’article 154, aucune demande de révision à l’égard d’une proposition ne peut être déposée à compter du jour où l’évaluateur corrige le rôle conformément au deuxième alinéa.
1979, c. 72, a. 155; 1996, c. 67, a. 32; 1999, c. 90, a. 28.
156. À la demande de la municipalité locale, le vice-président responsable de la section des affaires immobilières du Tribunal peut, entre la date du dépôt du rôle et la fin de la période à laquelle il s’applique, demander à l’évaluateur de soumettre au Tribunal un rapport motivé concernant l’exactitude, la présence ou l’absence d’une inscription au rôle.
L’évaluateur transmet ce rapport au Tribunal, au greffier de la municipalité locale et à celui de l’organisme municipal responsable de l’évaluation, dans les 60 jours de la demande.
Dans le même délai, l’évaluateur peut, conformément à son rapport, faire une proposition en vertu de l’article 151, auquel cas les articles 153 à 155 s’appliquent.
1979, c. 72, a. 156; 1988, c. 76, a. 47; 1991, c. 32, a. 77; 1994, c. 30, a. 43; 1996, c. 67, a. 33; 1997, c. 43, a. 281.
157. L’évaluateur ne peut faire une proposition de correction à l’égard d’une inscription ou d’une omission au rôle qui fait l’objet d’une demande de révision ou d’une requête devant le Tribunal.
Toutefois, si la requête est retirée avant que le Tribunal en ait décidé, l’évaluateur peut faire une proposition de correction à l’égard de l’inscription ou de l’omission dans les 60 jours du retrait de la requête.
1979, c. 72, a. 157; 1980, c. 34, a. 22; 1988, c. 21, a. 66; 1996, c. 67, a. 34; 1997, c. 43, a. 282.
157.1. L’évaluateur ne peut faire une proposition de correction pour apporter une modification au rôle qu’il peut effectuer en vertu d’une disposition du chapitre XV autre que le paragraphe 1° de l’article 174 ou de l’article 174.2.
1982, c. 63, a. 204; 1991, c. 32, a. 78; 1996, c. 67, a. 35.
CHAPITRE XII
Abrogé, 1997, c. 43, a. 283.
1988, c. 21, a. 66; 1997, c. 43, a. 283.
158. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 158; 1988, c. 21, a. 66; 1997, c. 43, a. 283.
159. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 159; 1980, c. 34, a. 23.
160. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 160; 1988, c. 21, a. 66; 1997, c. 43, a. 283.
160.1. (Abrogé).
1982, c. 63, a. 205; 1997, c. 43, a. 283.
161. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 161; 1988, c. 21, a. 66; 1997, c. 43, a. 283.
162. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 162; 1988, c. 21, a. 66; 1994, c. 30, a. 44; 1997, c. 43, a. 283.
163. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 163; 1997, c. 43, a. 283.
164. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 164; 1994, c. 30, a. 45; 1997, c. 43, a. 283.
165. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 165; 1988, c. 21, a. 66; 1997, c. 43, a. 283.
166. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 166; 1997, c. 43, a. 283.
167. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 167; 1982, c. 63, a. 206; 1988, c. 21, a. 66; 1997, c. 43, a. 283.
168. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 168; 1988, c. 21, a. 66; 1997, c. 43, a. 283.
169. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 169; 1988, c. 76, a. 48; 1994, c. 30, a. 46; 1997, c. 43, a. 283.
CHAPITRE XIII
Abrogé, 1997, c. 43, a. 283.
1997, c. 43, a. 283.
170. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 170; 1988, c. 21, a. 66; 1988, c. 76, a. 49; 1994, c. 30, a. 47; 1997, c. 43, a. 283.
CHAPITRE XIV
CASSATION OU NULLITÉ DU RÔLE
171. Le rôle ou l’une de ses inscriptions peut être cassé au moyen d’une requête en cassation, conformément à la loi qui régit la municipalité locale intéressée.
Le recours en cassation doit, sous peine de rejet, être pris:
1°  dans le cas où il vise le rôle entier, avant le 1er mai qui suit son dépôt;
2°  dans le cas où il vise une inscription non modifiée, selon la dernière des échéances, soit avant le 1er mai qui suit le dépôt du rôle, soit avant le soixante-et-unième jour qui suit l’expédition de l’avis d’évaluation faisant état de cette inscription qui est expédié pour l’exercice au cours duquel le rôle entre en vigueur;
3°  dans le cas où il vise une inscription modifiée conformément à l’article 174 ou 174.2, selon la dernière des échéances, soit avant le 1er mai qui suit le dépôt du rôle, soit avant le soixante-et-unième jour qui suit l’expédition de l’avis faisant état de cette modification.
1979, c. 72, a. 171; 1991, c. 32, a. 79; 1996, c. 5, a. 77.
172. L’article 171 n’exclut pas le recours prévu par l’article 33 du Code de procédure civile (chapitre C‐25), qui ne peut toutefois pas être intenté après l’expiration d’un délai d’un an qui commence à courir à l’expiration du délai prévu par le deuxième alinéa de l’article 171.
Le présent article s’applique à l’égard d’un rôle de perception.
1979, c. 72, a. 172; 1994, c. 30, a. 48.
172.1. Malgré les articles 171 et 172, aucun des recours qui y sont prévus ne peut être pris à l’égard de l’annexe du rôle prévue à l’article 69 ou de l’une de ses inscriptions.
1991, c. 32, a. 80.
173. Lorsqu’une inscription fait l’objet à la fois d’un recours devant le Tribunal et d’un recours en nullité ou en cassation, le Tribunal peut, à la demande d’une partie, surseoir à toute procédure relative au recours devant lui jusqu’à ce que le jugement sur le recours en nullité ou en cassation soit passé en force de chose jugée.
1979, c. 72, a. 173; 1988, c. 37, a. 1; 1997, c. 43, a. 284.
CHAPITRE XV
TENUE À JOUR DU RÔLE
174. L’évaluateur modifie le rôle d’évaluation foncière pour:
1°  le rendre conforme à sa proposition de correction, dans le cas prévu par l’article 155;
2°  remplacer une inscription cassée ou déclarée nulle, dans la mesure où la cour ne prescrit pas le contenu de la nouvelle inscription et n’a pas cassé le rôle entièrement ou ne l’a pas déclaré entièrement nul;
3°  donner suite au changement de propriétaire d’un immeuble;
4°  y inscrire un immeuble qui en a été indûment omis ou en rayer un bien qui y a été indûment inscrit;
5°  indiquer le caractère non imposable d’un immeuble ou indiquer la partie de sa valeur qui n’est pas imposable, si cette indication a été indûment omise, ou la supprimer si elle a été indûment inscrite;
6°  refléter la diminution de valeur d’une unité d’évaluation à la suite de l’incendie, de la destruction, de la démolition ou de la disparition de tout ou partie d’un immeuble faisant partie de l’unité;
7°  refléter l’augmentation de valeur d’une unité d’évaluation à la suite de la réalisation d’une condition prévue à l’article 32 ou à la suite de travaux effectués sur un bâtiment faisant déjà partie de l’unité, lorsque ces travaux sont substantiellement terminés ou lorsque deux ans se sont écoulés depuis leur début, selon la première des échéances;
8°  tenir compte du fait qu’un bien inscrit au rôle cesse d’être un immeuble devant y être porté, ou qu’un bien non inscrit au rôle devient un tel immeuble;
9°  tenir compte du fait qu’un immeuble exempt de taxe cesse de l’être ou vice versa, du fait qu’un immeuble visé à l’article 255 cesse de l’être ou vice versa ou du fait qu’un immeuble visé par un alinéa de cet article devient visé par un autre alinéa du même article;
10°  eu égard à une disposition de la présente loi qui prévoit l’inscription au rôle du locataire ou de l’occupant d’un immeuble, ajouter une mention indûment omise, supprimer une mention indûment inscrite ou tenir compte du fait qu’une personne devient un locataire ou un occupant à inscrire ou cesse de l’être;
11°  tenir compte du fait qu’une partie de la valeur d’une unité d’évaluation devient non imposable ou cesse de l’être, ou du fait que la partie non imposable de la valeur d’une unité d’évaluation augmente ou diminue;
12°  donner suite à une des opérations cadastrales suivantes: une division, une subdivision, une nouvelle division, une redivision, une annulation, une correction, un ajouté ou un remplacement de numéros de lots fait en vertu de la Loi sur le cadastre (chapitre C‐1) ou des articles 3043 et 3045 du Code civil;
12.1°  refléter un changement de situation qui, en vertu de l’article 34, justifie le regroupement de plusieurs unités d’évaluation en une seule, la subdivision d’une unité d’évaluation en plusieurs, l’ajout ou la suppression d’une unité entière, la soustraction d’une partie de l’unité ou l’addition à l’unité d’une partie d’une autre;
13°  effectuer les changements nécessaires quant aux renseignements requis aux fins de la surtaxe sur les terrains vagues desservis ou pas;
13.1°  tenir compte du fait qu’une unité d’évaluation devient visée à l’article 57.1 ou cesse de l’être, tenir compte du fait que l’unité devient visée au troisième ou au quatrième alinéa de l’article 244.13 ou 244.25 ou cesse de l’être, tenir compte du fait que l’unité devient visée par le règlement pris en vertu du paragraphe 10° de l’article 263, cesse de l’être ou change de catégorie parmi celles définies par ce règlement ou, eu égard à l’article 57.1, ajouter une mention indûment omise ou supprimer une mention indûment inscrite;
13.1.1°  eu égard à l’article 57.1.1, ajouter une mention indûment omise ou supprimer une mention indûment inscrite et, dans la mesure où le rôle doit contenir des renseignements à ce sujet, tenir compte du fait qu’une unité d’évaluation:
a)  devient visée à l’article 57.1.1 ou cesse de l’être;
b)  change de classe parmi celles que prévoit l’article 244.32;
c)  devient visée à l’article 244.51 ou 244.52 ou cesse de l’être;
d)  devient visée à l’article 244.54, cesse de l’être ou change de classe parmi celles que prévoit cet article;
13.2°  tenir compte du fait qu’une unité d’évaluation ou une partie de celle-ci devient une unité ou un local devant être inscrit à l’annexe prévue à l’article 69 ou cesse de l’être, ajouter à l’annexe une mention indûment omise ou en supprimer une mention indûment inscrite et tenir à jour les renseignements relatifs aux unités et aux locaux inscrits à l’annexe, les pourcentages de valeur ne devant toutefois être modifiés qu’à la suite d’une modification apportée en vertu d’un autre paragraphe du présent article ou en vertu de l’article 182, à la suite de l’ajout ou du retrait d’un local ou pour un motif prévu à un autre paragraphe du présent article;
14°  tenir compte du fait qu’une unité d’évaluation devient une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement adopté en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14) ou qu’elle cesse de l’être, tenir compte du fait qu’une telle unité devient comprise dans une zone agricole établie en vertu de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (chapitre P‐41.1) ou qu’elle cesse de l’être ou, eu égard à l’article 56, ajouter une mention indûment omise ou supprimer une mention indûment inscrite;
15°  (paragraphe abrogé);
16°  y corriger une erreur d’écriture ou de calcul ou une autre erreur matérielle;
17°  (paragraphe abrogé);
18°  refléter l’augmentation ou la diminution de valeur d’une unité d’évaluation découlant du fait qu’un service d’aqueduc ou d’égout devient ou cesse d’être à la disposition d’un immeuble faisant partie de l’unité;
19°  refléter la diminution ou l’augmentation de valeur d’une unité d’évaluation découlant de l’imposition ou de la levée, à l’égard d’un immeuble faisant partie de l’unité, d’une restriction juridique aux utilisations possibles de l’immeuble;
20°  ajouter, supprimer ou modifier, eu égard aux circonstances, une mention exigée par le règlement pris en vertu du paragraphe 1° de l’article 263, ajouter une mention qui commence à être ainsi exigée ou en supprimer une qui cesse de l’être.
1979, c. 72, a. 174; 1980, c. 34, a. 24; 1982, c. 2, a. 91; 1982, c. 63, a. 207; 1985, c. 27, a. 90; 1986, c. 34, a. 9; 1988, c. 76, a. 50; 1991, c. 29, a. 16; 1991, c. 32, a. 81; 1992, c. 53, a. 6; 1993, c. 43, a. 8; 1993, c. 78, a. 6; 1994, c. 30, a. 49; 1995, c. 64, a. 13; 1996, c. 67, a. 36; 1996, c. 26, a. 85; 1997, c. 96, a. 185; 1997, c. 43, a. 285; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 54.
174.1. L’évaluateur peut, avant l’entrée en vigueur du rôle, modifier l’annexe de celui-ci prévue à l’article 69, même s’il ne s’agit pas d’une tenue à jour prévue à l’article 174.
Cette modification entre en vigueur en même temps que le rôle.
1991, c. 32, a. 82.
174.2. L’évaluateur modifie le rôle de la valeur locative pour:
1°  le rendre conforme à sa proposition de correction, dans le cas prévu à l’article 155;
2°  remplacer une inscription cassée ou déclarée nulle, dans la mesure où la cour ne prescrit pas le contenu de la nouvelle inscription et n’a pas cassé le rôle en entier ou ne l’a pas déclaré entièrement nul;
3°  y inscrire un établissement d’entreprise qui en a été indûment omis ou en rayer un bien qui y a été indûment inscrit;
4°  tenir compte du fait qu’un bien inscrit au rôle cesse d’être un établissement d’entreprise devant y être porté ou qu’un bien non inscrit devient un tel établissement d’entreprise;
5°  tenir compte du fait qu’un établissement d’entreprise devient visé à l’article 69.7 ou 69.7.1 ou cesse de l’être ou, eu égard à cet article, ajouter une mention indûment omise ou supprimer une mention indûment inscrite;
6°  refléter la diminution ou l’augmentation de la valeur locative d’un établissement d’entreprise à la suite d’un événement mentionné à l’un des paragraphes 6° à 8°, 12°, 12.1°, 18° et 19° de l’article 174;
7°  donner suite au changement de l’occupant d’un établissement d’entreprise;
8°  y corriger une erreur d’écriture ou de calcul ou une autre erreur matérielle;
9°  (paragraphe abrogé).
1991, c. 32, a. 82; 1993, c. 43, a. 9; 1994, c. 30, a. 50; 1996, c. 67, a. 37; 1997, c. 93, a. 119; 1997, c. 43, a. 286; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 55.
174.3. Le fait qu’un événement visé à l’article 174 ou 174.2 se soit produit avant le 1er juillet du deuxième exercice financier précédant celui au cours duquel le rôle entre en vigueur ne dispense pas l’évaluateur de modifier le rôle si celui-ci, malgré les articles 46 et 69.6, ne reflète pas l’état de l’unité d’évaluation ou de l’établissement d’entreprise à cette date, compte tenu de l’événement.
1994, c. 30, a. 51; 1999, c. 40, a. 133.
175. Dans le cas d’une modification visée au paragraphe 2°, 4°, 6°, 7°, 8°, 12°, 18° ou 19° de l’article 174 ou au paragraphe 2°, 3°, 4° ou 6° de l’article 174.2, l’évaluateur refait l’évaluation de l’unité d’évaluation ou de l’établissement d’entreprise touché. Il en est de même dans le cas d’une modification visée au paragraphe 1° de l’un ou l’autre de ces articles, si la proposition de correction le prévoit. Il en est de même dans le cas d’une modification visée à un autre paragraphe de l’article 174, si une unité d’évaluation est changée par suite de cette modification.
Pour déterminer la nouvelle valeur à inscrire, la section II du chapitre V ou V.1 s’applique.
L’inscription de la nouvelle valeur en vertu du présent article fait partie de la modification visée à l’article 174 ou 174.2.
1979, c. 72, a. 175; 1980, c. 34, a. 25; 1982, c. 63, a. 208; 1988, c. 76, a. 51; 1991, c. 32, a. 83; 1994, c. 30, a. 52; 1996, c. 67, a. 38; 1999, c. 40, a. 133.
176. L’évaluateur effectue une modification visée à l’article 174, 174.1 ou 174.2 au moyen d’un certificat qu’il signe. Si l’évaluateur est une société ou une personne morale, son représentant désigné en vertu de l’article 21 signe le certificat.
La signature peut être imprimée, lithographiée ou gravée sur le certificat.
1979, c. 72, a. 176; 1991, c. 32, a. 84; 1999, c. 40, a. 133.
177. Les modifications faites en vertu de l’article 174 ou 174.2 ont effet comme suit:
1°  celles visées aux paragraphes 1° et 2° de ces articles ont effet à compter de l’entrée en vigueur du rôle;
2°  (paragraphe remplacé);
3°  (paragraphe abrogé);
4°  celles visées aux paragraphes 4° et 5° de l’article 174 et au paragraphe 3° de l’article 174.2 ont effet pour l’exercice financier au cours duquel elles sont faites et pour l’exercice antérieur si le rôle en vigueur pour ce dernier contenait la même erreur;
5°  celles visées aux paragraphes 3°, 6° à 14°, 16° et 18° à 20° de l’article 174 et aux paragraphes 4° à 8° de l’article 174.2 ont effet à compter de la date fixée dans le certificat de l’évaluateur, laquelle ne peut être antérieure à la plus récente parmi les dates suivantes:
a)  celle où survient l’événement qui justifie la modification, et
b)  le premier jour de l’exercice financier qui précède celui au cours duquel la modification est faite;
6°  (paragraphe abrogé);
7°  (paragraphe abrogé).
La date de prise d’effet de la modification faite en vertu du sous-paragraphe d du paragraphe 13.1.1° de l’article 174 peut être fixée au premier jour de l’exercice financier qui suit celui au cours duquel survient l’événement qui justifie la modification.
1979, c. 72, a. 177; 1980, c. 34, a. 26; 1982, c. 63, a. 209; 1985, c. 27, a. 91; 1986, c. 34, a. 10; 1988, c. 76, a. 52; 1988, c. 84, a. 615; 1991, c. 32, a. 85; 1993, c. 78, a. 7; 1994, c. 30, a. 53; 1995, c. 64, a. 14; 1997, c. 93, a. 120; 1997, c. 96, a. 186; 2000, c. 54, a. 56.
178. Lorsqu’une modification faite en vertu de l’article 174 ou 174.2 a effet à compter d’une date antérieure à l’entrée en vigueur du rôle, l’évaluateur doit modifier également le rôle en vigueur à cette date au moyen d’un certificat distinct.
Si la modification de ce rôle antérieur implique l’inscription d’une nouvelle valeur, celle-ci est déterminée selon la section II du chapitre V ou V.1, comme si la modification avait été apportée lorsque ce rôle était en vigueur.
1979, c. 72, a. 178; 1988, c. 76, a. 53; 1991, c. 32, a. 86; 1994, c. 30, a. 54.
179. Après l’avoir signé, l’évaluateur transmet son certificat au greffier de la municipalité locale intéressée.
1979, c. 72, a. 179; 1991, c. 32, a. 160.
180. Après avoir reçu le certificat, le greffier de la municipalité locale expédie un avis de la modification à la personne au nom de laquelle le bien visé est inscrit au rôle ou l’était immédiatement avant la modification.
Le cas échéant, l’avis mentionne le droit visé à l’article 181, indique la façon d’établir le délai au cours duquel il peut être exercé et, dans le cas du droit de faire une demande de révision, indique la façon de l’exercer.
Le greffier transmet une copie de l’avis à la commission scolaire intéressée et à l’organisme municipal responsable de l’évaluation. Il en transmet une copie à la personne qui, par l’effet de la modification, a été inscrite au rôle à titre de locataire ou d’occupant de l’unité d’évaluation.
Il transmet au ministre des Affaires municipales et de la Métropole une copie de l’avis de toute modification visant une inscription utilisée dans le calcul d’une somme payable par le gouvernement en vertu de l’un des articles 210, 254 et 257. Il transmet au ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation une copie de l’avis de toute modification concernant une unité d’évaluation visée au deuxième alinéa de l’article 80.2.
Pendant l’application d’une entente en vertu de laquelle, conformément au deuxième alinéa de l’article 196, la municipalité a délégué l’exercice de sa compétence en matière d’expédition des avis de modification du rôle, les fonctions prévues au présent article sont exercées par le greffier ou l’évaluateur de la municipalité locale ou de l’organisme municipal responsable de l’évaluation qui a reçu la délégation.
1979, c. 72, a. 180; 1982, c. 2, a. 92; 1988, c. 84, a. 616; 1991, c. 32, a. 87; 1994, c. 30, a. 55; 1996, c. 67, a. 39; 1999, c. 43, a. 13; 2000, c. 54, a. 57.
181. Une demande de révision peut être déposée, ou un recours en cassation ou en nullité exercé, à l’égard d’une modification faite en vertu de l’article 174 ou 174.2, dans le délai prévu à l’article 132, au paragraphe 3° du deuxième alinéa de l’article 171 ou au premier alinéa de l’article 172, selon le cas.
Toutefois, une demande de révision ne peut être déposée à l’égard d’une modification faite en vertu du paragraphe 1° de l’article 174 ou du paragraphe 1° de l’article 174.2. De plus, aucune demande de révision ne peut être déposée, ni aucun recours en cassation ou en nullité exercé, à l’égard d’une modification à l’annexe du rôle d’évaluation foncière prévue à l’article 69.
1979, c. 72, a. 181; 1991, c. 32, a. 88; 1996, c. 67, a. 40.
182. L’évaluateur modifie le rôle pour le rendre conforme:
1°  à une entente conclue en vertu de l’article 138.4, le plus tôt possible après sa conclusion;
2°  à une décision du Tribunal, le plus tôt possible après que cette décision est devenue exécutoire;
3°  à un jugement rendu à la suite d’une décision du Tribunal, le plus tôt possible après que ce jugement est passé en force de chose jugée.
Il modifie le rôle pour le rendre conforme à un jugement rendu sur un recours en cassation ou en nullité, le plus tôt possible après que le jugement est passé en force de chose jugée, à moins que celui-ci ne prononce la cassation ou la nullité du rôle dans son entier.
La modification visée au premier alinéa a effet depuis la date fixée dans l’entente, la décision ou le jugement, selon le cas. Celle visée au deuxième alinéa a effet depuis la date fixée dans le jugement ou, à défaut, depuis le jour de l’entrée en vigueur du rôle.
Les articles 176 et 179, ainsi que l’article 180, à l’exception de son deuxième alinéa, s’appliquent à l’égard d’une modification prévue au présent article. Si la modification fait suite à une entente conclue en vertu de l’article 138.4, l’avis de modification prévu à l’article 180 mentionne le recours prévu au deuxième alinéa de l’article 138.5 et indique la façon de l’exercer et d’établir le délai au cours duquel il peut être exercé.
1979, c. 72, a. 182; 1988, c. 76, a. 54; 1991, c. 32, a. 89; 1994, c. 30, a. 56; 1996, c. 67, a. 41; 1997, c. 43, a. 287.
183. Si le rôle est cassé ou déclaré nul en totalité, l’organisme municipal responsable de l’évaluation en fait confectionner un nouveau. Ce nouveau rôle est déposé au plus tard à la date fixée par le ministre. À compter de ce dépôt, il remplace rétroactivement le rôle cassé ou déclaré nul.
Dans l’intervalle entre la date du jugement et celle du dépôt du nouveau rôle, le rôle cassé ou déclaré nul est provisoirement remplacé par celui qui l’a précédé.
Les autres dispositions de la présente loi qui ne sont pas inconciliables avec le présent article s’appliquent au nouveau rôle, avec les adaptations suivantes:
1°  le nouveau rôle doit être confectionné de façon à refléter ce que le rôle cassé ou déclaré nul aurait dû contenir au moment de son dépôt, et les modifications apportées à ce dernier rôle, et qui ont eu effet après son entrée en vigueur, sont reproduites à l’égard du nouveau rôle au moyen de certificats y annexés, qui indiquent la date de la prise d’effet de ces modifications;
2°  (paragraphe abrogé);
3°  les documents visés à l’article 80.2 et au premier alinéa de l’article 81 sont expédiés dans les 30 jours qui suivent le dépôt du nouveau rôle;
4°  une demande de révision à l’égard du nouveau rôle doit être déposée dans les 60 jours de l’expédition prévue par le paragraphe 3° et une proposition de correction peut être faite jusqu’à l’expiration de ce délai; toutefois, une demande de révision visée à l’article 126 doit être déposée dans les 60 jours de la réception, par le ministre des Affaires municipales et de la Métropole ou, selon le cas, par le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, de l’extrait du rôle visé à l’article 80.2 et expédié conformément au paragraphe 3°;
5°  un recours en cassation ou en nullité à l’égard du nouveau rôle ou de l’une de ses inscriptions doit être exercé dans les trois mois ou l’année, respectivement, de l’expédition prévue par le paragraphe 3°.
La cour peut ordonner tous les actes devant être accomplis pour aménager les effets financiers de la cassation ou de l’annulation du rôle et de son remplacement rétroactif par le nouveau rôle, afin de tenir compte, dans toute la mesure du possible, de ce qu’aurait été la situation si le nouveau rôle s’était appliqué au lieu de celui qu’il remplace.
1979, c. 72, a. 183; 1991, c. 32, a. 90; 1994, c. 30, a. 57; 1996, c. 67, a. 42; 1997, c. 43, a. 288; 1999, c. 43, a. 13.
184. Après la modification d’un rôle en vertu de l’article 174, 174.2 ou 182, ou le dépôt d’un nouveau rôle en vertu de l’article 183, le rôle de perception est modifié ou refait en conséquence, s’il y a lieu.
1979, c. 72, a. 184; 1991, c. 32, a. 91.
CHAPITRE XVI
Abrogé, 1991, c. 32, a. 92.
1991, c. 32, a. 92.
185. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 185; 1982, c. 63, a. 210; 1988, c. 76, a. 55; 1991, c. 32, a. 92.
186. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 186; 1982, c. 63, a. 211; 1988, c. 76, a. 56; 1991, c. 32, a. 92.
187. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 187; 1991, c. 32, a. 92.
188. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 188; 1991, c. 32, a. 92.
189. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 189; 1991, c. 32, a. 92.
190. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 190; 1991, c. 32, a. 92.
191. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 191; 1991, c. 32, a. 92.
192. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 192; 1991, c. 32, a. 92.
193. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 193; 1991, c. 32, a. 92.
193.1. (Abrogé).
1985, c. 27, a. 92; 1991, c. 32, a. 92.
194. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 194; 1991, c. 32, a. 92.
CHAPITRE XVII
ENTENTES
195. Des organismes municipaux responsables de l’évaluation peuvent conclure une entente par laquelle l’un délègue à l’autre l’exercice de sa compétence en cette matière.
1979, c. 72, a. 195; 1991, c. 32, a. 93.
196. Des municipalités locales ou organismes municipaux responsables de l’évaluation peuvent conclure une entente par laquelle une partie délègue à l’autre l’exercice de sa compétence en matière d’expédition des avis d’évaluation et des comptes de taxes ou en matière de perception des taxes.
Ils peuvent conclure une telle entente relativement à la compétence en matière d’expédition des avis de modification du rôle.
1979, c. 72, a. 196; 1991, c. 32, a. 93; 1994, c. 30, a. 58.
196.1. Un organisme municipal responsable de l’évaluation peut conclure, avec une municipalité locale à l’égard de laquelle il a compétence, une entente par laquelle toute demande de révision prévue à la section I du chapitre X et relative à un bien situé sur le territoire de la municipalité est déposée auprès de celle-ci.
1996, c. 67, a. 43.
197. Une entente visée à l’un des articles 195 à 196.1 doit indiquer sa durée; à défaut, l’entente n’a effet que pour un seul exercice financier.
Une telle entente doit également prévoir les modalités du partage des dépenses qui en découlent.
1979, c. 72, a. 197; 1996, c. 67, a. 44.
198. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 198; 1991, c. 32, a. 94; 1996, c. 27, a. 148.
198.1. Les parties à une entente visée à l’un des articles 195 à 196.1 peuvent prévoir dans celle-ci que toute autre municipalité locale ou tout autre organisme municipal responsable de l’évaluation, selon le cas, pourra adhérer à l’entente.
Dans un tel cas, l’entente doit prévoir tout ou partie des conditions de cette adhésion ou un mécanisme permettant de déterminer tout ou partie de ces conditions. Ces conditions ont effet malgré toute disposition inconciliable d’une loi générale ou spéciale.
Une municipalité ou un organisme, selon le cas, peut adhérer à une telle entente, par résolution de son conseil, aux conditions prévues par l’entente ou déterminées en vertu de celle-ci.
La municipalité ou l’organisme devient partie à l’entente dès l’adoption de la résolution d’adhésion. Il transmet sans retard une copie de sa résolution aux autres parties. L’entente est alors réputée modifiée en conséquence.
1982, c. 63, a. 212; 1991, c. 32, a. 95; 1996, c. 67, a. 45; 1999, c. 40, a. 133.
199. Aucun fonctionnaire ou employé d’une municipalité locale ou d’un organisme municipal responsable de l’évaluation qui consacre tout son temps de travail à une matière visée à l’un des articles 195 à 196.1 ne peut être destitué du seul fait de la délégation de l’exercice d’une compétence en vertu de cet article.
1979, c. 72, a. 199; 1991, c. 32, a. 96; 1996, c. 67, a. 46.
200. Dans le cas où une municipalité locale ou un organisme municipal responsable de l’évaluation qui a délégué l’exercice de sa compétence en vertu de l’un des articles 195 à 196.1 destitue un fonctionnaire ou employé visé à l’article 199, la résolution destituant celui-ci doit lui être signifiée de la même façon qu’une assignation en vertu du Code de procédure civile (chapitre C‐25).
La personne qui croit avoir été destituée du seul fait de la délégation peut, dans les 30 jours qui suivent la signification de la résolution, soumettre une plainte par écrit au commissaire général du travail. Ce dernier désigne un commissaire du travail pour faire enquête et décider de la plainte.
Les dispositions du Code du travail (chapitre C‐27) relatives au commissaire général du travail, aux commissaires du travail, à leurs décisions et à l’exercice de leur compétence, de même que l’article 100.12 de ce code, s’appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires, à l’exception des articles 15 à 19 et 118 à 137.
Si le commissaire du travail estime que le fonctionnaire ou employé a été destitué du seul fait de la délégation, il peut:
1°  ordonner à la municipalité ou à l’organisme municipal responsable de l’évaluation de réintégrer le fonctionnaire ou employé;
2°  ordonner à la municipalité ou à l’organisme municipal responsable de l’évaluation de payer au fonctionnaire ou employé une indemnité jusqu’à un maximum équivalant au traitement qu’il aurait normalement reçu s’il n’avait pas été destitué;
3°  rendre toute autre décision qui lui paraît juste et raisonnable, compte tenu de toutes les circonstances de l’affaire, et notamment ordonner à la municipalité ou à l’organisme municipal responsable de l’évaluation de payer au fonctionnaire ou employé une indemnité jusqu’à un maximum équivalant au montant de la somme qu’il a dépensée pour exercer son recours.
La décision du commissaire du travail doit être motivée et rendue par écrit. Elle lie la municipalité ou l’organisme municipal responsable de l’évaluation et le fonctionnaire ou employé.
Le commissaire du travail doit déposer l’original de sa décision au greffe du bureau du commissaire général du travail.
Le greffier de ce bureau transmet sans délai aux parties une copie conforme de la décision.
1979, c. 72, a. 200; 1988, c. 21, a. 66; 1991, c. 32, a. 97; 1996, c. 67, a. 47; 2000, c. 54, a. 58.
201. Lorsqu’un fonctionnaire ou employé visé à l’article 199 d’une partie à une entente visée à l’un des articles 195 à 196.1 passe à l’emploi d’une autre partie en application de cette entente, les avantages sociaux accumulés à son crédit sont transférables à sa demande, aux conditions fixées par la Régie des rentes du Québec.
Les avantages sociaux prévus par le premier alinéa comprennent ceux qui sont accumulés dans une caisse, un plan ou un fonds administré par l’employeur, par l’employeur et les employés, ou par un tiers pour le compte de fonctionnaires ou employés municipaux.
1979, c. 72, a. 201; 1991, c. 32, a. 98; 1996, c. 67, a. 48.
202. Le présent chapitre s’applique malgré toute disposition inconciliable d’une loi générale ou spéciale.
1979, c. 72, a. 202.
CHAPITRE XVIII
DISPOSITIONS FISCALES
SECTION I
IMMEUBLES IMPOSABLES
§ 1.  — Règle
203. Un immeuble porté au rôle d’évaluation foncière est imposable et sa valeur imposable est celle inscrite au rôle en vertu des articles 42 à 48, sauf si la loi prévoit que seule une partie de cette valeur est imposable.
1979, c. 72, a. 203; 1986, c. 34, a. 11; 1991, c. 32, a. 99.
§ 2.  — Exceptions
204. Sont exempts de toute taxe foncière, municipale ou scolaire:
1°  un immeuble appartenant à l’État ou à la Société immobilière du Québec;
1.1°  un immeuble appartenant à la Couronne du chef du Canada ou à un mandataire de celle-ci;
1.2°  un immeuble appartenant à la Corporation d’hébergement du Québec;
2°  un immeuble appartenant à la Régie des installations olympiques;
2.1°  un immeuble appartenant à la Société de la Place des Arts de Montréal ou à l’École nationale de police du Québec;
2.2°  un immeuble appartenant à l’Agence métropolitaine de transport;
3°  un immeuble appartenant à une municipalité locale qui est situé dans son territoire et qu’aucune loi n’assujettit à cette taxe;
4°  un immeuble appartenant à une municipalité locale et situé hors de son territoire;
5°  un immeuble appartenant à une Communauté, à une municipalité régionale de comté ou à un mandataire d’une Communauté, d’une municipalité régionale de comté ou d’une municipalité locale et qu’aucune loi n’assujettit à cette taxe, de même qu’un immeuble appartenant à une société de transport dont le budget, selon la loi, est soumis à un collège d’élus municipaux;
6°  un terrain qui n’est pas visé par un autre paragraphe, qui appartient à un organisme public ou est administré ou géré par lui, et qui constitue l’assiette:
a)  d’une voie publique ou d’un ouvrage qui en fait partie, ou
b)  d’un ouvrage utilisé pour la protection de la faune ou de la forêt et situé dans un territoire non organisé;
7°  un terrain appartenant à une personne qui exploite un réseau visé à l’article 66, 67 ou 68 et qui constitue l’assiette d’une construction faisant partie de ce réseau, sauf si cette construction est portée au rôle;
8°  un immeuble appartenant à une corporation épiscopale, une fabrique, une institution religieuse ou une Église constituée en personne morale, et qui sert principalement soit à l’exercice du culte public, soit comme palais épiscopal, soit comme presbytère, à raison d’un seul par église, de même que ses dépendances immédiates utilisées aux mêmes fins;
9°  un immeuble qui sert de cimetière pour les êtres humains, sauf s’il est exploité dans un but lucratif;
10°  un immeuble visé par une reconnaissance en vigueur et prévue au premier alinéa de l’article 243.3;
a)  (paragraphe abrogé);
b)  (paragraphe abrogé);
11°  un immeuble qui appartient à une société d’agriculture ou d’horticulture et qui est spécialement utilisé par cette société à des fins d’exposition;
12°  un immeuble appartenant à une institution religieuse ou à une fabrique, utilisé par elle ou gratuitement par une autre institution religieuse ou une autre fabrique, non en vue d’un revenu mais dans la poursuite immédiate de ses objets constitutifs de nature religieuse ou charitable, de même que ses dépendances immédiates utilisées aux mêmes fins;
13°  un immeuble appartenant à une commission scolaire, un collège d’enseignement général et professionnel ou un établissement universitaire au sens de la Loi sur les investissements universitaires (chapitre I‐17);
14°  a)  un immeuble appartenant à un établissement public au sens de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (chapitre S‐4.2), à une régie régionale de la santé et des services sociaux au sens de cette loi ou à un établissement public au sens de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris (chapitre S‐5);
b)  un immeuble qui appartient à un établissement privé visé au paragraphe 3° de l’article 99 ou à l’article 551 de la première loi mentionnée au sous-paragraphe a du présent paragraphe ou visé à l’article 12 de la seconde et où sont exercées, conformément à un permis délivré à l’établissement en vertu de celle de ces lois qui lui est applicable, des activités propres à la mission d’un centre local de services communautaires, d’un centre d’hébergement et de soins de longue durée ou d’un centre de réadaptation au sens de la première de ces lois ou d’un centre d’accueil au sens de la seconde;
c)  un immeuble qui appartient à une coopérative ou à un organisme à but non lucratif titulaire d’un permis de centre de la petite enfance, de garderie, de jardin d’enfants ou de halte-garderie délivré en vertu de la Loi sur les centres de la petite enfance et autres services de garde à l’enfance (chapitre C‐8.2) et qui est utilisé principalement aux fins de l’exercice des fonctions propres à un tel centre, une telle garderie, un tel jardin d’enfants ou une telle halte-garderie;
d)  (paragraphe abrogé);
15°  un immeuble appartenant à une personne morale sans but lucratif titulaire d’un permis de tenir un établissement d’enseignement privé délivré en vertu de la Loi sur l’enseignement privé (chapitre E‐9.1) et qui est mis à la disposition de cet établissement;
16°  un immeuble appartenant à l’établissement agréé aux fins de subvention en vertu de la Loi sur l’enseignement privé et qui est mis à la disposition de cet établissement et un immeuble appartenant à un établissement dont le régime d’enseignement est l’objet d’une entente internationale au sens de la Loi sur le ministère des Relations internationales (chapitre M‐25.1.1);
17°  un immeuble appartenant à une institution religieuse et qui est utilisé par une personne visée au paragraphe 13°, 14°, 15° ou 16°, si l’activité qui y est exercée par cette personne fait partie de ses activités normales.
1979, c. 72, a. 204; 1980, c. 34, a. 27; 1982, c. 2, a. 93; 1982, c. 9, a. 38; 1983, c. 40, a. 72; 1986, c. 34, a. 12; 1988, c. 76, a. 57; 1988, c. 75, a. 203; 1989, c. 17, a. 8; 1991, c. 32, a. 100; 1992, c. 21, a. 168; 1992, c. 68, a. 139; 1993, c. 67, a. 117; 1994, c. 15, a. 33; 1994, c. 30, a. 59; 1995, c. 7, a. 1; 1995, c. 73, a. 2; 1995, c. 65, a. 122; 1996, c. 16, a. 64; 1996, c. 21, a. 70; 1996, c. 39, a. 6; 1997, c. 44, a. 100; 1997, c. 58, a. 45; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 12, a. 325; 2000, c. 54, a. 59; 2000, c. 56, a. 149.
204.0.1. Lorsqu’une loi renvoie à une personne mentionnée à l’article 204 ou à l’un de ses paragraphes, le mot «personne» comprend la Couronne, l’État et tout groupement qui, sans être une personne morale, a un patrimoine.
Un tel renvoi ne vise pas une personne mentionnée uniquement au paragraphe 7° de l’article 204, sauf s’il mentionne particulièrement ce paragraphe.
Dans une disposition qui établit une règle applicable à l’égard d’un immeuble ou de son propriétaire, locataire ou occupant, un renvoi à une personne mentionnée à l’article 204 ou à l’un de ses paragraphes ne vise le titulaire d’un permis visé au paragraphe 14° ou 15° de cet article que si l’immeuble visé à la disposition est celui mentionné dans le permis et exempt de taxe foncière.
1994, c. 30, a. 60; 1995, c. 7, a. 2; 1995, c. 73, a. 3; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 60.
204.1. Un immeuble qui appartient à une personne mentionnée à un paragraphe de l’article 204 et qui est utilisé par une autre personne mentionnée à cet article demeure non imposable et visé à ce paragraphe. Il en est de même, si ce paragraphe exige que l’immeuble soit utilisé à une certaine fin, lorsqu’il est utilisé à une autre fin mentionnée à cet article.
Toutefois, un immeuble appartenant à une institution religieuse n’est visé par le paragraphe 17° de l’article 204 que s’il est utilisé conformément à ce paragraphe.
1980, c. 34, a. 28; 1982, c. 63, a. 213; 1994, c. 30, a. 61; 1999, c. 40, a. 133.
204.2. (Abrogé).
1985, c. 27, a. 93; 1986, c. 34, a. 13; 1991, c. 32, a. 160; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 61.
205. Toute municipalité locale peut, par règlement, imposer le paiement d’une compensation pour services municipaux aux propriétaires des immeubles situés sur son territoire et visés à l’un des paragraphes 4°, 5°, 10° et 11° de l’article 204.
Toutefois, une autre municipalité locale est exemptée du paiement de la compensation qui serait autrement payable en raison du fait qu’elle est le propriétaire :
1°  d’une construction destinée à loger ou à abriter des personnes, des animaux ou des choses qui fait partie d’un réseau d’aqueduc ou d’égout ou d’un système ou équipement de traitement d’eau ou d’ordures ;
2°  d’un terrain constituant l’assiette d’une construction visée au paragraphe 1°.
Toute municipalité locale peut également, par règlement, imposer le paiement d’une compensation pour services municipaux aux propriétaires des terrains situés sur son territoire et visés au paragraphe 12° de l’article 204.
La compensation prévue au présent article, que son paiement soit imposé ou non et qu’un propriétaire soit exempté ou non de ce paiement, remplace, à l’égard de tout immeuble visé, les taxes, compensations et modes de tarification imposés par la municipalité à une personne en raison du fait qu’elle est le propriétaire, le locataire ou l’occupant de l’immeuble.
Les quatre premiers alinéas ne s’appliquent pas à l’égard d’un immeuble qui devient imposable en vertu du deuxième alinéa de l’article 208.
1979, c. 72, a. 205; 1988, c. 76, a. 58; 1991, c. 32, a. 101; 1996, c. 67, a. 49; 1999, c. 31, a. 6.
205.1. On établit le montant de la compensation prévue à l’article 205, à l’égard d’un immeuble visé à l’un des paragraphes 10° et 11° de l’article 204 ou d’un parc régional visé au paragraphe 5° de cet article, en multipliant la valeur non imposable de l’immeuble, inscrite au rôle d’évaluation foncière, par le taux que la municipalité fixe dans le règlement, lequel taux peut différer selon les catégories d’immeubles établies dans le règlement et ne peut excéder, soit celui de la taxe foncière générale lorsqu’il est inférieur à 0,006, soit, dans le cas contraire, le plus élevé entre la moitié du taux de cette taxe et 0,006.
On établit le montant de la compensation prévue à l’article 205, à l’égard d’un terrain visé au paragraphe 12° de l’article 204, en multipliant la valeur non imposable du terrain, inscrite au rôle d’évaluation foncière, par le taux que la municipalité fixe dans le règlement et qui ne peut excéder celui de la taxe foncière générale ni 0,01.
On établit le montant de la compensation prévue à l’article 205, à l’égard d’un immeuble visé au paragraphe 4° de l’article 204 ou à l’égard d’un immeuble visé au paragraphe 5° de cet article qui ne constitue pas un parc régional, en appliquant les règles de calcul que la municipalité prescrit dans le règlement et qui peuvent varier selon les catégories d’immeubles établies dans celui-ci. Toutefois, ce montant ne peut excéder:
1°  dans le cas d’un immeuble visé au paragraphe 5° de l’article 204 et décrit à l’un des paragraphes 1° et 2° du deuxième alinéa de l’article 205, le montant total des sommes, découlant de modes de tarification, qui seraient payables à l’égard de l’immeuble visé au paragraphe 5° de l’article 204 et, en l’absence du quatrième alinéa de cet article, pour les services municipaux dont l’immeuble visé au paragraphe 5° de l’article 204 et ou son propriétaire ou occupant reçoit le bénéfice, au sens de l’article 244.3;
2°  dans tout autre cas, le montant total des sommes, découlant de taxes municipales, de compensations ou de modes de tarification, qui seraient payables à l’égard de l’immeuble, en l’absence du paragraphe 4° ou 5° de l’article 204 et du quatrième alinéa de l’article 205, sauf des sommes découlant de la taxe d’affaires prévue à l’article 232 ou de la surtaxe ou de la taxe sur les immeubles non résidentiels prévue à l’article 244.11 ou 244.23.
Dans le cas où la municipalité se prévaut du pouvoir prévu à l’article 244.29:
1°  la mention du taux de la taxe foncière générale, dans les deux premiers alinéas du présent article, signifie le taux de base prévu à l’article 244.38;
2°  aux fins de l’établissement du maximum applicable en vertu du paragraphe 2° du troisième alinéa du présent article, lorsque le taux particulier de la taxe foncière générale qui serait applicable à l’immeuble s’il était imposable excède le taux de base prévu à l’article 244.38, on exclut, parmi les sommes découlant de cette taxe, celles qui excèdent ce qui serait payable si le taux de base était applicable.
1999, c. 31, a. 6; 2000, c. 54, a. 62.
206. Une municipalité locale et le propriétaire d’un immeuble visé à l’un des paragraphes 4°, 5° et 10° à 12° de l’article 204 et situé sur le territoire de celle-ci peuvent conclure une entente en vertu de laquelle ce propriétaire s’engage à payer à la municipalité une somme d’argent en contrepartie des services municipaux dont bénéficie son immeuble.
1979, c. 72, a. 206; 1991, c. 32, a. 102; 1995, c. 73, a. 4; 1999, c. 31, a. 7.
207. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 207; 1980, c. 34, a. 29; 1982, c. 63, a. 214.
208. Lorsqu’un immeuble non imposable en vertu du paragraphe 1° ou 1.1° de l’article 204 est occupé par un autre qu’une personne mentionnée à cet article ou qu’une société qui est mandataire de l’État, les taxes foncières auxquelles cet immeuble serait assujetti sans cette exemption sont imposées au locataire ou, à défaut, à l’occupant, et sont payables par lui.
Lorsqu’un immeuble visé par un autre paragraphe de l’article 204, hormis le paragraphe 10°, est occupé par un autre qu’une personne mentionnée à cet article, il devient imposable et les taxes foncières auxquelles il est assujetti sont imposées au locataire ou, à défaut, à l’occupant, et sont payables par lui.
L’immeuble est inscrit au nom de celui qui doit payer les taxes foncières.
Lorsque la valeur de la partie d’un immeuble visé à l’un des paragraphes 1.2° et 13° à 17° de l’article 204 qui est occupée par quelqu’un d’autre qu’une personne mentionnée à cet article ou, selon le cas, la valeur totale de l’ensemble de telles parties est inférieure au moins élevé entre 50 000 $ et le montant correspondant à 10 % de la valeur de l’immeuble, les deuxième et troisième alinéas du présent article ne s’appliquent pas, malgré l’article 2, à une telle partie.
Lorsque la valeur d’un immeuble visé au paragraphe 3° de l’article 204 et occupé par quelqu’un d’autre qu’une personne mentionnée à cet article est inférieure à 50 000 $, les deuxième et troisième alinéas du présent article ne s’appliquent pas à cet immeuble. Il en est de même, malgré l’article 2, lorsque la valeur de la partie ainsi occupée d’un immeuble visé à ce paragraphe est inférieure à ce montant.
Pour l’application des trois premiers alinéas, la personne qui réside dans un logement n’est pas réputée en être le locataire ni l’occuper et celle qui l’administre sans y résider est réputée l’occuper.
Malgré le premier ou le deuxième alinéa, lorsque l’immeuble est visé par une reconnaissance en vigueur et prévue au deuxième alinéa de l’article 243.3, le locataire ou l’occupant reconnu est exempté du paiement des taxes foncières.
1979, c. 72, a. 208; 1980, c. 34, a. 30; 1982, c. 63, a. 215; 1986, c. 34, a. 14; 1988, c. 76, a. 59; 1994, c. 30, a. 62; 1996, c. 67, a. 50; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 63.
208.1. (Abrogé).
1985, c. 27, a. 94; 1991, c. 32, a. 160; 1994, c. 30, a. 63; 1996, c. 39, a. 7; 2000, c. 54, a. 64.
209. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 209; 1985, c. 27, a. 95; 1991, c. 32, a. 103; 2000, c. 54, a. 64.
209.1. (Abrogé).
1980, c. 34, a. 31; 1985, c. 27, a. 96; 1986, c. 34, a. 15; 2000, c. 54, a. 64.
210. Le gouvernement du Québec peut, par règlement, dans la mesure et aux conditions qu’il détermine, exempter de toute taxe foncière municipale ou scolaire tout immeuble du gouvernement d’une autre province canadienne, d’un gouvernement étranger ou d’un organisme international ou exempter un tel gouvernement ou organisme de toute taxe foncière municipale ou scolaire qu’il devrait payer en vertu de l’article 208 ou de toute autre taxe ou compensation municipale. Le gouvernement du Québec peut prévoir comme condition d’exemption que le gouvernement, l’organisme ou l’immeuble dont il est propriétaire ou occupant soit reconnu par le ministre des Relations internationales, cette reconnaissance pouvant être limitée en fonction des activités du gouvernement ou de l’organisme exercées dans l’immeuble.
Il peut également, dans la mesure et aux conditions qu’il détermine, s’engager à verser à la municipalité locale ou à la commission scolaire une somme tenant lieu de toute taxe ou compensation dont il a ainsi exempté un immeuble, un gouvernement ou un organisme.
La somme visée au deuxième alinéa ne peut être versée que si la municipalité ou la commission scolaire a produit une demande de paiement sur la formule fournie par la personne qui doit verser cette somme et dans le délai prescrit au règlement pris en vertu du sous-paragraphe g du paragraphe 2° de l’article 262.
1979, c. 72, a. 210; 1986, c. 34, a. 16; 1988, c. 76, a. 60; 1991, c. 32, a. 104; 1994, c. 15, a. 33; 1996, c. 21, a. 70.
SECTION II
RÉGIMES FISCAUX PARTICULIERS
§ 1.  — Terrains de golf
211. La valeur imposable d’un terrain utilisé comme parcours de golf d’une superficie de 20 hectares ou plus et ouvert au public ne peut excéder un montant par hectare calculé conformément au deuxième alinéa.
Le montant est égal à celui qui était applicable pour l’exercice financier précédant l’entrée en vigueur du rôle, augmenté ou diminué d’un pourcentage correspondant à celui de l’augmentation ou de la diminution du taux unitaire moyen des terrains inscrits au rôle lors de son dépôt par rapport au taux unitaire moyen des terrains inscrits au rôle précédent lors de son dépôt. Le taux unitaire moyen est le résultat de la division de la valeur totale des terrains par leur superficie totale.
Le conseil de la municipalité locale officialise ce montant et ce pourcentage en même temps qu’il impose la taxe foncière générale pour l’exercice au cours duquel le rôle entre en vigueur.
La valeur des ouvrages d’aménagement du terrain visé au premier alinéa n’est pas imposable.
1979, c. 72, a. 211; 1986, c. 34, a. 17; 1988, c. 76, a. 61; 1991, c. 32, a. 105.
212. L’article 211 ne s’applique à un terrain que si son propriétaire a déposé, au bureau de la publicité des droits de la circonscription foncière dans laquelle ce terrain est situé et au bureau du greffier de la municipalité locale intéressée, un acte décrivant le terrain accompagné d’un plan et d’une description technique préparés par un arpenteur.
1979, c. 72, a. 212; 1991, c. 32, a. 160; 1999, c. 40, a. 133.
213. Si un terrain visé à l’article 211 cesse d’être utilisé comme parcours de golf, celui qui est tenu de payer les taxes à l’égard de l’unité d’évaluation dont ce terrain fait partie doit payer à la municipalité locale et à la commission scolaire la différence entre le montant des taxes foncières qui leur a été respectivement payé et celui qui aurait été autrement exigible à l’égard de cette unité d’évaluation, pour chaque exercice financier au cours duquel l’article 211 s’est appliqué, jusqu’à concurrence de dix exercices financiers.
1979, c. 72, a. 213; 1991, c. 32, a. 160.
§ 2.  — 
Abrogée, 1991, c. 29, a. 17.
1985, c. 27, a. 97; 1991, c. 29, a. 17.
214. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 214; 1985, c. 27, a. 98; 1991, c. 29, a. 17.
215. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 215; 1979, c. 77, a. 21; 1991, c. 29, a. 17.
216. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 216; 1985, c. 27, a. 99; 1991, c. 29, a. 17.
217. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 217; 1991, c. 29, a. 17.
218. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 218; 1991, c. 29, a. 17.
219. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 219; 1979, c. 77, a. 21; 1985, c. 27, a. 100; 1991, c. 29, a. 17.
220. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 220; 1980, c. 34, a. 32; 1991, c. 29, a. 17.
220.1. (Abrogé).
1980, c. 34, a. 32; 1991, c. 29, a. 17.
§ 2.1.  — Producteurs forestiers
1985, c. 27, a. 101.
220.2. La présente sous-section s’applique à toute personne qui est titulaire d’un certificat de producteur forestier qui lui a été délivré en application de l’article 120 de la Loi sur les forêts (chapitre F‐4.1).
1985, c. 27, a. 101; 1986, c. 15, a. 8; 1986, c. 108, a. 255; 1990, c. 64, a. 29; 1994, c. 13, a. 16; 1996, c. 14, a. 26.
220.3. Un particulier ou une personne morale visé par la présente sous-section peut recevoir un remboursement d’une partie des taxes foncières payées à l’égard des immeubles compris dans une unité d’évaluation inscrite au rapport visé au paragraphe 3° de l’article 123 de la Loi sur les forêts (chapitre F‐4.1), pour un exercice financier municipal ou scolaire, s’il en fait la demande au ministre du Revenu, au moyen d’un formulaire prescrit contenant les renseignements prescrits.
Toutefois, cette demande doit être présentée dans le cas d’une personne morale qui est une société privée sous contrôle canadien au sens de l’article 1 de la Loi sur les impôts (chapitre I‐3) dans les trois ans qui suivent la fin de son exercice financier, au sens que lui donne la partie I de la Loi sur les impôts, au cours duquel l’exercice financier municipal ou scolaire se termine et, dans le cas d’une autre personne morale, dans les quatre ans qui suivent la fin de ce même exercice.
Sous réserve du paragraphe 3° de l’article 123 de la Loi sur les forêts, ce remboursement est égal à 85 % du produit obtenu en multipliant le montant total des taxes foncières payées et non remboursées autrement qu’en vertu du présent article, à l’égard d’une unité d’évaluation, par le rapport existant entre la valeur du terrain et la valeur totale de cette unité telles que portées au rôle d’évaluation en vigueur pour cet exercice.
1985, c. 27, a. 101; 1986, c. 15, a. 8; 1993, c. 19, a. 2; 1993, c. 64, a. 2; 1995, c. 36, a. 1; 1996, c. 14, a. 27; 1997, c. 3, a. 7; 1997, c. 31, a. 1; 1999, c. 40, a. 133.
220.4. La demande de remboursement doit porter sur l’ensemble des taxes exigées à l’égard d’une unité d’évaluation pour un exercice financier municipal ou scolaire par la municipalité locale ou la commission scolaire, selon le cas.
1985, c. 27, a. 101; 1986, c. 15, a. 8; 1991, c. 32, a. 160; 1993, c. 64, a. 3.
220.5. Le ministre du Revenu examine la demande qui lui est faite, détermine le cas échéant le remboursement auquel la personne a droit et l’avise de sa décision.
1985, c. 27, a. 101.
220.6. L’article 1052 de la Loi sur les impôts (chapitre I‐3) s’applique, compte tenu des adaptations nécessaires, au paiement ou à l’affectation du remboursement visé à l’article 220.5.
Lorsque plusieurs personnes ont droit d’obtenir un remboursement à l’égard des mêmes unités, le paiement de ce remboursement est effectué à celle dont le nom apparaît sur le compte de taxes ou affecté pour le compte de celle-ci.
1985, c. 27, a. 101; 1986, c. 15, a. 9.
220.7. Le ministre du Revenu n’est pas lié par les renseignements fournis dans une demande et peut déterminer le remboursement auquel une personne a droit sur la base de renseignements provenant d’autres sources.
1985, c. 27, a. 101.
220.8. Le ministre du Revenu peut réviser le montant d’un remboursement:
1°  dans les trois ans à compter du dépôt à la poste de l’avis prévu à l’article 220.5;
2°  en tout temps, si la personne qui a présenté la demande:
a)  a fait une fausse représentation des faits par incurie ou par omission volontaire, a commis une fraude en présentant cette demande ou en fournissant tout autre renseignement en vue de l’obtention d’un certificat visé à l’article 220.2 ou du paiement d’un remboursement prévu par la présente sous-section;
b)  n’a pas respecté les engagements contractés pour obtenir qu’un tel certificat lui soit délivré; ou
c)  lui a adressé une renonciation au moyen du formulaire prescrit.
1985, c. 27, a. 101; 1986, c. 15, a. 10; 1995, c. 36, a. 2.
220.9. Toute personne qui a reçu un remboursement de taxes foncières auquel elle n’a pas droit en tout ou en partie doit, dans les 90 jours de la mise à la poste d’un avis du ministre du Revenu, remettre à celui-ci ce remboursement ou cette partie de remboursement, qu’une opposition ou un appel à l’égard de ce remboursement soit ou non en cours.
1985, c. 27, a. 101.
220.10. Les chapitres III.1 et III.2 de la Loi sur le ministère du Revenu (chapitre M‐31) s’appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires, à un avis visé aux articles 220.5 ou 220.9.
1985, c. 27, a. 101; 1997, c. 85, a. 30.
220.11. Les sommes requises pour le paiement d’un remboursement de taxes foncières dû en vertu de la présente sous-section sont prises à même les recettes fiscales perçues en vertu de la Loi sur les impôts (chapitre I‐3).
1986, c. 15, a. 11.
220.12. Toute personne qui, après avoir bénéficié des dispositions de la présente sous-section à l’égard d’une unité d’évaluation pour un exercice financier municipal ou scolaire, reçoit un remboursement des mêmes taxes foncières en vertu d’autres dispositions de la présente loi ou en vertu de la section VII.1 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14), doit faire remise au ministre du Revenu d’un montant correspondant à 85% de ce remboursement et les dispositions de l’article 220.9 s’appliquent compte tenu des adaptations nécessaires à cette remise.
1986, c. 15, a. 11; 1991, c. 29, a. 18.
220.13. Si une unité d’évaluation cesse d’être inscrite au certificat visé à l’article 220.2 parce qu’elle ne se qualifie plus pour une telle inscription en vertu des règlements mentionnés dans ce dernier article, celui qui est tenu de payer les taxes à l’égard de cette unité doit payer au ministre du Revenu le montant des remboursements de taxes foncières déboursé par ce dernier pour chaque exercice financier municipal ou scolaire et qui ne lui a pas été remboursé conformément aux dispositions des articles 220.9 ou 220.11, jusqu’à concurrence des dix derniers exercices financiers et les dispositions de l’article 220.9 s’appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires, à cette remise.
1986, c. 15, a. 11; 1995, c. 63, a. 6.
§ 3.  — Réseaux de distribution de gaz, de télécommunication et d’énergie électrique
221. Sous réserve de l’article 224, une personne qui exploite ou a exploité un réseau dont certains immeubles ne sont pas portés au rôle, en vertu des articles 66 à 68, doit payer, à titre de taxe foncière municipale sur ces immeubles et sur les terrains en constituant l’assiette et visés au paragraphe 7° de l’article 204, pour chaque exercice financier municipal coïncidant avec une année civile donnée, dans le cas d’un réseau de distribution de gaz ou de télécommunication, une taxe sur son revenu imposable et, dans le cas d’un réseau de production, de transmission ou de distribution d’énergie électrique, une taxe sur son revenu brut imposable, pour chaque exercice financier terminé pendant l’année civile précédant l’année donnée, égale à:
1°  dans le cas d’un réseau de distribution de gaz, 2 % de la partie de ce revenu imposable qui n’excède pas 5 000 000 $ plus 4 % de la partie de ce revenu qui excède 5 000 000 $;
2°  dans le cas d’un réseau de production, de transmission ou de distribution d’énergie électrique, 3 % de ce revenu brut imposable;
3°  dans le cas d’un réseau de câblodistribution, 2 % de la partie de ce revenu imposable qui n’excède pas 5 000 000 $ plus 8 % de la partie de ce revenu qui excède 5 000 000 $;
4°  dans les autres cas, 3,5 % de la partie de ce revenu imposable qui n’excède pas 35 000 000 $ plus 11 % de la partie de ce revenu qui excède 35 000 000 $.
1979, c. 72, a. 221; 1980, c. 34, a. 33; 1993, c. 19, a. 3; 1994, c. 22, a. 25; 1995, c. 73, a. 5.
222. Une personne, autre qu’Hydro-Québec ou l’une de ses filiales, qui exploite un réseau de production d’énergie électrique, qui consomme tout ou partie de l’énergie qu’elle produit et dont un immeuble non porté au rôle en vertu de l’article 68 ou non imposable en vertu du paragraphe 7° de l’article 204 était assujetti, pour l’exercice financier municipal commencé en 1979, aux taxes prévues à l’article 101 de la Loi sur l’évaluation foncière (chapitre E‐16) doit payer à la municipalité locale sur le territoire de laquelle se trouve l’immeuble, à titre de taxe foncière municipale sur celui-ci ou, selon le cas, sur l’ensemble de tels immeubles que la personne possède sur ce territoire, une taxe calculée conformément à l’article 223.
Aux fins du présent article, l’énergie consommée par une personne liée à celle qui la produit, au sens de la Loi sur les impôts (chapitre I‐3), est réputée consommée par cette dernière.
1979, c. 72, a. 222; 1980, c. 34, a. 34; 1991, c. 32, a. 160; 1994, c. 30, a. 64; 1999, c. 40, a. 133.
223. Le montant de la taxe payable en vertu de l’article 222 pour un exercice financier municipal est égal au montant payable pour l’exercice précédent, multiplié par le quotient obtenu en divisant le total des revenus d’imposition de l’exercice pour lequel la taxe est payable par celui de l’exercice précédent.
Toutefois, le montant payable pour un exercice ne doit pas être inférieur à celui payable pour l’exercice antérieur.
Aux fins du présent article, les mots «total des revenus d’imposition» signifient le montant calculé conformément au paragraphe 1° de l’article 234.
Le ministre peut cependant modifier les règles de calcul de la taxe dans le cas où le total des revenus d’imposition est réduit ou augmenté en raison de la constitution d’une nouvelle municipalité locale, d’un regroupement, d’une annexion ou d’une autre modification du territoire de la municipalité. Le ministre donne alors un avis écrit des nouvelles règles de calcul à la municipalité.
1979, c. 72, a. 223; 1980, c. 34, a. 35; 1983, c. 57, a. 117; 1991, c. 32, a. 106.
224. Lorsqu’une personne visée à l’article 221 exploite ou a exploité un réseau de distribution de gaz ou de télécommunication qui n’est pas limité au Québec, le revenu imposable aux fins de calculer la taxe qu’elle doit payer pour un exercice financier en vertu de cet article est égal à la proportion du revenu imposable qui serait établi pour l’exercice financier, en l’absence du présent article, représentée par le rapport entre la partie de son revenu brut, provenant d’une entreprise visée au paragraphe 4° de l’article 228, qui peut raisonnablement être attribuée au Québec pour cet exercice financier et la partie de son revenu brut, provenant de cette entreprise, qui peut raisonnablement être attribuée à une compétence donnée pour cet exercice financier.
1979, c. 72, a. 224; 1994, c. 22, a. 26; 1999, c. 40, a. 133; 1999, c. 83, a. 21.
225. Une personne visée à l’article 221 doit, dans les six mois qui suivent la fin d’un exercice financier, transmettre au ministre du Revenu une déclaration sur un formulaire prescrit en vertu de l’article 265 ainsi qu’un état de son revenu brut imposable ou de son revenu imposable, selon le cas, pour cet exercice financier.
1979, c. 72, a. 225; 1980, c. 34, a. 36; 1982, c. 2, a. 94; 1993, c. 19, a. 4.
226. Le montant de la taxe prévue à l’article 221 doit être versé au ministre du Revenu au plus tard le 1er mars de l’année civile qui suit la fin de chaque exercice financier de la personne visée à cet article.
Le ministre du Revenu perçoit cette taxe pour le compte des municipalités locales.
1979, c. 72, a. 226; 1981, c. 12, a. 31; 1991, c. 32, a. 160; 1993, c. 19, a. 4.
226.1. Lorsqu’une personne a un exercice financier qui excède 365 jours et qu’ainsi elle n’a pas d’exercice financier se terminant dans une année civile donnée, le premier exercice financier de la personne se terminant dans l’année civile suivant l’année donnée est réputé, aux fins de la présente sous-section, se terminer le dernier jour de l’année civile donnée.
1981, c. 12, a. 31.
227. Lorsqu’une personne morale visée à l’article 221 ou 222 cesse d’exister par suite d’une fusion au sens de l’article 544 de la Loi sur les impôts (chapitre I‐3), avant d’avoir payé la taxe dont elle est débitrice en vertu de l’article 221 ou 222, la personne morale issue de la fusion est tenue aux obligations de celle qui cesse d’exister.
Lorsqu’une personne morale visée à l’article 221 ou 222 cesse d’exister pour une autre raison, avant d’avoir payé la taxe, ses administrateurs en fonction au moment où elle cesse d’exister sont tenus solidairement à ses obligations.
1979, c. 72, a. 227; 1995, c. 1, a. 5; 1999, c. 40, a. 133.
228. Aux fins de la présente sous-section, on entend par:
1°  «revenu brut» :
a)  dans le cas d’un réseau de distribution de gaz ou de télécommunication exploité par une personne au cours d’un exercice financier, l’ensemble des montants reçus ou à recevoir au cours de l’exercice financier, selon la méthode habituellement suivie par la personne pour calculer son revenu aux fins de la partie I de la Loi sur les impôts (chapitre I-3), autrement qu’à titre de capital, autres que les intérêts sur obligation ou dette garantie par hypothèque, les dividendes et les loyers ou redevances pour des biens, autres que de l’équipement non lié au réseau, non utilisés dans la principale activité de la personne;
b)  (sous-paragraphe abrogé);
c)  dans le cas d’un réseau de production, de transmission ou de distribution d’énergie électrique, l’ensemble des revenus bruts provenant de la vente d’énergie électrique aux consommateurs du Québec desservis par ce réseau ou pour fins de revente à des consommateurs du Québec;
2°  «revenu brut imposable» relativement à un réseau de production, de transmission ou de distribution d’énergie électrique: l’ensemble des montants suivants:
a)  le montant des revenus bruts provenant de la vente d’énergie électrique pour consommation au Québec ou pour fins de revente à des consommateurs du Québec, diminué du montant des revenus bruts provenant de la vente de l’énergie visée au deuxième alinéa de l’article 222, et diminué du montant des achats d’énergie électrique destinée à la revente, si cette énergie est produite au Québec;
b)  le montant des revenus bruts provenant de la vente d’énergie électrique à un transporteur qui l’exporte hors du Québec;
3°  «revenu net» d’une personne, pour un exercice financier, signifie l’excédent de son revenu provenant de l’exploitation d’un réseau pour l’exercice financier, sur sa perte provenant de l’exploitation d’un réseau pour l’exercice financier;
4°  «revenu provenant de l’exploitation d’un réseau» ou «perte provenant de l’exploitation d’un réseau» , d’une personne, pour un exercice financier, désigne son revenu ou sa perte pour l’exercice financier provenant d’une entreprise, lorsque la totalité ou une partie de ce revenu provient de l’exploitation d’un réseau de distribution de gaz ou d’un réseau de télécommunication, et comprend le revenu ou la perte qui se rapporte directement ou de manière accessoire à cette entreprise ainsi que le revenu ou la perte pour l’exercice financier provenant d’un bien qui est utilisé ou détenu principalement en vue de tirer un revenu provenant de cette entreprise, calculé conformément à la partie I de la Loi sur les impôts, sans tenir compte, à l’égard de cette entreprise, des articles 94, 130, 130.1 et 147, des paragraphes a et b de l’article 148, du paragraphe d de l’article 157, des articles 176 et 176.4, du paragraphe 1 de l’article 179 et des paragraphes f et g de l’article 600 de cette loi et avant toute déduction relative à des intérêts à l’égard de cette entreprise et à toute taxe prévue à l’article 221;
5°  «revenu imposable» d’une personne, pour un exercice financier, signifie l’excédent de son revenu net, pour l’exercice financier, sur l’ensemble des montants suivants:
a)  son revenu net provenant de la location d’équipement non lié au réseau, pour l’exercice financier;
b)  son revenu net provenant de la location de temps ou d’espace à des fins publicitaires, pour l’exercice financier;
c)  son revenu net provenant de la vente d’équipement non lié au réseau, pour l’exercice financier;
6°  «revenu net provenant de la location d’équipement non lié au réseau» d’une personne, pour un exercice financier, signifie un montant égal à la partie de son revenu net, pour l’exercice financier, représentée par la proportion qui existe entre son revenu brut provenant de la location d’équipement non lié au réseau, pour l’exercice financier, et son revenu brut, pour l’exercice financier, provenant de son entreprise visée au paragraphe 4°;
7°  «revenu net provenant de la location de temps ou d’espace à des fins publicitaires» d’une personne, pour un exercice financier, signifie un montant égal à la partie de son revenu net, pour l’exercice financier, représentée par la proportion qui existe entre son revenu brut provenant de la location de temps ou d’espace à des fins publicitaires, pour l’exercice financier, et son revenu brut, pour l’exercice financier, provenant de son entreprise visée au paragraphe 4°;
8°  «revenu net provenant de la vente d’équipement non lié au réseau» d’une personne, pour un exercice financier, signifie un montant égal à la partie de son revenu net, pour l’exercice financier, représentée par la proportion qui existe entre son revenu brut provenant de la vente d’équipement non lié au réseau, pour l’exercice financier, et son revenu brut, pour l’exercice financier, provenant de son entreprise visée au paragraphe 4°.
1979, c. 72, a. 228; 1983, c. 57, a. 118; 1993, c. 19, a. 5; 1997, c. 14, a. 5.
228.1. Aux fins de la présente sous-section, l’expression «exercice financier» a le même sens qu’aux fins de la partie I de la Loi sur les impôts (chapitre I‐3).
1993, c. 19, a. 6.
228.1.1. Une société peut déduire, dans le calcul de son revenu provenant de l’exploitation d’un réseau ou de sa perte provenant de l’exploitation d’un réseau, pour un exercice financier, le montant de la taxe qu’une personne morale qui a un intérêt dans cette société à la fin de cet exercice financier a payé en vertu de la partie IV de la Loi sur les impôts (chapitre I‐3) à l’égard de cet intérêt, pour son exercice financier dont la date de fermeture coïncide avec celle de l’exercice financier de la société ou lui est immédiatement antérieure, dans la mesure où le montant, à la fois:
a)  est attribuable à l’exploitation, par la société, d’un réseau de distribution de gaz ou d’un réseau de télécommunication;
b)  n’a pas été déduit par la personne morale dans le calcul de son revenu provenant de l’exploitation d’un réseau ou de sa perte provenant de l’exploitation d’un réseau.
1995, c. 1, a. 6; 1999, c. 40, a. 133.
228.2. Lorsqu’une personne exploite ou a exploité un réseau de distribution de gaz ou de télécommunication et qu’elle paie ou s’engage à payer, à l’égard d’un exercice financier donné, à une personne à laquelle elle est liée, au sens de la Loi sur les impôts (chapitre I‐3), ou qui lui serait liée si cette dernière personne, appelée «personne donnée» dans le présent article, était assujettie à cette dernière loi, un montant que l’on peut raisonnablement considérer comme payé ou à payer pour la mise à sa disposition d’un tel réseau, de matériel ou d’équipement que l’on peut raisonnablement attribuer à l’exploitation d’un tel réseau, chaque montant visé au deuxième alinéa doit être inclus dans le calcul du revenu ou de la perte de cette personne provenant de l’exploitation de ce réseau pour cet exercice financier donné.
Les montants qui doivent être inclus dans le calcul du revenu ou de la perte de la personne visée au premier alinéa sont ceux qui sont déductibles en vertu de la partie I de la Loi sur les impôts, à l’égard du réseau, du matériel ou de l’équipement, dans le calcul du revenu de la personne donnée pour son exercice financier qui se termine au cours de l’exercice financier donné, ou qui seraient ainsi déductibles si la personne donnée était assujettie à la Loi sur les impôts, à titre d’intérêts ou en vertu des articles 130, 130.1, 147, des paragraphes a et b de l’article 148, du paragraphe d de l’article 157, des articles 176 et 176.4 et du paragraphe 1 de l’article 179 de la Loi sur les impôts.
1994, c. 22, a. 27.
229. Les articles 220.2 à 220.13, 221, 224 à 228.2 et 265 sont réputés une loi fiscale au sens de la Loi sur le ministère du Revenu (chapitre M‐31).
Le titre I du livre XI de la partie I de la Loi sur les impôts (chapitre I‐3) s’applique, compte tenu des adaptations nécessaires, aux dispositions visées au premier alinéa.
1979, c. 72, a. 229; 1980, c. 34, a. 37; 1985, c. 27, a. 102; 1986, c. 15, a. 12; 1993, c. 19, a. 7; 1994, c. 22, a. 28; 1995, c. 1, a. 7; 1999, c. 40, a. 133.
230. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 230; 1980, c. 34, a. 38; 1983, c. 57, a. 119; 1991, c. 32, a. 107; 1992, c. 53, a. 7; 1996, c. 41, a. 1; 2000, c. 19, a. 29.
§ 4.  — Roulottes
231. Une municipalité locale peut imposer au propriétaire ou à l’occupant d’une roulotte située dans son territoire un permis d’au plus 10 $:
1°  pour chaque période de 30 jours qu’elle y demeure au-delà de 90 jours consécutifs, si sa longueur ne dépasse pas 9 mètres;
2°  pour chaque période de 30 jours si sa longueur dépasse 9 mètres.
Le permis est payable d’avance à la municipalité pour chaque période de 30 jours.
En outre, le propriétaire ou l’occupant d’une roulotte visée au premier alinéa peut être assujetti au paiement d’une compensation pour les services municipaux dont il bénéficie; cette compensation est établie par la municipalité et est payable d’avance pour chaque période de 30 jours.
Cependant, avec le consentement du propriétaire ou de l’occupant d’une roulotte, une municipalité peut percevoir le montant du permis et de la compensation pour une période de douze mois.
1979, c. 72, a. 231; 1991, c. 32, a. 108.
§ 5.  — Presbytères de certaines Églises
1980, c. 34, a. 39.
231.1. Un presbytère d’une Église constituée en personne morale en vertu des lois du Québec, qui n’appartient pas à celle-ci, est exempt de taxe foncière municipale ou scolaire pour la partie de sa valeur qui n’excède pas le produit obtenu lorsqu’on multiplie par la proportion médiane du rôle, établie pour le premier des exercices auxquels il s’applique, la valeur fixée par règlement du ministre.
Est un presbytère la résidence principale qui appartient à un ministre en charge d’un lieu de culte public d’une Église constituée en personne morale en vertu des lois du Québec.
Le premier alinéa ne s’applique qu’à un seul presbytère par église.
1980, c. 34, a. 39; 1982, c. 2, a. 95; 1988, c. 76, a. 62; 1991, c. 32, a. 109; 1999, c. 40, a. 133.
§ 6.  — Camps de piégeage
1988, c. 76, a. 63.
231.2. Est exempt de la taxe foncière municipale ou scolaire, pour la partie de sa valeur qui n’excède pas 15 000 $, tout camp de piégeage qui appartient à un Indien, au sens prévu par règlement du gouvernement, qui pratique une activité de piégeage reconnue par le conseil de bande de la bande à laquelle appartient l’Indien.
1988, c. 76, a. 63; 1992, c. 53, a. 8.
§ 7.  — Exploitations agricoles
1991, c. 29, a. 19.
231.3. Aux fins de la taxe scolaire, est limitée à 375 $ l’hectare la valeur imposable du terrain de toute exploitation agricole qui est enregistrée conformément à un règlement adopté en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14) et qui est comprise dans une zone agricole établie en vertu de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (chapitre P‐41.1).
Pour l’application de l’article 302 de la Loi sur l’instruction publique (chapitre I‐13.3), la valeur inscrite au rôle qui doit être multipliée par le facteur comparatif établi pour celui-ci, quant à l’unité d’évaluation comprenant un tel terrain, est celle qui tient compte de l’application du premier alinéa.
1991, c. 29, a. 19; 1996, c. 26, a. 85.
§ 8.  — Raffineries de pétrole
1991, c. 32, a. 110.
231.4. La valeur imposable d’une raffinerie de pétrole est la différence que l’on obtient en soustrayant de sa valeur établie conformément aux articles 42 à 46.1 la moitié de la valeur de ses réservoirs compris dans l’unité d’évaluation dont fait partie le terrain sous-jacent à l’aire de production.
Pour l’application du premier alinéa, tout conduit qui est l’accessoire d’un réservoir, sauf un oléoduc, est assimilé au réservoir.
1991, c. 32, a. 110.
SECTION III
TAXE D’AFFAIRES
232. Toute municipalité locale peut, par règlement, imposer une taxe d’affaires sur toute personne inscrite à son rôle de la valeur locative qui exerce, à des fins lucratives ou non, une activité économique ou administrative en matière de finance, de commerce, d’industrie ou de services, un métier, un art, une profession ou toute autre activité constituant un moyen de profit, de gain ou d’existence, sauf un emploi ou une charge.
La taxe est imposée, selon le rôle, à l’occupant de chaque établissement d’entreprise sur la base de la valeur locative de celui-ci, au taux fixé dans le règlement.
Toutefois, dans le cas d’un établissement d’entreprise comprenant l’assiette d’une voie ferrée située dans une cour qui appartient à une entreprise de chemin de fer et qui, le 16 juin 1994, était, soit une cour de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (C.N.) ou du Canadien Pacifique Limitée (C.P. Rail), soit une cour de la Compagnie VIA Rail Canada inc. située sur le territoire de la Ville de Montréal, on calcule le montant de la taxe en appliquant 40 % du taux. Malgré l’article 2, le présent alinéa vise l’établissement d’entreprise entier même s’il comprend un autre immeuble que cette assiette.
Dans le cas de l’établissement d’entreprise où sont exercées, conformément à un permis délivré en vertu de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (chapitre S‐4.2), des activités propres à la mission d’un centre d’hébergement et de soins de longue durée au sens de cette loi, on calcule le montant de la taxe en appliquant 20 % du taux.
Une taxe d’affaires imposée en vertu du premier alinéa pour un exercice financier municipal donné demeure imposée pour les exercices financiers municipaux subséquents, jusqu’à ce qu’elle soit modifiée ou abolie.
1979, c. 72, a. 232; 1986, c. 34, a. 18; 1991, c. 32, a. 111; 1993, c. 43, a. 10; 1993, c. 78, a. 8; 1994, c. 30, a. 65; 1998, c. 43, a. 3; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 65.
232.1. Les articles 212 de la Loi sur les caisses d’épargne et de crédit (chapitre C‐4.1) et 128 de la Loi sur les coopératives (chapitre C‐67.2) n’ont pas pour effet d’empêcher l’application de l’article 232 à un organisme auquel s’applique l’un d’eux.
1987, c. 69, a. 4; 1988, c. 64, a. 559, a. 587.
232.2. Le taux de la taxe d’affaires ne peut excéder le produit que l’on obtient en multipliant par 5,5 le taux global de taxation de la municipalité prévu pour l’exercice financier pour lequel la taxe est imposée.
Toutefois, dans le cas d’une municipalité dont le territoire est compris dans celui d’un organisme public de transport en commun mentionné au présent alinéa ou coïncide avec ce territoire, le nombre de 5,5 est remplacé par celui que mentionne l’un ou l’autre des paragraphes suivants, selon l’organisme dont le territoire comprend celui de la municipalité ou coïncide avec celui-ci:
1°  dans le cas de la Société de transport de la Communauté urbaine de Montréal: 9,0;
2°  dans le cas de la Société de transport de la Ville de Laval: 7,5;
3°  dans le cas de la Société de transport de la rive sud de Montréal: 10,0;
4°  dans le cas de la Société de transport de l’Outaouais: 6,9;
5°  dans le cas de la Société de transport de la Communauté urbaine de Québec: 6,7;
6°  dans le cas de la Corporation métropolitaine de transport de Sherbrooke: 7,1;
7°  dans le cas de la Corporation intermunicipale de transport des Forges: 5,6;
8°  dans le cas de la Corporation intermunicipale de transport de la rive sud de Québec: 6,2;
9°  dans le cas de la Corporation intermunicipale de transport du Saguenay: 5,8.
Dans le cas d’une municipalité dont le territoire est compris dans celui de la Société de transport de l’Outaouais, le deuxième alinéa ne s’applique que si son territoire est desservi par le réseau de transport en commun de la Société, au sens de l’article 193.0.1 de la Loi sur la Communauté urbaine de l’Outaouais (chapitre C‐37.1) ou de tout règlement prévu à cet article.
2000, c. 54, a. 66.
233. Les recettes d’une municipalité locale, prévues pour un exercice financier, provenant à la fois de la taxe d’affaires et de la surtaxe sur les immeubles non résidentiels prévue à l’article 244.11 ou de la taxe sur les immeubles non résidentiels prévue à l’article 244.23, ne peuvent excéder le plus élevé des montants suivants:
1°  celui que l’on obtient en multipliant l’évaluation foncière non résidentielle imposable de la municipalité par son taux global de taxation uniformisé et par un coefficient de 0,96;
2°  celui que l’on obtient en multipliant l’évaluation locative imposable de la municipalité par son taux global de taxation uniformisé et par un coefficient de 5,5.
Dans le cas d’une municipalité dont le territoire est compris dans celui d’un organisme public de transport en commun mentionné au présent alinéa ou coïncide avec ce territoire, les coefficients mentionnés aux paragraphes 1° et 2° du premier alinéa sont respectivement remplacés par les deux coefficients mentionnés à l’un ou l’autre des paragraphes suivants, selon l’organisme dont le territoire comprend celui de la municipalité ou coïncide avec celui-ci:
1°  dans le cas de la Société de transport de la Communauté urbaine de Montréal: 1,50 et 9,0;
2°  dans le cas de la Société de transport de la Ville de Laval: 1,18 et 7,5;
3°  dans le cas de la Société de transport de la rive sud de Montréal: 1,42 et 10,0;
4°  dans le cas de la Société de transport de l’Outaouais: 1,05 et 6,9;
5°  dans le cas de la Société de transport de la Communauté urbaine de Québec: 1,13 et 6,7;
6°  dans le cas de la Corporation métropolitaine de transport de Sherbrooke: 1,22 et 7,1;
7°  dans le cas de la Corporation intermunicipale de transport des Forges: 0,97 et 5,6;
8°  dans le cas de la Corporation intermunicipale de transport de la rive sud de Québec: 1,05 et 6,2;
9°  dans le cas de la Corporation intermunicipale de transport du Saguenay: 0,99 et 5,8.
Toutefois, dans le cas d’une municipalité dont le territoire est compris dans celui de la Société de transport de l’Outaouais, le deuxième alinéa ne s’applique que si son territoire est desservi par le réseau de transport en commun de la Société, au sens de l’article 193.0.1 de la Loi sur la Communauté urbaine de l’Outaouais (chapitre C‐37.1) ou de tout règlement prévu à cet article.
L’évaluation foncière non résidentielle imposable et l’évaluation locative imposable considérées sont celles de l’exercice financier pour lequel les recettes sont prévues. Il en est de même du taux global de taxation uniformisé considéré.
1979, c. 72, a. 233; 1988, c. 76, a. 64; 1991, c. 32, a. 112; 1993, c. 67, a. 118; 1994, c. 30, a. 66; 1998, c. 43, a. 4; 2000, c. 54, a. 67.
233.1. Pour l’application de l’article 233, on ne tient pas compte du montant de la surtaxe ou de la taxe sur les immeubles non résidentiels qui est payable à l’égard d’une unité d’évaluation non imposable conformément au premier alinéa de l’article 208, ni d’une somme payable pour tenir lieu de cette surtaxe, de cette taxe ou de la taxe d’affaires.
1991, c. 32, a. 112; 1994, c. 30, a. 67.
234. Pour l’application de l’article 232.2, le taux global de taxation d’une municipalité locale pour un exercice financier est le quotient obtenu en divisant le montant établi conformément au paragraphe 1° par celui établi conformément au paragraphe 2°:
1°  le montant total des revenus prévus pour l’exercice et provenant des taxes, compensations et modes de tarification qui seront imposés par la municipalité parmi ceux qui sont visés par le règlement pris en vertu du paragraphe 3° de l’article 263;
2°  l’évaluation foncière imposable de la municipalité pour l’exercice.
Pour l’application de l’article 233, on obtient le taux global de taxation uniformisé en uniformisant l’évaluation foncière imposable mentionnée au paragraphe 2° du premier alinéa de la façon prévue à l’article 235.
1979, c. 72, a. 234; 1988, c. 76, a. 65; 1991, c. 32, a. 113; 2000, c. 54, a. 68.
235. Pour l’application de l’article 234, l’évaluation foncière imposable d’une municipalité locale est le total des valeurs imposables inscrites à son rôle d’évaluation foncière.
Dans le cas d’une municipalité qui ne se prévaut pas des articles 253.27 à 253.34, les valeurs imposables utilisées en application du premier alinéa sont, pour le premier exercice financier auquel s’applique le rôle, celles qui y sont inscrites lors de son dépôt et, pour les deuxième et troisième exercices, celles qui y sont inscrites aux premier et deuxième anniversaires du dépôt.
Dans le cas d’une municipalité qui se prévaut des articles 253.27 à 253.34, on utilise, pour établir le taux global de taxation pour chacun des premier et deuxième exercices financiers auxquels s’applique le rôle, l’évaluation foncière imposable établie pour le premier exercice et ajustée.
On détermine cette évaluation ajustée en utilisant, au lieu de leurs valeurs imposables inscrites au rôle, les valeurs ajustées qui s’appliqueraient à certaines unités d’évaluation imposables, aux fins de l’imposition des taxes foncières pour ce premier ou deuxième exercice, selon le cas, si dans les articles 253.28 à 253.30, 253.33 et 253.34, toute mention de l’entrée en vigueur du rôle visé signifiait la date de son dépôt.
Pour le calcul de l’évaluation ajustée applicable au deuxième exercice, on ajoute à celle qui a été établie pour cet exercice conformément au quatrième alinéa, ou on en soustrait, l’augmentation ou la diminution nette des valeurs imposables qui est due aux modifications au rôle apportées dans les 12 mois du dépôt du rôle.
Le taux global de taxation d’une municipalité visée au troisième alinéa, pour le troisième exercice auquel s’applique son rôle, est établi comme si la municipalité était visée au deuxième alinéa.
Dans le cas où est assimilé au troisième exercice d’application du rôle, en vertu de l’article 72.1, soit l’exercice unique auquel il s’applique, soit le deuxième, soit un exercice postérieur au troisième, l’obligation prévue au deuxième alinéa du présent article de tenir compte des valeurs inscrites au rôle au deuxième anniversaire de son dépôt est:
1°  dans le premier cas, inopérante;
2°  dans le deuxième cas, modifiée comme si l’anniversaire mentionné était le premier;
3°  dans le troisième cas, modifiée comme si l’anniversaire mentionné était celui qui précède le début de l’exercice supplémentaire auquel s’applique le rôle.
Pour l’application de l’article 234, on obtient l’évaluation foncière imposable uniformisée en multipliant par le facteur établi en vertu de l’article 264 pour le premier des exercices financiers auxquels s’applique le rôle:
1°  les valeurs visées au premier alinéa ou les valeurs ajustées qui leur sont substituées en vertu du quatrième alinéa;
2°  l’augmentation ou la diminution nette des valeurs imposables qui est visée au cinquième alinéa.
Le taux global de taxation et l’évaluation foncière imposable visés au troisième et au sixième alinéas sont, lorsqu’on applique le huitième alinéa, un taux global de taxation et une évaluation foncière imposable uniformisés.
1979, c. 72, a. 235; 1988, c. 76, a. 66; 1991, c. 32, a. 114; 2000, c. 54, a. 69.
235.1. Pour l’application de l’article 233, l’évaluation foncière non résidentielle imposable d’une municipalité locale est le total des valeurs imposables, inscrites à son rôle d’évaluation foncière, des unités d’évaluation identifiées conformément au premier alinéa de l’article 57.1, abstraction faite de l’assimilation prévue au deuxième alinéa de cet article. Toutefois, dans le cas d’une unité visée au troisième alinéa de l’article 244.13 ou 244.25, dans celui d’une unité visée au quatrième alinéa de l’un ou l’autre de ces articles et dans celui d’une unité appartenant à une catégorie définie par le règlement du ministre pris en vertu du paragraphe 10° de l’article 263, on considère, au lieu de sa valeur imposable, dans le premier cas, 40 % de cette valeur, dans le deuxième cas, 20 % de celle-ci et, dans le troisième cas, la partie de cette valeur qui correspond au pourcentage prévu par le règlement pour la catégorie comprenant l’unité.
Pour l’application de l’article 233, l’évaluation locative imposable d’une municipalité locale est le total des valeurs, inscrites à son rôle de la valeur locative, des établissements d’entreprise autres que ceux identifiés comme non imposables conformément à l’article 69.7. Toutefois, dans le cas d’un établissement visé au troisième ou au quatrième alinéa de l’article 232, on considère respectivement, au lieu de sa valeur, 40 % ou 20 % de celle-ci.
Les sept premiers alinéas de l’article 235 s’appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires, aux fins de l’établissement de l’évaluation foncière non résidentielle imposable ou de l’évaluation locative imposable pour chaque exercice financier auquel s’applique un rôle.
1991, c. 32, a. 115; 1993, c. 78, a. 9; 1994, c. 30, a. 68; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 70.
236. La taxe d’affaires ne peut être imposée en raison:
1°  d’une activité exercée par:
a)  l’État ou la Couronne du chef du Canada, un mandataire de la Couronne du chef du Canada, la Société immobilière du Québec, la Corporation d’hébergement du Québec, la Régie des installations olympiques, l’Agence métropolitaine de transport, la Société de la Place des Arts de Montréal ou l’École nationale de police du Québec;
b)  une municipalité locale, une Communauté, une municipalité régionale de comté, un mandataire de l’une d’elles ou une société de transport dont le budget, selon la loi, est soumis à un collège d’élus municipaux;
c)  une commission scolaire, un collège d’enseignement général et professionnel, un établissement universitaire au sens de la Loi sur les investissements universitaires (chapitre I‐17) ou le Conservatoire de musique et d’art dramatique du Québec;
d)  un établissement d’enseignement privé tenu par un organisme à but non lucratif conformément à un permis délivré en vertu de la Loi sur l’enseignement privé (chapitre E‐9.1), un établissement d’enseignement privé agréé aux fins de subventions en vertu de cette loi ou un établissement dont le régime d’enseignement est l’objet d’une entente internationale au sens de la Loi sur le ministère des Relations internationales (chapitre M‐25.1.1);
e)  un établissement public au sens de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (chapitre S‐4.2), une régie régionale de la santé et des services sociaux au sens de cette loi ou un établissement public au sens de la Loi sur les services de santé et les services sociaux pour les autochtones cris (chapitre S‐5);
f)  un établissement privé visé au paragraphe 3° de l’article 99 ou à l’article 551 de la première loi mentionnée au sous-paragraphe e du présent paragraphe ou visé à l’article 12 de la seconde, conformément à un permis délivré à l’établissement en vertu de celle de ces lois qui lui est applicable, et qui constitue une activité propre à la mission d’un centre local de services communautaires, d’un centre d’hébergement et de soins de longue durée ou d’un centre de réadaptation au sens de la première de ces lois ou d’un centre d’accueil au sens de la seconde;
g)  une coopérative ou un organisme à but non lucratif conformément à un permis de centre de la petite enfance, de garderie, de jardin d’enfants ou de halte-garderie qui lui a été délivré en vertu de la Loi sur les centres de la petite enfance et autres services de garde à l’enfance (chapitre C‐8.2);
h)  une personne reconnue à titre de responsable d’un service de garde en milieu familial, en vertu de la loi mentionnée au sous-paragraphe g, et qui constitue une activité propre à la mission d’un tel responsable;
2°  de l’activité d’un organisme public ou d’une autre personne mentionnée à l’article 204 exercée dans le but de fournir l’usage d’une voie publique ou d’un ouvrage qui en fait partie, ou l’usage d’un ouvrage utilisé pour la protection de la faune ou de la forêt et situé dans un territoire non organisé;
3°  de l’activité d’une corporation épiscopale, d’une fabrique, d’une institution religieuse ou d’une Église constituée en personne morale qui entre dans le cadre de l’exercice du culte public;
4°  de l’activité exercée dans un but non lucratif dans la poursuite immédiate de ses objets constitutifs de nature religieuse ou charitable par une institution religieuse ou une fabrique;
5°  de l’activité exercée, dans l’immeuble visé par une reconnaissance en vigueur et prévue à l’article 243.4, par la personne reconnue;
6°  (paragraphe remplacé);
7°  (paragraphe remplacé);
8°  (paragraphe abrogé);
9°  de l’exploitation dans un but non lucratif d’un cimetière;
10°  de l’activité exercée à des fins d’exposition agricole ou horticole par une société d’agriculture ou d’horticulture ou par une autre personne mentionnée à l’article 204;
11°  de l’activité reliée à une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement adopté en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14);
12°  de l’activité en raison de laquelle est délivré un certificat de producteur forestier en application de l’article 120 de la Loi sur les forêts (chapitre F‐4.1);
13°  de l’activité consistant à fournir à autrui un immeuble résidentiel autre qu’un immeuble dont l’exploitant doit être titulaire d’un permis délivré en vertu de la Loi sur les établissements touristiques (chapitre E‐15.1) ou consistant à fournir aux personnes qui résident dans l’immeuble ou à leurs visiteurs un bien ou un service connexe qui leur est réservé, dans la mesure où l’activité est exercée dans l’immeuble ou dans ses dépendances où le bien ou le service connexe est fourni.
1979, c. 72, a. 236; 1980, c. 34, a. 40; 1982, c. 63, a. 216; 1986, c. 34, a. 19; 1987, c. 42, a. 12; 1988, c. 76, a. 67; 1989, c. 17, a. 9; 1990, c. 85, a. 113; 1991, c. 29, a. 20; 1991, c. 32, a. 116; 1992, c. 21, a. 169; 1992, c. 68, a. 140; 1993, c. 67, a. 119; 1994, c. 15, a. 33; 1994, c. 30, a. 69; 1995, c. 7, a. 3; 1995, c. 73, a. 6; 1995, c. 65, a. 123; 1996, c. 14, a. 28; 1996, c. 16, a. 65; 1996, c. 21, a. 70; 1997, c. 44, a. 101; 1997, c. 58, a. 46; 1997, c. 93, a. 121; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 12, a. 325; 2000, c. 54, a. 71; 2000, c. 56, a. 151.
236.1. (Abrogé).
1987, c. 42, a. 12; 1991, c. 32, a. 117; 2000, c. 54, a. 72.
236.2. (Abrogé).
1987, c. 42, a. 12; 1991, c. 32, a. 118; 2000, c. 54, a. 72.
237. La municipalité locale peut prévoir l’octroi d’un crédit de taxe d’affaires, conformément aux deuxième et troisième alinéas, aux occupants de certains établissements d’entreprise de moindre valeur locative. Elle doit alors fixer le coefficient visé au deuxième alinéa, qui ne doit pas être supérieur à 2, et le taux de référence visé au troisième alinéa, qui doit être inférieur au taux de la taxe.
Le montant du crédit à l’égard d’un établissement d’entreprise est le produit que l’on obtient en multipliant par le coefficient la différence établie conformément au troisième alinéa.
On établit cette différence en soustrayant, du montant visé au paragraphe 1°, celui visé au paragraphe 2°:
1°  le montant duquel on soustrait celui visé au paragraphe 2° est le moins élevé entre:
a)  le quotient que l’on obtient en divisant, par le facteur établi pour le rôle conformément à l’article 264, le produit obtenu en multipliant 10 000 $ par le taux de référence;
b)  le produit que l’on obtient en multipliant la valeur de l’établissement d’entreprise, inscrit au rôle de la valeur locative, par la différence obtenue en soustrayant, du taux de la taxe, les deux tiers du taux de référence;
2°  le montant que l’on soustrait de celui visé au paragraphe 1° est le produit que l’on obtient en multipliant, par le tiers du taux de référence, la valeur de l’établissement d’entreprise inscrit au rôle de la valeur locative.
1979, c. 72, a. 237; 1983, c. 57, a. 120; 1991, c. 32, a. 119; 1998, c. 43, a. 5; 1999, c. 40, a. 133.
238. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 238; 1983, c. 57, a. 121.
239. Si un établissement d’entreprise est successivement occupé, pendant un exercice financier, par plusieurs personnes et si l’une d’elles a payé la taxe d’affaires pour toute la durée de l’exercice financier pour cet établissement d’entreprise, l’autre personne est exemptée du paiement de cette taxe si elle établit que la personne qui l’a payée lui a cédé sous sa signature le bénéfice de ce paiement et si elle produit le compte acquitté.
1979, c. 72, a. 239; 1991, c. 32, a. 120; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 73.
240. Une personne assujettie au paiement de la taxe d’affaires qui au cours d’un exercice financier cesse d’occuper un établissement d’entreprise pour en occuper un autre, dans le territoire de la même municipalité locale, n’est pas tenue de payer la taxe d’affaires applicable pour le nouvel établissement d’entreprise, sous réserve du deuxième alinéa.
Sous réserve de l’article 239, si la valeur locative du nouvel établissement d’entreprise est supérieure ou inférieure à celle du premier, la personne visée au premier alinéa doit payer le supplément de taxe, ou la municipalité doit rembourser le trop-perçu de la taxe, qui découle de cette différence, proportionnellement à la partie de l’exercice financier non encore écoulée au moment du début de l’occupation du nouvel établissement d’entreprise.
1979, c. 72, a. 240; 1991, c. 32, a. 121; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 74.
241. Si au cours d’un exercice financier une personne assujettie au paiement de la taxe d’affaires cesse d’occuper un établissement d’entreprise mais sans en occuper un autre conformément à l’article 240, elle a droit à un remboursement ou à un crédit, selon le cas, proportionnellement à la partie de l’exercice financier non encore écoulée au moment de la fin de l’occupation de l’établissement d’entreprise, sauf si elle a cédé le bénéfice du paiement en vertu de l’article 239.
1979, c. 72, a. 241; 1991, c. 32, a. 122; 1999, c. 40, a. 133.
242. Sous réserve des articles 239 et 240, une personne qui commence à occuper un établissement d’entreprise après le début d’un exercice financier est tenue de payer la taxe d’affaires pour cet établissement d’entreprise proportionnellement à la partie de l’exercice financier non encore écoulée au moment du début de l’occupation.
1979, c. 72, a. 242; 1991, c. 32, a. 123; 1999, c. 40, a. 133; 2000, c. 54, a. 75.
243. Dans le cas d’une municipalité locale qui a un rôle de la valeur locative, lorsqu’un immeuble devient ou cesse d’être un établissement d’entreprise ou lorsqu’il y a un changement d’occupant de cet établissement, le propriétaire de l’immeuble doit, dans les 30 jours ou dans tout autre délai convenu avec le greffier de la municipalité, en donner un avis écrit à celle-ci ou l’en informer de toute autre façon convenue avec le greffier.
Commet une infraction et est passible d’une amende de 500 $ le propriétaire qui, sachant que son immeuble est devenu ou a cessé d’être un établissement d’entreprise ou qu’il y a eu un changement d’occupant de cet établissement, n’en informe pas la municipalité de la façon et dans le délai applicables conformément au premier alinéa ou, s’il a appris l’événement trop tard pour respecter le délai, le plus tôt possible après qu’il l’a appris.
Le greffier de la municipalité transmet à l’organisme municipal responsable de l’évaluation une copie vidimée de tout avis donné conformément au premier alinéa.
1979, c. 72, a. 243; 1991, c. 32, a. 124; 1999, c. 40, a. 133.
SECTION III.0.1
EXEMPTION DÉCOULANT D’UNE RECONNAISSANCE ACCORDÉE PAR LA COMMISSION
2000, c. 54, a. 76.
§ 1.  — Nature, contenu et objet de la reconnaissance
2000, c. 54, a. 76.
243.1. La Commission peut, conformément aux dispositions de la présente section, accorder une reconnaissance dont découle, en application du paragraphe 10° de l’article 204, du septième alinéa de l’article 208 ou du paragraphe 5° de l’article 236, une exemption aux fins des taxes foncières ou de la taxe d’affaires.
Elle peut, de la même façon, révoquer une telle reconnaissance ou, à l’occasion d’une révision périodique, la confirmer ou en prononcer la caducité.
2000, c. 54, a. 76.
243.2. La reconnaissance mentionne la personne qui en fait l’objet, l’immeuble visé et l’utilisateur de celui-ci.
On entend par « utilisateur » le propriétaire, le locataire ou l’occupant dont l’utilisation de l’immeuble visé remplit les conditions prévues à l’article 243.8.
Lorsque, en application de l’article 2, l’immeuble visé n’est qu’une partie d’une unité d’évaluation ou d’un immeuble compris dans celle-ci, la reconnaissance délimite cette partie.
2000, c. 54, a. 76.
243.3. La personne qui peut faire l’objet d’une reconnaissance dont découle une exemption aux fins des taxes foncières est le propriétaire de l’immeuble visé.
Toutefois, dans le cas visé au premier ou au deuxième alinéa de l’article 208, cette personne est le locataire ou l’occupant de l’immeuble visé qui devrait autrement payer les taxes foncières.
2000, c. 54, a. 76.
243.4. La personne qui peut faire l’objet d’une reconnaissance dont découle une exemption aux fins de la taxe d’affaires est celle qui devrait autrement payer cette taxe en raison de l’activité qu’elle exerce dans l’immeuble visé.
La reconnaissance dont découle une exemption aux fins des taxes foncières est réputée, pour l’utilisateur mentionné et à l’égard de l’activité qu’il exerce dans l’immeuble visé, constituer une reconnaissance dont découle une exemption aux fins de la taxe d’affaires.
En l’absence de taxe d’affaires sur le territoire municipal local où est situé l’immeuble visé, on applique les deux premiers alinéas comme si la municipalité compétente imposait cette taxe.
2000, c. 54, a. 76.
§ 2.  — Conditions d’obtention de la reconnaissance
2000, c. 54, a. 76.
243.5. Sauf dans le cas prévu au deuxième alinéa de l’article 243.4, la reconnaissance doit être demandée par la personne qui peut en faire l’objet.
La personne dont la demande a été refusée ne peut la présenter à nouveau dans les cinq ans qui suivent le refus.
Toutefois, elle peut le faire si, dans une déclaration sous serment accompagnant la nouvelle demande, elle explique en quoi la situation sur laquelle s’est fondée la Commission pour opposer son refus a changé et en quoi ce changement devrait amener cette dernière à rendre une décision différente.
2000, c. 54, a. 76.
243.6. Seule une personne morale à but non lucratif peut faire l’objet d’une reconnaissance ou y être mentionnée comme utilisateur de l’immeuble visé.
2000, c. 54, a. 76.
243.7. Seul un immeuble dont l’utilisation remplit les conditions prévues à l’article 243.8 peut être visé par une reconnaissance.
Toutefois, il ne peut l’être si cette utilisation consiste dans l’hébergement autre que transitoire ou l’entreposage.
2000, c. 54, a. 76.
243.8. L’utilisateur doit, dans un but non lucratif, exercer une ou plusieurs des activités admissibles de façon que cet exercice constitue l’utilisation principale de l’immeuble.
Sont admissibles:
1°  la création, l’exposition ou la présentation d’une oeuvre dans le domaine de l’art, pourvu, dans le cas de l’exposition ou de la présentation, que la possibilité d’y assister soit offerte, sans conditions préférentielles, au public;
2°  toute activité d’ordre informatif ou pédagogique destinée à des personnes qui, à titre de loisir, veulent améliorer leurs connaissances ou habiletés dans l’un ou l’autre des domaines de l’art, de l’histoire, de la science et du sport ou dans tout autre domaine propre aux loisirs, pourvu que la possibilité de profiter de l’activité soit offerte, sans conditions préférentielles, au public;
3°  toute activité exercée en vue de:
a)  promouvoir ou défendre les intérêts ou droits de personnes qui, en raison de leur âge, de leur langue ou de leur origine ethnique ou nationale ou en raison du fait qu’elles ont une maladie ou un handicap, forment un groupe;
b)  lutter contre une forme de discrimination illégale;
c)  assister des personnes opprimées, socialement ou économiquement défavorisées ou autrement en difficulté;
d)  empêcher que des personnes ne deviennent en difficulté.
2000, c. 54, a. 76.
243.9. Une activité ne cesse pas d’être visée au premier alinéa de l’article 243.8 du seul fait que l’utilisateur en tire des revenus ou qu’elle est exercée par l’intermédiaire d’un mandataire de celui-ci.
Est réputé ne pas agir dans un but lucratif l’utilisateur qui exige, en contrepartie de la prestation que constitue son exercice de l’activité admissible, le paiement d’un prix égal ou inférieur au prix de revient de cette prestation.
2000, c. 54, a. 76.
243.10. Pour l’application des paragraphes 1° et 2° du deuxième alinéa de l’article 243.8, font partie du domaine de l’art:
1°  la scène, y compris le théâtre, le théâtre lyrique, la musique, la danse et les variétés;
2°  le film, quel que soit le support technique de l’oeuvre, y compris le vidéo;
3°  le disque ou tout autre mode d’enregistrement du son;
4°  la peinture, la sculpture, l’estampe, le dessin, l’illustration, la photographie, les arts textiles, la vidéo d’art ou toute autre forme d’expression de même nature;
5°  la transformation du bois, du cuir, des textiles, des métaux, des silicates ou de toute autre matière, lorsqu’il en résulte une oeuvre destinée à une fonction décorative ou d’expression;
6°  la littérature, y compris le roman, le conte, la nouvelle, l’oeuvre dramatique, la poésie, l’essai ou toute autre oeuvre écrite de même nature.
2000, c. 54, a. 76.
243.11. Pour l’application du paragraphe 3° du deuxième alinéa de l’article 243.8, la poursuite d’un ou de plusieurs des objectifs mentionnés aux sous-paragraphes a à d de ce paragraphe doit être la cause principale et immédiate de l’activité exercée par l’utilisateur dans l’immeuble.
Il n’est toutefois pas nécessaire que cette activité implique une relation directe entre l’utilisateur et des personnes en faveur desquelles ces objectifs sont poursuivis. Elle peut notamment consister dans le soutien accordé à des intermédiaires qui, dans un but non lucratif, agissent auprès de ces bénéficiaires.
2000, c. 54, a. 76.
§ 3.  — Période d’effet de la reconnaissance
2000, c. 54, a. 76.
243.12. La Commission fixe dans la reconnaissance la date où celle-ci entre en vigueur.
Cette date ne peut être antérieure au 1er janvier de l’année au cours de laquelle la demande de reconnaissance a été reçue.
Toutefois, lorsque la demande fait suite à une modification du rôle susceptible de rendre le demandeur débiteur d’une taxe foncière ou de la taxe d’affaires et qu’elle a été reçue dans les 12 mois qui suivent l’expédition au demandeur de l’avis de la modification, la date d’entrée en vigueur de la reconnaissance que fixe la Commission peut être toute date non antérieure à celle de la prise d’effet de la modification.
2000, c. 54, a. 76.
243.13. La reconnaissance cesse d’être en vigueur, selon ce que prévoient les dispositions des sous-sections 4 à 6, lorsque prend effet sa caducité de plein droit, sa révocation ou sa caducité prononcée à l’occasion d’une révision périodique.
2000, c. 54, a. 76.
243.14. Pendant la période où la reconnaissance est en vigueur, la personne reconnue est réputée être visée par toute disposition qui fait référence à une personne mentionnée à l’article 204 ou à l’un de ses paragraphes, aux fins d’établir une règle applicable à l’égard d’un immeuble ou de son propriétaire, locataire ou occupant, dans la mesure où cet immeuble est celui que vise la reconnaissance.
Il en est de même dans le cas où une disposition fait, aux mêmes fins, référence à une personne mentionnée au paragraphe 10° de l’article 204. Le premier alinéa ne s’applique pas si la référence qu’il vise exclut une telle personne.
2000, c. 54, a. 76.
§ 4.  — Caducité de plein droit de la reconnaissance
2000, c. 54, a. 76.
243.15. La reconnaissance est caduque de plein droit lorsque, à la suite d’une modification du rôle, il appert que l’immeuble visé n’existe plus ou n’est plus porté au rôle, que la personne reconnue ou l’autre utilisateur mentionné n’en est plus le propriétaire, le locataire ou l’occupant ou qu’a été autrement rompu le lien entre les éléments de la reconnaissance sur lequel celle-ci est fondée.
2000, c. 54, a. 76.
243.16. La caducité de plein droit de la reconnaissance prend effet à la même date que la modification du rôle dont elle découle.
Le premier alinéa ne rend pas inopérant le paragraphe 5° de l’article 177 quant à la date de prise d’effet de la modification du rôle qui, en vertu de l’un des paragraphes 9° et 11° de l’article 174 ou du paragraphe 4° de l’article 174.2, doit découler du fait que la reconnaissance cesse d’être en vigueur à la date visée au premier alinéa.
2000, c. 54, a. 76.
§ 5.  — Révocation de la reconnaissance
2000, c. 54, a. 76.
243.17. La Commission peut révoquer une reconnaissance lorsque l’une des conditions prévues aux dispositions de la sous-section 2 n’est plus remplie.
La Commission peut agir de son propre chef ou à la demande de la municipalité locale sur le territoire de laquelle est situé l’immeuble visé.
2000, c. 54, a. 76.
243.18. La Commission fixe dans sa décision la date où la révocation prend effet.
Cette date ne peut être antérieure au 1er janvier de l’année au cours de laquelle la Commission, selon qu’elle agit sur demande ou de son propre chef, a reçu la demande ou rend sa décision.
2000, c. 54, a. 76.
§ 6.  — Confirmation ou caducité de la reconnaissance prononcée à l’occasion d’une révision périodique
2000, c. 54, a. 76.
243.19. Selon ce que prévoient les dispositions de la présente sous-section, toute personne qui fait l’objet d’une reconnaissance en vigueur doit périodiquement, pour éviter la caducité de celle-ci, démontrer à la Commission que les conditions prévues aux dispositions de la sous-section 2 sont toujours remplies.
2000, c. 54, a. 76.
243.20. Lorsque la période écoulée depuis l’obtention d’une reconnaissance en vigueur a atteint neuf ans ou, dans le cas où celle-ci est prévue au premier alinéa de l’article 243.4, cinq ans, la Commission donne à la personne reconnue, par écrit, un avis qui l’informe des règles prévues aux dispositions de la présente sous-section.
Dans l’avis, la Commission indique tout document que la personne reconnue doit lui transmettre en vue d’effectuer la démonstration prévue à l’article 243.19 et fixe le délai de cette transmission.
La Commission transmet une copie de l’avis à la municipalité locale sur le territoire de laquelle est situé l’immeuble visé par la reconnaissance. Elle lui transmet également, selon le cas, une copie de tout document qu’elle a reçu de la personne reconnue ou un avis mentionnant le défaut de cette dernière.
2000, c. 54, a. 76.
243.21. La Commission tient une audition si elle l’estime nécessaire pour rendre une décision appropriée ou si la municipalité le lui demande au plus tard le dixième jour qui suit l’expiration du délai fixé dans l’avis prévu au deuxième alinéa de l’article 243.20.
2000, c. 54, a. 76.
243.22. La Commission confirme la reconnaissance, s’il lui est démontré que les conditions prévues aux dispositions de la sous-section 2 sont toujours remplies, ou en prononce la caducité dans le cas contraire.
Pour l’application de l’article 243.20, la reconnaissance confirmée est réputée être obtenue à la date où la décision est rendue.
Dans sa décision prononçant la caducité de la reconnaissance, la Commission fixe la date, non antérieure au 1er janvier de l’année au cours de laquelle la décision est rendue, où prend effet la caducité.
2000, c. 54, a. 76.
§ 7.  — Procédure
2000, c. 54, a. 76.
243.23. Avant d’accorder une reconnaissance, la Commission consulte la municipalité locale sur le territoire de laquelle est situé l’immeuble visé par la demande en lui donnant, par écrit, un avis qui lui expose les éléments de la reconnaissance proposée, lui demande son opinion à cet égard et l’informe de la règle prévue à l’article 243.24.
Le premier alinéa s’applique, compte tenu des adaptations nécessaires, dans le cas d’une révocation qui n’a pas été demandée par la municipalité et dans celui d’une confirmation en vue de laquelle la Commission a reçu de la personne reconnue tout document demandé.
2000, c. 54, a. 76.
243.24. La municipalité doit transmettre son opinion à la Commission dans les 90 jours qui suivent la transmission de l’avis.
En cas de défaut, le déroulement de l’instance devant la Commission peut se poursuivre malgré l’absence de l’opinion de la municipalité, laquelle n’en est pas pour autant forclose.
2000, c. 54, a. 76.
243.25. La personne qui demande d’être reconnue doit produire à la Commission, à la demande de celle-ci ou de la municipalité, ses états financiers. Il en est de même pour l’autre personne dont on demande la mention dans la reconnaissance comme utilisateur de l’immeuble.
Le premier alinéa s’applique, compte tenu des adaptations nécessaires, dans le cas où la révocation de la reconnaissance ou sa révision périodique fait l’objet d’une instance devant la Commission.
2000, c. 54, a. 76.
244. (Abrogé).
1979, c. 72, a. 244; 1991, c. 32, a. 125.
SECTION III.1
TARIFICATION
1988, c. 76, a. 68.
244.1. Dans la mesure où est en vigueur un règlement du gouvernement prévu au paragraphe 8.2° de l’article 262, toute municipalité peut, par règlement, prévoir que tout ou partie de ses biens, services ou activités sont financés au moyen d’un mode de tarification.
Elle peut, de la même façon, prévoir qu’est ainsi financée tout ou partie de la quote-part ou d’une autre contribution dont elle est débitrice pour un bien, un service ou une activité d’une autre municipalité, d’une communauté, d’une régie intermunicipale ou d’un autre organisme public intermunicipal.
1988, c. 76, a. 68; 1991, c. 32, a. 160; 1996, c. 77, a. 54.
244.2. Constitue un mode de tarification toute source locale et autonome de recettes, autre qu’une taxe basée sur la valeur foncière ou locative des immeubles ou des établissements d’entreprise, dont l’imposition n’est pas en soi incompatible avec l’application de l’article 244.3.
Sont notamment des modes de tarification:
1°  une taxe foncière basée sur une autre caractéristique de l’immeuble que sa valeur, comme sa superficie, son étendue en front ou une autre de ses dimensions;
2°  une compensation exigée du propriétaire ou de l’occupant d’un immeuble;
3°  un prix exigé de façon ponctuelle ou sous forme d’abonnement pour l’utilisation d’un bien ou d’un service ou pour le bénéfice retiré d’une activité.
Le seul mode de tarification que peut prévoir une municipalité régionale de comté n’agissant pas à titre de municipalité locale en vertu de l’article 8 de la Loi sur l’organisation territoriale municipale (chapitre O‐9) est un prix visé au paragraphe 3° du deuxième alinéa ou exigé selon des modalités analogues à celles d’un abonnement.
1988, c. 76, a. 68; 1991, c. 32, a. 126; 1996, c. 77, a. 55; 1999, c. 40, a. 133.
244.3. Le mode de tarification doit être lié au bénéfice reçu par le débiteur.
Le bénéfice est reçu non seulement lorsque le débiteur ou une personne à sa charge utilise réellement le bien ou le service ou profite de l’activité mais aussi lorsque le bien ou le service est à sa disposition ou que l’activité est susceptible de lui profiter éventuellement. Cette règle s’applique également, compte tenu des adaptations nécessaires, dans le cas d’un bien, d’un service ou d’une activité qui profite ou est susceptible de profiter non pas à la personne en tant que telle mais à l’immeuble dont elle est propriétaire ou occupant.
L’extension donnée par le deuxième alinéa au sens de l’expression «bénéfice reçu» ne s’applique pas si le mode de tarification est un prix exigé de façon ponctuelle pour l’utilisation du bien ou du service ou pour le bénéfice retiré d’une activité.
1988, c. 76, a. 68; 1991, c. 32, a. 127.
244.4. Le mode de tarification demeure lié au bénéfice reçu même si les recettes qu’il produit excèdent les dépenses attribuables au bien, au service ou à l’activité, pourvu que l’excédent s’explique par des motifs de saine administration comme la nécessité de normaliser la demande, de tenir compte de la concurrence et de donner préséance aux habitants et aux contribuables du territoire de la municipalité parmi les bénéficiaires ou qu’il s’explique, dans le cas où le mode est un prix exigé de façon ponctuelle lors de l’utilisation d’un bien ou d’un service, par une utilisation plus fréquente que prévu.
1988, c. 76, a. 68; 1991, c. 32, a. 160.
244.5. Le règlement peut prévoir des catégories de biens, de services, d’activités, de quotes-parts, de contributions ou de bénéficiaires, combiner des catégories et édicter des règles différentes selon les catégories ou combinaisons.
Il peut notamment prévoir que:
1°  la tarification est utilisée à l’égard d’une catégorie ou d’une combinaison et non à l’égard d’une autre;
2°  la tarification est combinée, de la façon qu’il détermine, à tout autre mode de financement prévu par une autre disposition législative applicable, cette mixité pouvant être utilisée à l’égard d’une catégorie ou d’une combinaison et non à l’égard d’une autre ou pouvant être différente selon les catégories ou combinaisons;
3°  le mode de tarification applicable est différent selon les catégories ou combinaisons;
4°  la règle de calcul de la somme payable conformément au mode de tarification est différente selon les catégories de bénéficiaires, qu’il s’agisse du taux de la taxe, du montant de la compensation, du prix d’utilisation ou de toute autre base.
1988, c. 76, a. 68.
244.6. Le règlement peut prévoir l’utilisation d’instruments de mesure pour permettre le calcul du montant à payer et prévoir les règles relatives à l’installation, à l’entretien et à la consultation de ces instruments et les conséquences d’un manquement à ces règles, notamment quant à l’établissement d’un montant payable par le débiteur pour lequel les instruments ne peuvent remplir leur fonction.
1988, c. 76, a. 68.
244.7. Toute compensation exigée d’une personne en vertu de la présente section, en raison du fait qu’elle est propriétaire d’un immeuble, est assimilée à une taxe foncière imposée sur celui-ci.
1988, c. 76, a. 68.
244.8. Sous réserve de l’article 244.7, le règlement peut prévoir les modalités de perception du montant payable en vertu de la présente section.
À défaut, les règles prévues par la loi quant à la perception des taxes ou des compensations, si le mode de tarification imposé en est une, s’appliquent au montant payable en vertu de la présente section.
La municipalité peut conclure avec l’exploitant d’une entreprise de télécommunication une entente en vertu de laquelle l’exploitant perçoit au nom de la municipalité tout ou partie d’un montant payable en vertu de la présente section et destiné au financement de tout ou partie des biens, des services ou des activités relatifs à un «Centre d’urgence 9-1-1»; l’entente peut prévoir la retenue de frais de perception sur le montant perçu. La municipalité peut aussi conclure avec l’exploitant une entente en vertu de laquelle elle lui cède tout ou partie de ses créances qui découlent de l’imposition d’un mode de tarification destiné au financement visé au présent alinéa. La municipalité peut donner à l’Union des municipalités du Québec ou à la Fédération québécoise des municipalités locales et régionales (FQM) le mandat de conclure en son nom une entente prévue au présent alinéa.
Une entente conclue avec un organisme visé au troisième alinéa concernant un «Centre d’urgence 9-1-1» ne requiert, le cas échéant, aucune autorisation ou approbation du ministre à titre de convention par laquelle la municipalité engage son crédit.
1988, c. 76, a. 68; 1994, c. 30, a. 70; 1995, c. 34, a. 79; 1999, c. 90, a. 29.
244.9. Un mode de tarification peut être utilisé pour contribuer au remboursement de tout ou partie d’un emprunt et à la dotation du fonds d’amortissement constitué pour ce remboursement.
Dans un tel cas, le règlement ou la résolution d’emprunt doit mentionner le mode de tarification, la base d’imposition et la catégorie de débiteurs.
Si le règlement ou la résolution prévoit que le remboursement doit être fait au moyen à la fois d’une taxe foncière ou d’une compensation qui y est assimilée et d’un autre mode de tarification, sans préciser dans quelles proportions, seule la taxe ou la compensation est considérée aux fins de déterminer si toutes les personnes habiles à voter de la municipalité ou une partie seulement d’entre elles peuvent participer au référendum sur le règlement ou la résolution.
1988, c. 76, a. 68; 1991, c. 32, a. 160.
244.10. Les articles 244.1 à 244.9 s’appliquent malgré toute disposition inconciliable d’une loi générale ou spéciale.
1988, c. 76, a. 68; 1991, c. 32, a. 160; 1993, c. 78, a. 10.
SECTION III.2
SURTAXE SUR LES IMMEUBLES NON RÉSIDENTIELS
1991, c. 32, a. 128.
244.11. Toute municipalité locale peut, par règlement, imposer une surtaxe sur les unités d’évaluation inscrites à son rôle d’évaluation foncière qui sont constituées d’immeubles non résidentiels ou d’immeubles résidentiels dont l’exploitant doit être le titulaire d’un permis délivré en vertu de la Loi sur les établissements touristiques (chapitre E-15.1).
Toutefois, n’est pas assujettie à la surtaxe une unité d’évaluation qui est constituée uniquement d’une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement adopté en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M-14), qui est entièrement inscrite à un certificat visé à l’article 220.2 de la présente loi ou qui est constituée uniquement d’un terrain non exploité, d’une étendue d’eau ou de l’un et l’autre.
Ne sont pas non plus assujetties à la surtaxe une unité d’évaluation qui constitue uniquement la dépendance d’une unité entièrement résidentielle qui n’est pas visée au premier alinéa, ni une unité qui est constituée uniquement de l’assiette d’une voie ferrée à laquelle s’applique l’article 47.
Malgré l’article 2, les deuxième et troisième alinéas ne visent que les unités d’évaluation entières.
Est assujettie à la surtaxe une unité d’évaluation qui n’est pas visée au deuxième ou au troisième alinéa et qui comporte à la fois, d’une part, des immeubles non résidentiels ou résidentiels visés au premier alinéa et, d’autre part, des immeubles résidentiels non visés à cet alinéa ou des immeubles compris dans une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement adopté en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.
Une municipalité ne peut, pour un même exercice financier, à la fois imposer la surtaxe prévue au présent article et, soit imposer la taxe prévue à l’article 244.23, soit fixer, en vertu de l’article 244.29, un taux de la taxe foncière générale qui est particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels prévue à l’article 244.33.
1991, c. 32, a. 128; 1993, c. 43, a. 11; 1993, c. 78, a. 11; 2000, c. 54, a. 77.
244.12. Sous réserve de la section IV.3, la surtaxe est basée sur la valeur imposable de chaque unité d’évaluation.
1991, c. 32, a. 128.
244.13. Le taux de la surtaxe est fixé dans le règlement adopté en vertu de l’article 244.11.
Toutefois, dans le cas d’une unité d’évaluation visée au cinquième alinéa de cet article, on calcule le montant de la surtaxe en appliquant la partie de ce taux qui correspond au pourcentage prévu pour les unités de sa catégorie par le règlement du ministre pris en vertu du paragraphe 10° de l’article 263.
Dans le cas d’une unité comprenant l’assiette d’une voie ferrée située dans une cour qui appartient à une entreprise de chemin de fer et qui, le 16 juin 1994, était, soit une cour de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (C.N.) ou du Canadien Pacifique Limitée (C.P. Rail), soit une cour de la Compagnie VIA Rail Canada inc. située sur le territoire de la Ville de Montréal, on calcule le montant de la surtaxe en appliquant 40 % du taux. Malgré l’article 2, le présent alinéa vise l’unité entière même si elle comprend un autre immeuble que cette assiette.
Dans le cas d’une unité où sont exercées, conformément à un permis délivré en vertu de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (chapitre S‐4.2), des activités propres à la mission d’un centre d’hébergement et de soins de longue durée au sens de cette loi, on calcule le montant de la surtaxe en appliquant 20 % du taux.
Lorsque, en vertu de l’article 2, le quatrième alinéa est réputé ne viser qu’une partie de l’unité d’évaluation, le deuxième alinéa de l’article 61, le règlement pris en vertu du paragraphe 10° de l’article 263 et les dispositions qui y renvoient ne s’appliquent pas à l’égard de l’unité.
1991, c. 32, a. 128; 1993, c. 43, a. 12; 1993, c. 78, a. 12; 1994, c. 30, a. 71; 1998, c. 43, a. 6; 2000, c. 54, a. 78.
244.14. Les recettes d’une municipalité locale, prévues pour un exercice financier, provenant de la surtaxe ou, selon le cas, à la fois de celle-ci et de la taxe d’affaires, ne peuvent excéder le maximum de recettes établi conformément aux articles 233 à 235.1.
1991, c. 32, a. 128.
244.15. La municipalité peut, dans le règlement adopté en vertu de l’article 244.11, prévoir que le débiteur de la surtaxe a droit à un dégrèvement lorsque l’unité d’évaluation ou un local de celle-ci est vacant.
Toutefois, la municipalité peut, dans le règlement:
1°  prévoir qu’une unité ou un local n’est pris en considération aux fins de dégrèvement que s’il est vacant pendant un nombre de jours qu’elle fixe, préciser si les jours considérés dans le calcul de ce nombre doivent être consécutifs et, dans un tel cas, s’ils doivent être compris dans un seul exercice financier ou peuvent être compris dans deux exercices et préciser si, une fois le nombre atteint, l’unité ou le local est pris en considération aux fins du dégrèvement à compter du jour où le nombre est atteint ou depuis le premier des jours, consécutifs ou non, selon le cas, compris dans l’exercice pour lequel le dégrèvement est accordé;
2°  prévoir que le débiteur n’a droit au dégrèvement que si les vacances au sein de son unité atteignent, compte tenu le cas échéant des dispositions du règlement adoptées en vertu du paragraphe 1°, un certain taux et prévoir les règles d’établissement de ce taux.
Pour l’application du présent article et des articles 244.16 et 244.17, on entend par «local» tout local inscrit à l’annexe du rôle d’évaluation foncière prévue à l’article 69.
Est réputée vacante une unité d’évaluation qui est inoccupée et qui est, soit mise en vente ou offerte en location sur le marché en vue d’une occupation immédiate, soit dans un état impropre à l’occupation, soit l’objet de travaux qui empêchent son occupation, soit l’objet d’un bail dont l’exécution n’est pas commencée. Est réputé vacant un local qui est inoccupé et qui est, soit offert sur le marché en vue d’une location immédiate, soit dans un état impropre à l’occupation, soit l’objet de travaux qui empêchent son occupation, soit l’objet d’un bail dont l’exécution n’est pas commencée. Pour l’application du présent alinéa, la location ne comprend pas la sous-location ni la cession de bail.
Malgré l’article 2, les quatre premiers alinéas ne visent que les unités d’évaluation et les locaux entiers.
1991, c. 32, a. 128; 1992, c. 53, a. 9; 1999, c. 40, a. 133.
244.16. La municipalité qui s’est prévalue du premier alinéa de l’article 244.15 prévoit, dans le règlement adopté en vertu de l’article 244.11, les règles de calcul du dégrèvement.
Ces règles doivent tenir compte, notamment:
1°  du taux de la surtaxe ou, selon le cas, de la partie de celui-ci qui est applicable;
2°  de la base d’imposition de la surtaxe;
3°  du pourcentage inscrit à l’égard du local vacant, le cas échéant, à l’annexe du rôle d’évaluation foncière prévue à l’article 69;
4°  de la partie de l’exercice financier au cours de laquelle la vacance existe;
5°  de toute disposition du règlement édictée en vertu du deuxième alinéa de l’article 244.15, le cas échéant.
Les règles de calcul du dégrèvement peuvent prévoir que le montant de la surtaxe qui est attribuable à l’unité ou au local vacant pour la période où la vacance est prise en considération est compensé, soit entièrement, soit partiellement, par le montant du dégrèvement.
1991, c. 32, a. 128; 1992, c. 53, a. 10.
244.17. Dans le cas où la municipalité s’est prévalue du premier alinéa de l’article 244.15, lorsqu’une unité d’évaluation ou un local de celle-ci commence à être occupé, cesse de l’être ou change d’occupant, le débiteur de la surtaxe doit, dans les 30 jours ou dans tout autre délai convenu avec le greffier de la municipalité, en donner un avis écrit à celle-ci ou l’en informer de toute autre façon convenue avec le greffier.
Commet une infraction et est passible d’une amende de 500 $ la personne qui, sachant que l’unité d’évaluation pour laquelle elle est débitrice de la surtaxe ou un local de cette unité a commencé à être occupé, a cessé de l’être ou a changé d’occupant, n’en informe pas la municipalité de la façon et dans le délai applicables conformément au premier alinéa ou, si elle a appris l’événement trop tard pour respecter le délai, le plus tôt possible après qu’elle l’a appris.
Toute personne déclarée coupable de l’infraction prévue au deuxième alinéa perd, pour un an à compter du jour où le jugement est passé en force de chose jugée, le droit d’obtenir un dégrèvement prévu à l’article 244.15.
Le greffier de la municipalité transmet à l’organisme municipal responsable de l’évaluation une copie vidimée de tout avis donné conformément au premier alinéa.
1991, c. 32, a. 128.
244.18. La municipalité qui s’est prévalue du premier alinéa de l’article 244.15 prévoit, dans le règlement adopté en vertu de l’article 244.11, les modalités selon lesquelles le dégrèvement est accordé, ainsi que les règles qui s’appliquent lorsqu’un débiteur acquiert ou perd le droit au dégrèvement en cours d’exercice financier ou que le montant du dégrèvement varie; elle peut, notamment, prévoir qu’un intérêt s’ajoute au montant d’un supplément ou d’un trop-perçu de surtaxe qui doit, dans un tel cas, être payé ou remboursé.
Le dégrèvement auquel a droit un débiteur pour un exercice, selon les données connues par la municipalité à la fin de celui-ci, doit lui être accordé avant le 1er mai de l’exercice suivant.
La municipalité doit informer le débiteur qui reçoit un dégrèvement des règles de calcul applicables et lui communiquer les données relatives à son unité d’évaluation qui ont été utilisées.
1991, c. 32, a. 128; 1992, c. 53, a. 11.
244.19. Le débiteur ne peut faire assumer, ni directement ni indirectement, aucune partie de la surtaxe à l’occupant d’une partie de l’unité d’évaluation qui n’est pas un local devant être inscrit à l’annexe intégrale d’un rôle d’évaluation foncière en vertu des trois premiers alinéas de l’article 69, peu importe que le rôle de la municipalité concernée comporte une telle annexe ou une annexe partielle prévue au quatrième alinéa de cet article.
1991, c. 32, a. 128; 1992, c. 53, a. 12.
244.20. L’occupant de toute unité d’évaluation assujettie à la surtaxe ou de tout local compris dans cette unité et inscrit à l’annexe du rôle d’évaluation foncière prévue à l’article 69, ou le propriétaire d’une telle unité ou d’un tel local qui l’occupe, a le droit de recevoir de la municipalité locale, sur demande écrite, une subvention égale au montant de la surtaxe payé par le débiteur ou, selon le cas, à la partie de ce montant attribuable au local, si cet occupant ou propriétaire est une personne qui est, soit mentionnée à un autre paragraphe de l’article 204 que les paragraphes 1°, 1.1° et 2.1°, soit visée à l’article 210. Toutefois, une telle personne n’a pas droit à la subvention du seul fait qu’elle est hébergée dans un immeuble dont l’exploitant doit être titulaire d’un permis délivré en vertu de la Loi sur les établissements touristiques (chapitre E‐15.1).
Si la personne qui a droit à la subvention occupe un local, le montant de la subvention est égal à la partie du montant payé de la surtaxe qui correspond au pourcentage inscrit à l’annexe du rôle à l’égard du local. Toutefois, dans le cas où le local est occupé à temps partagé par plusieurs occupants en vertu de baux distincts ou par le propriétaire et un tel occupant, le propriétaire doit fournir à chacun une attestation de la proportion que représente son temps d’occupation; chacun a le droit de recevoir, sur présentation de cette attestation avec sa demande, la proportion du montant de la subvention payable à l’égard du local qui correspond à la proportion inscrite à l’attestation.
Dans le cas où la personne qui a droit à la subvention fait l’objet d’une reconnaissance en vigueur, prévue à l’article 243.4 et visant uniquement une partie de l’unité ou du local qu’elle occupe, le montant calculé en vertu des deux premiers alinéas est réduit pour ne tenir compte que de cette partie de l’unité ou du local.
Dans le cas où la personne qui a droit à la subvention occupe l’unité ou le local pendant une partie seulement de l’exercice financier, le montant calculé en vertu des trois premiers alinéas est réduit pour ne tenir compte que de cette partie d’exercice.
1991, c. 32, a. 128; 1992, c. 53, a. 13; 1994, c. 30, a. 72; 2000, c. 54, a. 79.
244.21. La municipalité peut, dans le règlement adopté en vertu de l’article 244.11, prescrire la forme ou le contenu minimal de la demande ou de l’attestation prévue à l’article 244.20 ou toute autre modalité relative au versement de la subvention prévue à cet article.
Elle peut également, dans le règlement, prévoir le délai dans lequel la demande de subvention doit, sous peine de rejet, être reçue par la municipalité. Le délai prévu ne doit toutefois pas expirer avant le 1er février de l’exercice financier qui suit celui pour lequel la subvention est payable.
1991, c. 32, a. 128.
244.22. Pour l’application des articles 244.15 à 244.20, dans le cas d’un immeuble non imposable à l’égard duquel doit être versée une somme tenant lieu de la surtaxe, soit par le gouvernement conformément au deuxième alinéa de l’article 210 ou au premier alinéa des articles 254 et 255, soit par la Couronne du chef du Canada ou l’un de ses mandataires, le mot «surtaxe» signifie la somme qui en tient lieu.
1991, c. 32, a. 128; 1994, c. 30, a. 73.
SECTION III.3
TAXE SUR LES IMMEUBLES NON RÉSIDENTIELS
1994, c. 30, a. 73.
244.23. Toute municipalité locale peut, par règlement, imposer une taxe sur les unités d’évaluation inscrites à son rôle d’évaluation foncière qui sont constituées d’immeubles non résidentiels ou d’immeubles résidentiels dont l’exploitant doit être le titulaire d’un permis délivré en vertu de la Loi sur les établissements touristiques (chapitre E‐15.1).
Toutefois, n’est pas assujettie à la taxe une unité d’évaluation qui est constituée uniquement d’une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement pris en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14), qui est entièrement inscrite à un certificat visé à l’article 220.2 de la présente loi ou qui est constituée uniquement d’un terrain non exploité, d’une étendue d’eau ou de l’un et l’autre.
Ne sont pas non plus assujetties à la taxe une unité d’évaluation qui constitue uniquement la dépendance d’une unité entièrement résidentielle qui n’est pas visée au premier alinéa, ni une unité qui est constituée uniquement de l’assiette d’une voie ferrée à laquelle s’applique l’article 47.
Malgré l’article 2, les deuxième et troisième alinéas ne visent que les unités d’évaluation entières.
Est assujettie à la taxe une unité d’évaluation qui n’est pas visée au deuxième ou au troisième alinéa et qui comporte à la fois, d’une part, des immeubles non résidentiels ou résidentiels visés au premier alinéa et, d’autre part, des immeubles résidentiels non visés à cet alinéa ou des immeubles compris dans une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement pris en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation.
Une municipalité ne peut, pour un même exercice financier, à la fois imposer la taxe prévue au présent article et, soit imposer la surtaxe prévue à l’article 244.11, soit fixer, en vertu de l’article 244.29, un taux de la taxe foncière générale qui est particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels prévue à l’article 244.33.
1994, c. 30, a. 73; 2000, c. 54, a. 80.
244.24. Sous réserve de la section IV.3, la taxe est basée sur la valeur imposable de chaque unité d’évaluation.
1994, c. 30, a. 73.
244.25. Le taux de la taxe est fixé dans le règlement adopté en vertu de l’article 244.23.
Toutefois, dans le cas d’une unité d’évaluation visée au cinquième alinéa de cet article, on calcule le montant de la taxe en appliquant la partie de ce taux qui correspond au pourcentage prévu pour les unités de sa catégorie par le règlement du ministre pris en vertu du paragraphe 10° de l’article 263.
Dans le cas d’une unité comprenant l’assiette d’une voie ferrée située dans une cour qui appartient à une entreprise de chemin de fer et qui, le 16 juin 1994, était, soit une cour de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (C.N.) ou du Canadien Pacifique Limitée (C.P. Rail), soit une cour de la Compagnie VIA Rail Canada inc. située sur le territoire de la Ville de Montréal, on calcule le montant de la taxe en appliquant 40 % du taux. Malgré l’article 2, le présent alinéa vise l’unité entière même si elle comprend un autre immeuble que cette assiette.
Dans le cas d’une unité où sont exercées, conformément à un permis délivré en vertu de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (chapitre S‐4.2), des activités propres à la mission d’un centre d’hébergement et de soins de longue durée au sens de cette loi, on calcule le montant de la taxe en appliquant 20 % du taux.
Lorsque, en vertu de l’article 2, le quatrième alinéa est réputé ne viser qu’une partie de l’unité d’évaluation, le deuxième alinéa de l’article 61, le règlement pris en vertu du paragraphe 10° de l’article 263 et les dispositions qui y renvoient ne s’appliquent pas à l’égard de l’unité.
1994, c. 30, a. 73; 1998, c. 43, a. 7; 2000, c. 54, a. 81.
244.26. Les recettes d’une municipalité locale, prévues pour un exercice financier, provenant de la taxe ou, selon le cas, à la fois de celle-ci et de la taxe d’affaires, ne peuvent excéder le maximum de recettes établi conformément aux articles 233 à 235.1.
1994, c. 30, a. 73.
244.27. La municipalité peut, dans le règlement adopté en vertu de l’article 244.23, prévoir que, lorsqu’a été supérieur à 20 % le pourcentage moyen d’inoccupation d’une unité d’évaluation au cours de l’exercice financier qui précède celui pour lequel la taxe est imposée, le taux de celle-ci qui est applicable à l’unité est celui que l’on obtient en diminuant, de la partie du pourcentage qui excède 20 %, le taux de la taxe fixé dans le règlement ou, selon le cas, le taux réduit établi conformément au deuxième ou au troisième alinéa de l’article 244.25.
On obtient le pourcentage moyen d’inoccupation d’une unité d’évaluation au cours d’un exercice financier en effectuant les opérations suivantes:
1°  établir, pour chaque jour de l’exercice, la superficie totale des locaux imposables vacants au sein de l’unité et additionner les superficies ainsi établies;
2°  établir, pour chaque jour de l’exercice, la superficie totale des locaux imposables au sein de l’unité et additionner les superficies ainsi établies;
3°  diviser la somme qui résulte de l’addition prévue au paragraphe 1° par la somme qui résulte de l’addition prévue au paragraphe 2° et transformer en pourcentage le quotient ainsi obtenu.
Constitue un local toute partie d’une unité d’évaluation qui fait l’objet d’un bail distinct auquel est partie le propriétaire, est destinée à faire l’objet d’un tel bail, est occupée de façon exclusive par le propriétaire ou est destinée à être ainsi occupée par lui et qui est, soit un immeuble non résidentiel autre qu’un immeuble compris dans une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement pris en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M-14), soit un immeuble résidentiel visé au premier alinéa de l’article 244.23. On délimite la partie de l’unité d’évaluation qui est destinée à faire l’objet d’un bail distinct ou qui est destinée à être occupée de façon exclusive par le propriétaire en considérant le plus grand ensemble possible de parties de l’unité qui, normalement et à court terme, ne peuvent être louées ou occupées que globalement; dans le cas d’un immeuble dont l’exploitant doit être le titulaire d’un permis délivré en vertu de la Loi sur les établissements touristiques (chapitre E-15.1), l’ensemble des parties destinées à l’hébergement constitue un seul local.
Est assimilé à un local imposable un local non imposable à l’égard duquel la taxe doit être payée conformément au premier alinéa de l’article 208 ou à l’égard duquel doit être versée une somme tenant lieu de la taxe, soit par le gouvernement conformément au deuxième alinéa de l’article 210 ou au premier alinéa des articles 254 et 255, soit par la Couronne du chef du Canada ou l’un de ses mandataires.
Est réputé vacant un local qui est inoccupé et qui est, soit offert sur le marché en vue d’une location immédiate, soit dans un état impropre à l’occupation, soit l’objet de travaux qui empêchent son occupation, soit l’objet d’un bail dont l’exécution n’est pas commencée. Pour l’application du présent alinéa, la location ne comprend pas la sous-location ni la cession de bail. Malgré l’article 2, le présent alinéa ne vise qu’un local entier.
Le pourcentage moyen d’inoccupation, au cours d’un exercice financier, d’une unité d’évaluation qui ne comprend aucun local est le pourcentage que représente, par rapport au nombre de jours de l’exercice, le nombre de ceux où est entièrement vacante l’unité ou, si elle est visée au cinquième alinéa de l’article 244.23, sa partie non résidentielle imposable. Cette partie est constituée de tout immeuble non résidentiel imposable autre qu’un immeuble compris dans une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement pris en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation et de tout immeuble résidentiel imposable visé au premier alinéa de l’article 244.23. Les quatrième et cinquième alinéas du présent article s’appliquent à l’unité ou à sa partie non résidentielle, comme s’il s’agissait d’un local; outre ce que prévoit le cinquième alinéa, cette unité ou partie d’unité est réputée vacante lorsqu’elle est inoccupée et mise en vente en vue d’une occupation immédiate.
La municipalité peut, dans le règlement adopté en vertu de l’article 244.23, prescrire des règles différentes de celles prévues au présent article pour établir le pourcentage moyen d’inoccupation d’une unité d’évaluation au cours d’un exercice financier ou prévoir que la période pour laquelle ce pourcentage est établi est, au lieu de l’exercice qui précède celui pour lequel la taxe est imposée, une période de 12 mois consécutifs qui se termine au cours de cet exercice précédent.
1994, c. 30, a. 73; 1999, c. 40, a. 133.
244.28. La personne au nom de laquelle est inscrite au rôle une unité d’évaluation qui peut être assujettie à la taxe ou à l’égard de laquelle une somme en tenant lieu peut être versée doit, sur demande, fournir à la municipalité les renseignements dont celle-ci a besoin pour décider si elle se prévaut du premier ou du septième alinéa de l’article 244.27 et, le cas échéant, pour établir la réduction de taux prévue à cet article qui est applicable à l’égard de l’unité.
En cas de défaut, la réduction de taux aux fins de laquelle les renseignements ont été demandés ne s’applique pas à l’égard de l’unité.
1994, c. 30, a. 73.
SECTION III.4
VARIÉTÉ DE TAUX DE LA TAXE FONCIÈRE GÉNÉRALE
2000, c. 54, a. 82.
§ 1.  — Habilitation générale
2000, c. 54, a. 82.
244.29. Toute municipalité locale peut, conformément aux dispositions de la présente section, fixer pour un exercice financier plusieurs taux de la taxe foncière générale en fonction des catégories auxquelles appartiennent les unités d’évaluation.
Toutefois, une municipalité ne peut, pour un même exercice, à la fois:
1°  fixer un taux de la taxe foncière générale qui est particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels prévue à l’article 244.33 et imposer la surtaxe ou la taxe prévue à l’un des articles 244.11 et 244.23;
2°  fixer un taux de la taxe foncière générale qui est particulier à la catégorie des terrains vagues desservis prévue à l’article 244.36 et imposer la surtaxe prévue à l’article 486 de la Loi sur les cités et villes (chapitre C‐19) ou 990 du Code municipal du Québec (chapitre C‐27.1).
2000, c. 54, a. 82.
§ 2.  — Catégories d’immeubles
2000, c. 54, a. 82.
244.30. Pour l’application de la présente section, les catégories d’immeubles sont:
1°  celle des immeubles non résidentiels;
2°  celle des immeubles industriels;
3°  celle des immeubles de six logements ou plus;
4°  celle des terrains vagues desservis;
5°  celle qui est résiduelle.
La composition de la catégorie des immeubles non résidentiels et de la catégorie résiduelle varie selon les diverses hypothèses quant à l’existence de taux particuliers à d’autres catégories.
Une unité d’évaluation peut appartenir à plusieurs catégories.
2000, c. 54, a. 82.
244.31. Aux fins de déterminer la composition de la catégorie des immeubles non résidentiels, on tient compte du groupe comprenant les unités d’évaluation qui comportent un immeuble non résidentiel ou un immeuble résidentiel dont l’exploitant doit être le titulaire d’une attestation de classification délivrée en vertu de la Loi sur les établissements d’hébergement touristique (chapitre E‐15.1).
Toutefois, n’appartient pas au groupe une unité d’évaluation qui:
1°  est constituée uniquement d’une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement pris en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14);
2°  est entièrement inscrite à un certificat visé à l’article 220.2;
3°  est constituée uniquement d’un terrain non exploité, d’une étendue d’eau ou de l’un et l’autre;
4°  constitue uniquement la dépendance d’une unité entièrement composée d’immeubles résidentiels non visés au premier alinéa;
5°  est constituée uniquement de l’assiette d’une voie ferrée à laquelle s’applique l’article 47.
Malgré l’article 2, le deuxième alinéa ne vise qu’une unité d’évaluation entière.
2000, c. 54, a. 82.
244.32. Chaque unité d’évaluation appartenant au groupe prévu à l’article 244.31 fait partie de l’une ou l’autre des classes suivantes, selon le pourcentage que représente, par rapport à la valeur imposable totale de l’unité, la valeur imposable de l’ensemble des immeubles non résidentiels compris dans l’unité:
1°  classe 1A: moins de 0,5 %;
2°  classe 1B: 0,5 % ou plus et moins de 1 %;
3°  classe 1C: 1 % ou plus et moins de 2 %;
4°  classe 2: 2 % ou plus et moins de 4 %;
5°  classe 3: 4 % ou plus et moins de 8 %;
6°  classe 4: 8 % ou plus et moins de 15 %;
7°  classe 5: 15 % ou plus et moins de 30 %;
8°  classe 6: 30 % ou plus et moins de 50 %;
9°  classe 7: 50 % ou plus et moins de 70 %;
10°  classe 8: 70 % ou plus et moins de 95 %;
11°  classe 9: 95 % ou plus et moins de 100 %;
12°  classe 10: 100 %.
Pour l’application du premier alinéa, on entend par:
1°  « immeuble non résidentiel »: tout tel immeuble, autre que celui qui est compris dans une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement pris en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14), et tout immeuble résidentiel visé au premier alinéa de l’article 244.31;
2°  « valeur imposable »: outre son sens ordinaire, la valeur non imposable dans le cas où:
a)  les taxes foncières doivent être payées à l’égard de l’immeuble conformément au premier alinéa de l’article 208;
b)  une somme tenant lieu des taxes foncières doit être versée à l’égard de l’immeuble, soit par le gouvernement conformément au deuxième alinéa de l’article 210 ou au premier alinéa des articles 254 et 255, soit par la Couronne du chef du Canada ou l’un de ses mandataires.
2000, c. 54, a. 82.
244.33. La composition de la catégorie des immeubles non résidentiels correspond à celle du groupe prévu à l’article 244.31.
Toutefois, dans l’hypothèse de l’existence d’un taux particulier à la catégorie des immeubles industriels, la composition de la catégorie des immeubles non résidentiels correspond à celle du groupe prévu à l’article 244.31, distraction faite des unités d’évaluation visées au paragraphe 1° du premier alinéa de l’article 244.34.
2000, c. 54, a. 82.
244.34. Appartient à la catégorie des immeubles industriels toute unité d’évaluation:
1°  qui est occupée ou destinée à l’être uniquement par son propriétaire ou par un seul occupant et qui est principalement utilisée ou destinée à des fins de production industrielle;
2°  qui comporte plusieurs locaux occupés ou destinés à l’être par des occupants différents, y compris le propriétaire malgré l’article 1, et dont l’un des locaux est principalement destiné ou utilisé à des fins de production industrielle.
Malgré l’article 2, les paragraphes 1° et 2° du premier alinéa visent respectivement, même s’ils sont aussi utilisés ou destinés à d’autres fins, l’unité d’évaluation et le local entiers.
Pour l’application des deux premiers alinéas, on entend par « local » toute partie d’une unité d’évaluation qui est un immeuble non résidentiel au sens de l’article 244.32 et qui fait l’objet d’un bail distinct auquel est partie le propriétaire, est destinée à faire l’objet d’un tel bail, est occupée de façon exclusive par le propriétaire ou est destinée à être ainsi occupée par lui.
On délimite la partie de l’unité d’évaluation qui est destinée à faire l’objet d’un bail distinct ou qui est destinée à être occupée de façon exclusive par le propriétaire en considérant le plus grand ensemble possible de parties de l’unité qui, normalement et à court terme, ne peuvent être louées ou occupées que globalement. Dans le cas d’un immeuble dont l’exploitant doit être le titulaire d’une attestation de classification délivrée en vertu de la Loi sur les établissements d’hébergement touristique (chapitre E‐15.1), l’ensemble des parties destinées à l’hébergement constitue un seul local.
2000, c. 54, a. 82.
244.35. Appartient à la catégorie des immeubles de six logements ou plus toute unité d’évaluation qui comporte un ou plus d’un immeuble d’habitation de façon que le nombre de logements dans l’unité soit égal ou supérieur à six.
2000, c. 54, a. 82.
244.36. Appartient à la catégorie des terrains vagues desservis toute unité d’évaluation qui est constituée uniquement d’un tel terrain et, le cas échéant, de tout bâtiment visé au deuxième alinéa.
Est vague le terrain sur lequel aucun bâtiment n’est situé. Un terrain est également vague lorsque, selon le rôle d’évaluation foncière, la valeur du bâtiment qui y est situé ou, s’il y en a plusieurs, la somme de leurs valeurs est inférieure à 10 % de celle du terrain.
Est desservi le terrain qui est adjacent à une rue publique en bordure de laquelle les services d’aqueduc et d’égout sanitaire sont disponibles.
Malgré l’article 2, le premier alinéa ne vise qu’une unité entière et les deuxième et troisième alinéas visent le terrain entier compris dans cette unité.
N’appartient pas à la catégorie une unité d’évaluation qui comporte:
1°  une exploitation agricole enregistrée conformément à un règlement pris en vertu de l’article 36.15 de la Loi sur le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (chapitre M‐14);
2°  un terrain qui, de façon continue, est utilisé à des fins d’habitation ou exploité à des fins industrielles ou commerciales autres que le commerce du stationnement;
3°  un terrain appartenant à une entreprise de chemin de fer et sur lequel il y a une voie ferrée, y compris une voie ferrée située dans une cour ou un bâtiment;
4°  un terrain utilisé pour les lignes aériennes de transmission d’énergie électrique;
5°  un terrain sur lequel la construction est interdite en vertu de la loi ou d’un règlement.
2000, c. 54, a. 82.
244.37. Dans l’hypothèse de l’existence d’un taux particulier à une ou à plusieurs des autres catégories, une unité d’évaluation appartient à la catégorie résiduelle lorsqu’elle n’appartient pas à celle ou à l’une de celles, selon le cas, que vise l’hypothèse.
Une unité d’évaluation n’appartient pas à la catégorie résiduelle même si, selon l’hypothèse retenue, une partie du taux de base est utilisée, en vertu de l’un ou l’autre des articles 244.51 à 244.57, pour établir le montant de la taxe foncière générale imposée sur l’unité.
2000, c. 54, a. 82.
§ 3.  — Règles relatives à l’établissement des taux
2000, c. 54, a. 82.
A.  — Taux de base
244.38. La municipalité fixe un taux de base.
Celui-ci constitue le taux particulier à la catégorie résiduelle.
2000, c. 54, a. 82.
B.  — Taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels
244.39. Le taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels doit être égal ou supérieur au taux de base.
Si la municipalité n’impose pas la taxe d’affaires pour le même exercice financier, le taux particulier ne doit pas excéder le produit que l’on obtient en multipliant le taux global de taxation de la municipalité par le coefficient applicable en vertu de l’article 244.40.
Dans le cas contraire et sous réserve du quatrième alinéa de l’article 244.43, le taux particulier doit faire en sorte que les recettes provenant de son application n’excèdent pas le résultat que l’on obtient en effectuant consécutivement les opérations suivantes:
1°  multiplier l’évaluation foncière non résidentielle imposable de la municipalité par son taux global de taxation;
2°  multiplier le produit qui résulte de la multiplication prévue au paragraphe 1° par le coefficient applicable en vertu de l’article 244.40;
3°  soustraire du produit qui résulte de la multiplication prévue au paragraphe 2° les recettes de la taxe d’affaires de la municipalité.
Le taux global de taxation, l’évaluation foncière non résidentielle imposable et les recettes sont celles que l’on prévoit pour l’exercice financier aux fins duquel le taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels doit être fixé.
2000, c. 54, a. 82.
244.40. Le coefficient applicable est de 1,96.
Toutefois, dans le cas d’une municipalité dont le territoire est compris dans celui d’un organisme public de transport en commun mentionné au présent alinéa ou coïncide avec ce territoire, le coefficient applicable est celui que mentionne l’un ou l’autre des paragraphes suivants, selon l’organisme dont le territoire comprend celui de la municipalité ou coïncide avec celui-ci:
1°  dans le cas de la Société de transport de la Communauté urbaine de Montréal: 2,50;
2°  dans le cas de la Société de transport de la Ville de Laval: 2,18;
3°  dans le cas de la Société de transport de la rive sud de Montréal: 2,42;
4°  dans le cas de la Société de transport de l’Outaouais: 2,05;
5°  dans le cas de la Société de transport de la Communauté urbaine de Québec: 2,13;
6°  dans le cas de la Corporation métropolitaine de transport de Sherbrooke: 2,22;
7°  dans le cas de la Corporation intermunicipale de transport des Forges: 1,97;
8°  dans le cas de la Corporation intermunicipale de transport de la rive sud de Québec: 2,05;
9°  dans le cas de la Corporation intermunicipale de transport du Saguenay: 1,99.
Dans le cas d’une municipalité dont le territoire est compris dans celui de la Société de transport de l’Outaouais, le deuxième alinéa ne s’applique que si son territoire est desservi par le réseau de transport en commun de la Société, au sens de l’article 193.0.1 de la Loi sur la Communauté urbaine de l’Outaouais (chapitre C‐37.1) ou de tout règlement prévu à cet article.
2000, c. 54, a. 82.
244.41. Pour l’application de l’article 244.39, le taux global de taxation de la municipalité est le quotient que l’on obtient en divisant, par l’évaluation foncière imposable de la municipalité pour l’exercice financier visé, le montant total des recettes prévues pour l’exercice et provenant des taxes, des compensations et des modes de tarification qui seront imposés par la municipalité parmi ceux que vise le règlement pris en vertu du paragraphe 3° de l’article 263.
L’évaluation foncière imposable est le total des valeurs imposables inscrites au rôle d’évaluation foncière de la municipalité.
Si la municipalité ne se prévaut pas des articles 253.27 à 253.34, les valeurs imposables utilisées en application du deuxième alinéa sont, pour le premier exercice financier auquel s’applique le rôle, celles qui y sont inscrites lors de son dépôt et, pour les deuxième et troisième exercices, celles qui y sont inscrites aux premier et deuxième anniversaires du dépôt.
Si la municipalité se prévaut des articles 253.27 à 253.34, on utilise, pour établir le taux global de taxation pour chacun des premier et deuxième exercices financiers auxquels s’applique le rôle, l’évaluation foncière imposable établie pour le premier exercice et ajustée. Pour le troisième exercice, le taux global de taxation est établi de la même façon que si la municipalité ne se prévalait pas de ces articles.
On détermine l’évaluation ajustée visée au quatrième alinéa en utilisant, au lieu de leurs valeurs imposables inscrites au rôle, les valeurs ajustées qui s’appliqueraient à certaines unités d’évaluation imposables, aux fins de l’imposition des taxes foncières pour ce premier ou deuxième exercice, selon le cas, si dans les articles 253.28 à 253.30, 253.33 et 253.34, toute mention de l’entrée en vigueur du rôle visé signifiait la date de son dépôt.
Pour l’établissement de la valeur ajustée applicable au deuxième exercice, on ajoute à celle qui a été déterminée pour cet exercice conformément au cinquième alinéa, ou on en soustrait, l’augmentation ou la diminution nette des valeurs imposables qui est due aux modifications apportées au rôle dans les douze mois qui ont suivi le dépôt de celui-ci.
Dans le cas où est assimilé au troisième exercice d’application du rôle, en vertu de l’article 72.1, soit l’exercice unique auquel il s’applique, soit le deuxième, soit un exercice postérieur au troisième, l’obligation prévue au troisième alinéa du présent article de tenir compte des valeurs inscrites au rôle au deuxième anniversaire du dépôt de celui-ci est:
1°  dans le premier cas, inopérante;
2°  dans le deuxième cas, modifiée comme si l’anniversaire mentionné était le premier;
3°  dans le troisième cas, modifiée comme si l’anniversaire mentionné était celui qui précède le début de l’exercice supplémentaire auquel s’applique le rôle.
2000, c. 54, a. 82.
244.42. Pour l’application de l’article 244.39, l’évaluation foncière non résidentielle imposable de la municipalité est le total des valeurs imposables, inscrites au rôle d’évaluation foncière de celle-ci, des unités d’évaluation imposables appartenant au groupe prévu à l’article 244.31.
Toutefois, dans le cas d’une unité d’évaluation visée à l’article 244.51, dans celui d’une unité visée à l’article 244.52 et dans celui d’une unité faisant partie de l’une des classes 1A à 8 prévues à l’article 244.32, on considère, au lieu de sa valeur imposable, dans le premier cas, 40 % de cette valeur, dans le deuxième cas, 20 % de celle-ci et, dans le troisième cas, la partie de cette valeur correspondant au pourcentage du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels qui est applicable à l’unité en vertu de l’article 244.53 ou qui le serait si ne lui était pas applicable tout ou partie du taux particulier à la catégorie des immeubles industriels.
Les cinq derniers alinéas de l’article 244.41 s’appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires, aux fins de l’établissement de l’évaluation foncière non résidentielle imposable pour chaque exercice financier auquel s’applique le rôle.
2000, c. 54, a. 82.
C.  — Taux particulier à la catégorie des immeubles industriels
244.43. Il ne peut y avoir de taux particulier à la catégorie des immeubles industriels que s’il y en a un pour celle des immeubles non résidentiels.
Le taux particulier à la catégorie des immeubles industriels doit être égal ou supérieur à la fois au taux de base et à 80% du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels.
Le taux particulier à la catégorie des immeubles industriels ne peut excéder 120% du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels, ni le produit prévu au deuxième alinéa de l’article 244.39, ni le taux maximal spécifique à la catégorie des immeubles industriels qui est établi en vertu de l’article 244.44.
En outre, si la municipalité impose la taxe d’affaires pour le même exercice financier, le troisième alinéa de l’article 244.39 s’applique à l’égard de la combinaison des taux particuliers aux catégories des immeubles non résidentiels et des immeubles industriels et les recettes qui ne doivent pas excéder le résultat prévu à cet alinéa sont celles qui proviennent de l’application de cette combinaison.
2000, c. 54, a. 82.
244.44. Le taux maximal spécifique à la catégorie des immeubles industriels est le produit que l’on obtient en multipliant le taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels par le coefficient applicable pour l’exercice financier visé.
Lorsque la municipalité fixe un taux particulier à la catégorie des immeubles industriels pour un exercice financier, sans l’avoir fait pour le dernier exercice auquel s’est appliqué son rôle d’évaluation foncière en vigueur immédiatement avant celui qui s’applique à l’exercice pour lequel ce taux est fixé, le coefficient applicable pour cet exercice est le quotient qui résulte de la division prévue à l’article 244.45.
Lorsque la municipalité fixe un tel taux après l’avoir fait pour le dernier exercice auquel s’est appliqué ce rôle précédent, le coefficient applicable pour l’exercice pour lequel ce taux est fixé est le produit que l’on obtient en multipliant le quotient qui résulte de la division prévue à l’article 244.45 par le coefficient applicable pour cet exercice antérieur. Toutefois, le deuxième alinéa s’applique, comme si la municipalité n’avait pas fixé de taux particulier à la catégorie des immeubles industriels pour cet exercice antérieur, lorsque ce taux était égal ou inférieur au taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels.
2000, c. 54, a. 82.
244.45. Pour l’application de l’article 244.44, le quotient qui est valable pour chacun des exercices financiers auxquels s’applique un rôle d’évaluation foncière, sous réserve du cinquième alinéa dans le cas d’un exercice postérieur au premier, est celui que l’on obtient en divisant le nombre visé au deuxième alinéa par celui que vise le troisième alinéa.
Le nombre à diviser est celui que l’on obtient en soustrayant de 1 ou en y additionnant, selon le cas, le nombre décimal qui correspond au pourcentage de diminution ou d’augmentation, établi par une comparaison entre le rôle visé au premier alinéa tel qu’il existe le jour de son dépôt et le rôle précédent tel qu’il existe la veille, compte tenu le cas échéant du cinquième alinéa, du total des valeurs imposables des unités d’évaluation non résidentielles autres qu’industrielles.
On obtient le nombre diviseur en appliquant les règles prévues au deuxième alinéa à l’égard du total des valeurs imposables des unités d’évaluation industrielles.
Pour l’application des deuxième et troisième alinéas, les unités d’évaluation et les valeurs sont celles qui, si le sommaire du rôle visé reflétant l’état de celui-ci le jour de son dépôt était accompagné d’un sommaire du rôle précédent reflétant l’état de celui-ci la veille, seraient répertoriées sous les rubriques suivantes dans le formulaire prévu par le règlement pris en vertu du paragraphe 1° de l’article 263 qui est lié à un tel sommaire:
1°  dans le cas des unités non résidentielles autres qu’industrielles et de leurs valeurs imposables, l’ensemble des rubriques successives commençant par celle qui est désignée « 4 --- TRANSPORTS, COMM., SERVICES PUBLICS » et se terminant par celle qui est désignée « 7 --- CULTURELLE, RÉCRÉATIVE ET DE LOISIRS »;
2°  dans le cas des unités industrielles et de leurs valeurs imposables, l’ensemble des rubriques désignées « 2-3 --- INDUSTRIES MANUFACTURIÈRES » et « 85 -- Exploitation minière ».
Lorsque, à l’égard d’une unité d’évaluation visée au quatrième alinéa, une modification est apportée au rôle visé au premier alinéa ou au rôle précédent et a pour objet d’inscrire la valeur imposable de l’unité qui aurait dû être inscrite, selon le cas, dès le dépôt du rôle visé ou au plus tard la veille, le quotient établi auparavant est remplacé, aux fins de l’établissement du taux maximal spécifique à la catégorie des immeubles industriels pour tout exercice financier, autre que le premier, auquel s’applique le rôle visé, si la modification est effectuée avant le 1er septembre qui précède le début de l’exercice. Aux fins de ce remplacement, on ajoute aux valeurs imposables prises en considération en vertu du quatrième alinéa ou on en soustrait, selon le cas, l’augmentation ou la diminution nette des valeurs imposables des unités qui découle de l’ensemble des modifications visées au présent alinéa et effectuées avant le 1er septembre qui précède le début de l’exercice touché par le remplacement.
L’évaluateur qui a effectué le dépôt de rôle visé au deuxième alinéa fournit à la municipalité, sur demande, les pourcentages établis conformément aux deuxième et troisième alinéas.
Si la municipalité se prévaut du pouvoir prévu à l’article 253.27 à l’égard du rôle visé au premier alinéa, on utilise, au lieu des pourcentages établis conformément aux deuxième et troisième alinéas:
1°  lorsque le rôle s’applique à trois exercices financiers, le tiers et les deux tiers de ces pourcentages, respectivement, pour les premier et deuxième exercices;
2°  lorsque le rôle s’applique à deux exercices financiers, la moitié de ces pourcentages pour le premier exercice.
2000, c. 54, a. 82.
D.  — Taux particulier à la catégorie des immeubles de six logements ou plus
244.46. Le taux particulier à la catégorie des immeubles de six logements ou plus doit être égal ou supérieur au taux de base.
Il ne peut excéder 120% de ce dernier ni le taux maximal spécifique à cette catégorie.
2000, c. 54, a. 82.
244.47. Le taux maximal spécifique à la catégorie des immeubles de six logements ou plus est le produit que l’on obtient en multipliant le taux de base par le coefficient applicable pour l’exercice financier visé.
Lorsque la municipalité fixe un taux particulier à cette catégorie pour un exercice financier, sans l’avoir fait pour le dernier exercice auquel s’est appliqué son rôle d’évaluation foncière en vigueur immédiatement avant celui qui s’applique à l’exercice pour lequel ce taux est fixé, le coefficient applicable pour cet exercice est le quotient qui résulte de la division prévue à l’article 244.48.
Lorsque la municipalité fixe un tel taux après l’avoir fait pour le dernier exercice auquel s’est appliqué ce rôle précédent, le coefficient applicable pour l’exercice pour lequel ce taux est fixé est le produit que l’on obtient en multipliant le quotient qui résulte de la division prévue à l’article 244.48 par le coefficient applicable pour cet exercice antérieur.
2000, c. 54, a. 82.
244.48. Pour l’application de l’article 244.47, le quotient qui est valable pour chacun des exercices financiers auxquels s’applique un rôle d’évaluation foncière est celui que l’on obtient en divisant le nombre visé au deuxième alinéa par celui que vise le troisième alinéa.
Le nombre à diviser est celui que l’on obtient en soustrayant de 1 ou en y additionnant, selon le cas, le nombre décimal qui correspond au pourcentage de diminution ou d’augmentation, établi par une comparaison entre le rôle visé au premier alinéa tel qu’il existe le jour de son dépôt et le rôle précédent tel qu’il existe la veille, du total des valeurs imposables des unités d’évaluation résidentielles, abstraction faite de celles dans lesquelles il y a six logements ou plus.
On obtient le nombre diviseur en appliquant les règles prévues au deuxième alinéa à l’égard du total des valeurs imposables des unités d’évaluation résidentielles dans lesquelles il y a six logements ou plus.
Pour l’application des deuxième et troisième alinéas, les unités d’évaluation et les valeurs sont celles qui, si le sommaire du rôle visé reflétant l’état de celui-ci le jour de son dépôt était accompagné d’un sommaire du rôle précédent reflétant l’état de celui-ci la veille, seraient répertoriées sous les rubriques suivantes dans le formulaire prévu par le règlement pris en vertu du paragraphe 1° de l’article 263 qui est lié à un tel sommaire:
1°  dans le cas de l’ensemble des unités résidentielles et de leurs valeurs imposables, la rubrique désignée « 1 --- RÉSIDENTIELLE »;
2°  dans le cas des unités dans lesquelles il y a six logements ou plus et de leurs valeurs imposables, l’ensemble des rubriques successives commençant par celle qui est désignée « 10 -- Logements/Nombre: 6 à 9 » et se terminant par celle qui est désignée « 10 -- Logements/Nombre: 200 et plus».
L’évaluateur qui a effectué le dépôt de rôle visé au deuxième alinéa fournit à la municipalité, sur demande, les pourcentages établis conformément aux deuxième et troisième alinéas.
Si la municipalité se prévaut du pouvoir prévu à l’article 253.27 à l’égard du rôle visé au premier alinéa, on utilise, au lieu des pourcentages établis conformément aux deuxième et troisième alinéas:
1°  lorsque le rôle s’applique à trois exercices financiers, le tiers et les deux tiers de ces pourcentages, respectivement, pour les premier et deuxième exercices;
2°  lorsque le rôle s’applique à deux exercices financiers, la moitié de ces pourcentages pour le premier exercice.
2000, c. 54, a. 82.
E.  — Taux particulier à la catégorie des terrains vagues desservis
244.49. Le taux particulier à la catégorie des terrains vagues desservis doit être égal ou supérieur au taux de base.
Il ne peut excéder le double de ce dernier.
2000, c. 54, a. 82.
§ 4.  — Règles relatives à l’application des taux
2000, c. 54, a. 82.
244.50. Le taux fixé pour un exercice financier à l’égard d’une catégorie s’applique, sous réserve des autres dispositions de la présente sous-section, aux fins de l’établissement du montant de la taxe foncière générale imposée pour cet exercice sur une unité d’évaluation appartenant à cette catégorie.
2000, c. 54, a. 82.
244.51. Dans le cas d’une unité d’évaluation comprenant l’assiette d’une voie ferrée située dans une cour qui appartient à une entreprise de chemin de fer et qui, le 16 juin 1994, était, soit une cour de la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (C.N.) ou du Canadien Pacifique Limitée (C.P. Rail), soit une cour de la Compagnie VIA Rail Canada inc. située sur le territoire de la Ville de Montréal, on établit le montant de la taxe, lorsqu’un taux a été fixé à l’égard de la catégorie des immeubles non résidentiels, en appliquant 40 % de celui-ci et 60 % du taux de base.
Malgré l’article 2, le premier alinéa vise l’unité entière même si elle comprend un autre immeuble que l’assiette.
2000, c. 54, a. 82.
244.52. Dans le cas d’une unité d’évaluation où sont exercées, conformément à un permis délivré en vertu de la Loi sur les services de santé et les services sociaux (chapitre S‐4.2), des activités propres à la mission d’un centre d’hébergement et de soins de longue durée au sens de cette loi, on établit le montant de la taxe, lorsqu’un taux a été fixé à l’égard de la catégorie des immeubles non résidentiels, en appliquant 20 % de celui-ci et 80 % du taux de base.
Lorsque, en vertu de l’article 2, le premier alinéa est réputé ne viser qu’une partie de l’unité d’évaluation, le troisième alinéa de l’article 61, les articles 244.32 et 244.53 et, dans la mesure où ils renvoient aux classes prévues à ces derniers, les articles 244.42 et 244.54 à 244.56, ainsi que le deuxième alinéa de l’article 261.5, ne s’appliquent pas à l’égard de l’unité.
2000, c. 54, a. 82.
244.53. Dans le cas d’une unité d’évaluation qui fait partie de l’une des classes 1A à 8 prévues à l’article 244.32, on établit le montant de la taxe, lorsqu’un taux a été fixé à l’égard de la catégorie des immeubles non résidentiels, en appliquant l’une des combinaisons suivantes, selon la classe dont fait partie l’unité:
1°  classe 1A: 0,1 % du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels et 99,9 % du taux de base;
2°  classe 1B: 0,5 % du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels et 99,5 % du taux de base;
3°  classe 1C: 1 % du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels et 99 % du taux de base;
4°  classe 2: 3 % du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels et 97 % du taux de base;
5°  classe 3: 6 % du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels et 94 % du taux de base;
6°  classe 4: 12 % du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels et 88 % du taux de base;
7°  classe 5: 22 % du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels et 78 % du taux de base;
8°  classe 6: 40 % du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels et 60 % du taux de base;
9°  classe 7: 60 % du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels et 40 % du taux de base;
10°  classe 8: 85 % du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels et 15 % du taux de base.
Dans la circonstance mentionnée au premier alinéa, on établit le montant de la taxe, dans le cas d’une unité d’évaluation qui fait partie de l’une des classes 9 et 10 prévues à l’article 244.32, en appliquant uniquement 100 % du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels.
Si un taux a également été fixé à l’égard de la catégorie des immeubles de six logements ou plus et si l’unité d’évaluation visée au premier alinéa appartient aussi à cette catégorie, la mention du taux de base dans cet alinéa est réputée être remplacée par celle du taux particulier à cette catégorie.
Les trois premiers alinéas s’appliquent sous réserve des articles 244.54 à 244.56 si un taux a également été fixé à l’égard de la catégorie des immeubles industriels. Le deuxième alinéa s’applique sous réserve de l’article 244.57 si un taux a également été fixé à l’égard de la catégorie des terrains vagues desservis.
2000, c. 54, a. 82.
244.54. Aux fins des règles relatives à l’application des taux lorsque l’un de ceux-ci a été fixé à l’égard de la catégorie des immeubles industriels, chaque unité d’évaluation appartenant à cette catégorie et visée au paragraphe 2° du premier alinéa de l’article 244.34 fait partie de l’une ou l’autre des classes suivantes, selon le pourcentage que représente, par rapport à la superficie non résidentielle totale de l’unité, celle du local industriel compris dans l’unité ou de l’ensemble de tels locaux:
1°  classe 1I: moins de 25%;
2°  classe 2I: 25% ou plus et moins de 75%;
3°  classe 3I: 75% ou plus.
Pour l’application du premier alinéa, on entend par:
1°  « local industriel »: un local au sens de l’article 244.34 qui est principalement destiné ou utilisé à des fins de production industrielle;
2°  « superficie non résidentielle »: la superficie de tout immeuble non résidentiel au sens de l’article 244.32.
2000, c. 54, a. 82.
244.55. Dans le cas d’une unité d’évaluation qui fait partie de la classe 2I prévue à l’article 244.54, on établit le montant de la taxe, lorsqu’un taux a été fixé à l’égard de la catégorie des immeubles industriels, en appliquant 50 % de ce taux et 50 % de celui qui a été fixé à l’égard de la catégorie des immeubles non résidentiels.
Dans le cas d’une unité d’évaluation qui fait partie d’une autre classe prévue à l’article 244.54, on établit le montant de la taxe, lorsqu’un taux a été fixé à l’égard de la catégorie des immeubles industriels, en appliquant uniquement le taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels, s’il s’agit de la classe 1I, ou à la catégorie des immeubles industriels, s’il s’agit de la classe 3I.
Les deux premiers alinéas s’appliquent sous réserve de l’article 244.56.
2000, c. 54, a. 82.
244.56. Lorsqu’un taux a été fixé à l’égard de la catégorie des immeubles industriels, on établit le montant de la taxe, dans le cas d’une unité d’évaluation appartenant à cette catégorie qui fait partie de l’une des classes prévues à l’article 244.32, en appliquant la règle prévue au deuxième alinéa et en multipliant par le pourcentage du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels prévu à l’article 244.53 à l’égard de cette classe:
1°  le taux particulier à la catégorie des immeubles industriels, si l’unité est visée au paragraphe 1° du premier alinéa de l’article 244.34 ou fait partie de la classe 3I prévue à l’article 244.54;
2°  le taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels, si l’unité fait partie de la classe 1I prévue à l’article 244.54;
3°  la moitié de chacun des taux visés aux paragraphes 1° et 2°, si l’unité fait partie de la classe 2I prévue à l’article 244.54.
Outre la multiplication prévue au premier alinéa, on établit le montant de la taxe en appliquant le pourcentage du taux de base ou, selon le cas, du taux particulier à la catégorie des immeubles de six logements ou plus qui est prévu à l’article 244.53 à l’égard de la classe dont fait partie l’unité d’évaluation.
2000, c. 54, a. 82.
244.57. Dans le cas d’une unité d’évaluation appartenant à la fois à la catégorie des immeubles non résidentiels et à celle des terrains vagues desservis, lorsqu’un taux a été établi à l’égard de chacune, on établit le montant de la taxe en appliquant, outre le taux particulier à la première catégorie, celui que l’on obtient en soustrayant le taux de base du taux particulier à la seconde catégorie.
2000, c. 54, a. 82.
244.58. Dans toute disposition législative ou réglementaire, sauf dans la présente section, la mention du taux de la taxe foncière générale signifie, à moins que le contexte n’indique le contraire, le taux, la partie de taux ou la combinaison de telles parties qui, suivant les règles prévues à la présente sous-section, s’applique pour établir le montant de la taxe imposée sur l’unité d’évaluation visée.
Le premier alinéa s’applique sous réserve de l’article 253.59.
2000, c. 54, a. 82.
§ 5.  — Dégrèvement pour tenir compte de certaines vacances
2000, c. 54, a. 82.
244.59. La municipalité peut, par règlement, prévoir que, lorsqu’elle a fixé un taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels, le débiteur de la taxe imposée sur une unité d’évaluation appartenant au groupe prévu à l’article 244.31 a droit, à certaines conditions, à un dégrèvement tenant compte du fait que l’unité ou un local non résidentiel de celle-ci est vacant.
Le montant du dégrèvement ne peut excéder la différence que l’on obtient en soustrayant, du montant de la taxe qui est payable suivant les règles prévues à la sous-section 4, celui qui serait payable si on appliquait le taux de base.
Le dégrèvement ne peut être accordé au débiteur que si le pourcentage moyen d’inoccupation de l’unité pour la période de référence excède 20%.
2000, c. 54, a. 82.
244.60. Le règlement doit:
1°  définir ce qu’est un local non résidentiel, la vacance d’une unité d’évaluation ou d’un local, le pourcentage moyen d’inoccupation d’une unité et la période de référence;
2°  prévoir les règles de calcul du dégrèvement;
3°  prévoir les modalités selon lesquelles le dégrèvement est accordé, ainsi que les règles qui s’appliquent lorsqu’un débiteur acquiert ou perd le droit au dégrèvement en cours d’exercice financier ou que le montant du dégrèvement varie.
Les règles de calcul doivent tenir compte, notamment:
1°  du taux, de la partie de taux ou de la combinaison de telles parties qui, suivant les règles prévues à la sous-section 4, s’applique pour établir le montant de la taxe imposée sur l’unité d’évaluation visée;
2°  de la base d’imposition de la taxe;
3°  de la partie de l’exercice financier au cours de laquelle la vacance existe.
2000, c. 54, a. 82.
244.61. Le règlement peut:
1°  prévoir qu’une unité d’évaluation ou un local non résidentiel n’est pris en considération aux fins du dégrèvement que s’il est vacant pendant un nombre de jours qu’il fixe, préciser si les jours considérés dans le calcul de ce nombre doivent être consécutifs et, dans un tel cas, s’ils doivent être compris dans un seul exercice financier ou peuvent être compris dans deux exercices et préciser si, une fois le nombre atteint, l’unité ou le local est pris en considération aux fins du dégrèvement à compter du jour où le nombre est atteint ou depuis le premier des jours, consécutifs ou non, selon le cas, compris dans l’exercice pour lequel le dégrèvement est accordé;
2°  prévoir les règles, y compris des mesures de contrôle, permettant d’établir si la vacance existe ou non et si le pourcentage moyen d’inoccupation est atteint ou non;
3°  prévoir qu’un intérêt s’ajoute au montant d’un supplément ou d’un trop-perçu de taxe qui doit, dans les circonstances mentionnées au paragraphe 3° du premier alinéa de l’article 244.60, être payé ou remboursé.
2000, c. 54, a. 82.
244.62. Pendant que le règlement est en vigueur, lorsqu’une unité d’évaluation ou un local de celle-ci commence à être occupé, cesse de l’être ou change d’occupant, le débiteur de la taxe doit, dans les 30 jours ou dans tout autre délai convenu avec le greffier de la municipalité, en donner un avis écrit à celle-ci ou l’en informer de toute autre façon convenue avec le greffier.
Commet une infraction et est passible d’une amende de 500 $ la personne qui, sachant que l’unité d’évaluation pour laquelle elle est débitrice de la taxe ou un local de cette unité a commencé à être occupé, a cessé de l’être ou a changé d’occupant, n’en informe pas la municipalité de la façon et dans le délai applicables conformément au premier alinéa ou, si elle a appris l’événement trop tard pour respecter le délai, le plus tôt possible après qu’elle l’a appris.
Toute personne déclarée coupable de l’infraction prévue au deuxième alinéa perd, pour un an à compter du jour où le jugement est passé en force de chose jugée, le droit d’obtenir un dégrèvement prévu par le règlement.
Le greffier de la municipalité transmet à l’organisme municipal responsable de l’évaluation une copie vidimée de tout avis donné conformément au premier alinéa.
2000, c. 54, a. 82.
244.63. La municipalité doit informer le débiteur qui reçoit un dégrèvement des règles de calcul applicables et lui communiquer les données relatives à son unité d’évaluation qui ont été utilisées.
2000, c. 54, a. 82.
244.64. Pour l’application des articles 244.59 à 244.63 et du règlement qui y est prévu, dans le cas d’une unité d’évaluation non imposable à l’égard de laquelle doit être versée une somme tenant lieu de la taxe, soit par le gouvernement conformément au deuxième alinéa de l’article 210 ou au premier alinéa des articles 254 et 255, soit par la Couronne du chef du Canada ou l’un de ses mandataires, le mot «taxe» signifie la somme qui en tient lieu.
2000, c. 54, a. 82.
SECTION IV
PAIEMENT ET REMBOURSEMENT DES TAXES
245. Lorsqu’une modification au rôle d’évaluation foncière ajoute, supprime ou modifie une unité d’évaluation, lorsqu’elle ajoute ou supprime une mention indiquant l’assujettissement d’une unité d’évaluation à une taxe foncière municipale ou scolaire imposée pour l’exercice financier municipal ou scolaire pendant lequel prend effet la modification ou lorsqu’elle ajoute, supprime ou modifie une inscription servant de base d’imposition d’une telle taxe ou servant autrement au calcul du montant de celle-ci, la personne au nom de laquelle est inscrite l’unité d’évaluation doit payer un supplément à la municipalité ou à la commission scolaire ou, selon le cas, celle-ci doit verser le trop-perçu à cette personne ou, si la modification consiste dans la suppression de l’unité, à la personne au nom de laquelle l’unité était inscrite immédiatement avant que la modification ne soit effectuée. Sauf dans ce dernier cas, l’inscription au rôle, aux fins de déterminer le débiteur du supplément ou le créancier du trop-perçu, est considérée, selon le cas, à la date où est expédiée la demande de paiement du supplément ou à celle où est effectué le remboursement.
On établit le montant du supplément ou du trop-perçu en calculant le montant de taxe payable en fonction du rôle modifié, proportionnellement à la partie de l’exercice financier municipal ou scolaire non encore écoulée au moment de la prise d’effet de la modification, et en le comparant au montant de taxe déjà payé pour cet exercice. On tient compte également, le cas échéant, de l’application des articles 244.15 à 244.18, de la section IV.3, de la section IV.4 ou de la section IV.5.
Les deux premiers alinéas s’appliquent, compte tenu des adaptations nécessaires, dans le cas d’une modification au rôle de la valeur locative, à l’égard de la taxe d’affaires. Ils s’appliquent également, compte tenu des adaptations nécessaires, dans le cas d’une modification visant une inscription au rôle d’évaluation foncière, à l’égard de toute taxe non foncière ou compensation municipale dont le prélèvement ou le calcul du montant dépend de cette inscription. Dans le cas d’une taxe ou d’une compensation visée au présent alinéa, toutefois, le débiteur du supplément ou le créancier du trop-perçu est la personne qui était le débiteur de la taxe ou de la compensation payable pour la période pour laquelle le montant payé se révèle, à la suite de la modification, avoir été, selon le cas, insuffisant ou excédentaire.
Les deux premiers alinéas ne s’appliquent pas, à l’égard d’une taxe ou d’une compensation municipale, dans le cas d’une modification non rétroactive prenant effet le 1er janvier. Ils ne s’appliquent pas non plus, à l’égard de la taxe scolaire imposée pour un exercice financier scolaire, dans le cas d’une modification au rôle d’évaluation foncière entrant en vigueur pendant cet exercice.
1979, c. 72, a. 245; 1980, c. 34, a. 41; 1991, c. 32, a. 129; 1995, c. 7, a. 4; 1999, c. 31, a. 8.
245.1. (Remplacé).
1986, c. 34, a. 20; 1991, c. 32, a. 129.
246. Un supplément de taxes municipales découlant d’une modification au rôle effectuée en application de l’article 174 ou 174.2 doit être payé dans les délais prescrits par l’article 252 ou en vertu de celui-ci. Un supplément de taxes scolaires découlant d’une telle modification doit être payé dans le délai applicable à ces taxes en vertu de la Loi sur l’instruction publique (chapitre I‐13.3) ou, si celles-ci sont perçues par une municipalité locale ou un organisme municipal responsable de l’évaluation, dans le délai prescrit pour un versement unique par l’article 252 ou en vertu de celui-ci.
Ces suppléments portent intérêt au même taux que la taxe à compter de l’expiration du délai applicable.
Le présent article s’applique également à un supplément dû en vertu de l’article 240.
1979, c. 72, a. 246; 1989, c. 68, a. 1; 1991, c. 32, a. 130.
247. Le montant d’un remboursement de taxes municipales ou scolaires dû par suite d’une circonstance visée à l’article 246, y compris l’intérêt calculé conformément au deuxième alinéa, doit être payé dans les 30 jours de la modification du rôle.
Le montant du remboursement porte intérêt, pour la période où l’excédent de taxes a été perçu, au taux qui pouvait pendant cette période être exigé sur les arriérés de taxes.
Le présent article s’applique également, compte tenu des adaptations nécessaires, à un remboursement dû en vertu de l’article 240 ou 241.
1979, c. 72, a. 247.
248. Un supplément de taxes municipales découlant d’une modification au rôle effectuée en application de l’article 182, y compris l’intérêt calculé conformément au deuxième alinéa, doit être payé dans les délais prescrits par l’article 252 ou en vertu de celui-ci. Un supplément de taxes scolaires découlant d’une telle modification, y compris l’intérêt qu’il porte, doit être payé dans le délai applicable à ces taxes en vertu de la Loi sur l’instruction publique (chapitre I‐13.3) ou, si celles-ci sont perçues par une municipalité locale ou un organisme municipal responsable de l’évaluation, dans le délai prescrit pour un versement unique par l’article 252 ou en vertu de celui-ci.
Ces suppléments portent intérêt au même taux que la taxe à compter de la date où celle-ci est devenue exigible. Toutefois, si la modification fait suite à un recours devant le Tribunal, le supplément ne porte pas intérêt pour la période que le Tribunal indique dans sa décision, le cas échéant, comme période pendant laquelle l’audition du recours a subi un retard indû dont le débiteur du supplément, ou la partie au litige dont il est l’ayant cause, n’est pas responsable.
1979, c. 72, a. 248; 1989, c. 68, a. 2; 1991, c. 32, a. 131; 1996, c. 67, a. 51; 1997, c. 43, a. 289.
249. Le montant d’un remboursement de taxes municipales ou scolaires dû par suite d’une circonstance visée à l’article 248, y compris l’intérêt calculé conformément au deuxième alinéa, doit être payé dans les 30 jours de la modification du rôle.
Le montant du remboursement porte intérêt au même taux que la taxe à compter de la date où celle-ci est devenue exigible. Toutefois, si la modification du rôle donnant lieu au remboursement fait suite à un recours devant le Tribunal, le montant du remboursement ne porte pas intérêt pour la période que le Tribunal indique dans sa décision, le cas échéant, comme période pendant laquelle l’audition du recours a subi un retard indu dont le débiteur du montant de remboursement, ou la partie au litige dont il est l’ayant cause, n’est pas responsable.
L’entente conclue en vertu de l’article 138.4 ou la décision ou le jugement passé en force de chose jugée dont découle la modification du rôle qui est effectuée en application de l’article 182 et qui donne lieu au remboursement est assimilé à un jugement ordonnant à la municipalité de payer une somme.
1979, c. 72, a. 249; 1991, c. 32, a. 132; 1994, c. 30, a. 74; 1996, c. 67, a. 52; 1997, c. 43, a. 290.
250. Un montant dû en vertu de l’article 213 doit être payé dans les délais suivants:
1°  s’il est dû à une municipalité locale, il doit être payé dans les délais prescrits par l’article 252 ou en vertu de celui-ci;
2°  s’il est dû à une commission scolaire, il doit être payé dans le délai applicable aux taxes scolaires en vertu de la Loi sur l’instruction publique (chapitre I‐13.3) ou, lorsque celles-ci sont perçues par une municipalité locale ou un organisme municipal responsable de l’évaluation, dans le délai prescrit pour un versement unique par l’article 252 ou en vertu de celui-ci;
3°  (paragraphe abrogé).
Une somme impayée après l’expiration du délai applicable en vertu du premier alinéa porte intérêt au même taux que les taxes municipales ou scolaires, selon le cas.
1979, c. 72, a. 250; 1989, c. 68, a. 3; 1991, c. 29, a. 21; 1991, c. 32, a. 133.
250.1. La municipalité locale peut décréter qu’une pénalité est ajoutée au montant des taxes municipales exigibles.
La pénalité ne peut excéder 0,5% du principal impayé par mois complet de retard, jusqu’à concurrence de 5% par année. Pour l’application du présent alinéa, le retard commence, selon la dernière échéance, le jour où la taxe devient exigible ou celui où la pénalité est décrétée.
1988, c. 76, a. 69; 1989, c. 68, a. 4; 1991, c. 32, a. 134.
251. Le droit de recouvrer un montant visé à la présente section se prescrit par trois ans à compter de l’exigibilité de ce montant.
1979, c. 72, a. 251.
252. Les taxes foncières municipales doivent être payées en un versement unique. Toutefois, lorsque dans un compte leur total est égal ou supérieur au montant fixé par le règlement pris en vertu du paragraphe 4° de l’article 263, elles peuvent être payées, au choix du débiteur, en un versement unique ou en deux versements égaux. Le conseil de la municipalité locale ou de l’organisme municipal responsable de l’évaluation qui fait la perception de ces taxes peut, par règlement, augmenter jusqu’à concurrence de six le nombre de versements égaux que peut faire le débiteur.
La date ultime où peut être fait le versement unique ou le premier versement des taxes foncières municipales est le trentième jour qui suit l’expédition du compte; si ces taxes peuvent être payées, soit en deux ou trois versements, soit en quatre, soit en cinq, soit en six, la date ultime où peut être fait tout versement postérieur au premier est, respectivement, soit le quatre-vingt-dixième jour qui suit le dernier jour où peut être fait le versement précédent, soit le soixantième, soit le quarante-cinquième, soit le trentième. Toutefois, le conseil de la municipalité locale ou de l’organisme municipal responsable de l’évaluation qui fait la perception de ces taxes peut, par règlement, allonger le délai de paiement en fixant une autre date ultime où peut être fait le versement unique ou chacun des versements égaux; il peut, par règlement, déléguer ce pouvoir au comité exécutif ou administratif ou à un fonctionnaire.
Lorsqu’un versement n’est pas fait dans le délai prévu, le solde devient immédiatement exigible. Toutefois, le conseil de la municipalité locale peut, par règlement, prévoir que seul le montant du versement échu est alors exigible.
Le conseil de la municipalité locale ou de l’organisme municipal responsable de l’évaluation qui fait la perception des taxes foncières municipales peut, par règlement, décréter que les règles prescrites par le présent article ou en vertu de celui-ci s’appliquent aussi à d’autres taxes ou compensations municipales que la municipalité ou l’organisme perçoit.
Seules les règles relatives au versement unique s’appliquent à une taxe imposée à la suite d’un budget supplémentaire.
Le présent article s’applique malgré toute disposition inconciliable d’une loi générale ou spéciale.
1979, c. 72, a. 252; 1980, c. 34, a. 42; 1982, c. 63, a. 217; 1984, c. 38, a. 155; 1989, c. 68, a. 5; 1991, c. 32, a. 135.
252.1. Malgré toute disposition inconciliable d’une loi générale ou spéciale, la personne de qui est exigé le paiement d’une taxe imposée en fonction d’une inscription au rôle d’évaluation foncière ou au rôle de la valeur locative, ou le paiement d’un montant visé à la présente section qui découle d’une telle taxe, ne peut refuser de payer en raison de l’existence d’une demande de révision, d’un recours devant le Tribunal ou d’un recours en cassation ou en nullité à l’égard de l’inscription ou du rôle.
1989, c. 68, a. 5; 1996, c. 67, a. 53; 1997, c. 43, a. 291.
253. Toute demande de paiement d’un supplément de taxes municipales ou scolaires doit être expédiée au plus tard le 31 décembre de l’exercice financier municipal qui suit celui au cours duquel est effectuée la modification du rôle donnant lieu au supplément.
1979, c. 72, a. 253; 1994, c. 30, a. 75.
SECTION IV.1
Abrogée, 1991, c. 32, a. 136.
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.1. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.2. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.3. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1988, c. 76, a. 70; 1991, c. 32, a. 136.
253.4. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1988, c. 76, a. 71; 1991, c. 32, a. 136.
253.5. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1988, c. 76, a. 72; 1991, c. 32, a. 136.
253.6. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1988, c. 76, a. 73; 1991, c. 32, a. 136.
253.7. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.8. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.9. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1988, c. 76, a. 74; 1991, c. 29, a. 22; 1991, c. 32, a. 136.
253.10. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1988, c. 76, a. 75; 1991, c. 32, a. 136.
253.11. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1988, c. 76, a. 76; 1991, c. 32, a. 136.
SECTION IV.2
Abrogée, 1991, c. 32, a. 136.
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.12. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.13. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.14. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.15. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.16. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.17. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.18. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.19. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.20. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.21. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.22. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.23. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1989, c. 68, a. 6; 1991, c. 32, a. 136.
253.24. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.25. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1991, c. 32, a. 136.
253.26. (Abrogé).
1987, c. 69, a. 5; 1988, c. 76, a. 77; 1991, c. 32, a. 136.
SECTION IV.3
ÉTALEMENT DE LA VARIATION DES VALEURS IMPOSABLES DÉCOULANT DE L’ENTRÉE EN VIGUEUR DU RÔLE
1988, c. 76, a. 78; 1991, c. 32, a. 137.
253.27. Toute municipalité locale peut prévoir l’étalement, conformément à la présente section, de la variation des valeurs imposables découlant de l’entrée en vigueur de son rôle.
La résolution doit être adoptée après le dépôt du rôle et avant l’adoption du budget du premier exercice auquel il s’applique. La résolution précise si elle vise seulement le rôle d’évaluation foncière, seulement le rôle de la valeur locative ou les deux; elle s’applique aux taxes basées sur les valeurs imposables inscrites à tout rôle qu’elle vise.
Elle a effet aux fins des exercices financiers auxquels s’applique le rôle qu’elle vise. Elle ne peut être abrogée après l’adoption du budget du premier de ces exercices.
1988, c. 76, a. 78; 1991, c. 32, a. 138; 1998, c. 43, a. 8.
253.28. Est admissible à l’étalement toute unité d’évaluation ou tout établissement d’entreprise dont la valeur imposable inscrite au rôle visé, lors de son entrée en vigueur, est différente de sa valeur imposable inscrite la veille au rôle précédent.
Pour l’application du premier alinéa, on ne tient pas compte de la valeur soustraite ou ajoutée par une modification faite au rôle visé en vertu de l’un des paragraphes 6° à 8°, 12°, 18° et 19° de l’article 174 ou du paragraphe 6° de l’article 174.2, à moins qu’une modification correspondante ne soit faite au rôle précédent.
Lorsqu’une unité ou un établissement inscrit au rôle visé résulte du regroupement de plusieurs unités ou établissements entiers inscrits au rôle précédent, la somme des valeurs imposables de ceux-ci est assimilée à la valeur imposable inscrite au rôle précédent de l’unité ou de l’établissement résultant du regroupement.
1988, c. 76, a. 78; 1991, c. 32, a. 139; 1994, c. 30, a. 76; 1999, c. 40, a. 133.
253.29. N’est pas admissible à l’étalement l’unité d’évaluation ou l’établissement d’entreprise inscrit au rôle visé, lors de son entrée en vigueur, qui résulte de la division d’une unité ou d’un établissement inscrit la veille au rôle précédent.
1988, c. 76, a. 78; 1991, c. 32, a. 140; 1999, c. 40, a. 133.
253.30. L’étalement de la variation de la valeur imposable de l’unité d’évaluation ou de l’établissement d’entreprise admissible consiste dans l’utilisation, aux fins du calcul des taxes imposées pour les deux premiers exercices financiers auxquels s’applique le rôle visé, d’une valeur ajustée au lieu de la valeur imposable inscrite au rôle.
La valeur ajustée est égale, dans le cas d’une hausse, à la somme des valeurs mentionnées aux paragraphes 1° et 2° et, dans le cas d’une baisse, à la différence obtenue lorsqu’on soustrait la valeur mentionnée au paragraphe 2° de celle mentionnée au paragraphe 1°:
1°  la valeur imposable de l’unité ou de l’établissement inscrit au rôle précédent, la veille de l’entrée en vigueur du rôle visé, selon l’article 253.28;
2°  la valeur égale au tiers ou aux deux tiers, selon qu’il s’agit de calculer la valeur ajustée pour le premier ou le deuxième exercice, de la variation de valeur calculée conformément à l’article 253.28.
Lorsque le rôle visé n’est fait que pour deux exercices financiers dans le cas prévu au deuxième alinéa de l’article 72, la valeur ajustée n’est utilisée qu’aux fins du calcul des taxes imposées pour le premier et la proportion de la variation de valeur visée au paragraphe 2° du deuxième alinéa est la moitié plutôt que le tiers ou les deux tiers.
1988, c. 76, a. 78; 1991, c. 32, a. 141; 1999, c. 40, a. 133.
253.31. Lorsqu’une modification au rôle visé ou au rôle précédent est apportée après la date où il est considéré en application de l’article 253.28 et qu’elle prend effet à cette date ou avant celle-ci, les articles 253.28 à 253.30 s’appliquent à nouveau comme si la modification avait été apportée à la date où elle prend effet. Toutefois, une modification qui est apportée au rôle visé, en vertu de l’un des paragraphes 6° à 8°, 12°, 18° et 19° de l’article 174 ou du paragraphe 6° de l’article 174.2, et qui a un effet rétroactif à la date d’entrée en vigueur du rôle est réputée une modification visée au deuxième alinéa du présent article, si aucune modification correspondante n’est apportée au rôle précédent.
Lorsqu’une modification au rôle visé est apportée après son entrée en vigueur et qu’elle prend effet après celle-ci, la valeur ajustée établie avant la modification conformément à l’article 253.30 ou, selon le cas, au présent article est remplacée:
1°  par une nouvelle valeur ajustée de l’exercice visé, qui représente la somme de la valeur ajustée de cet exercice établie avant la modification et du gain de valeur imposable apporté par cette modification;
2°  par une nouvelle valeur ajustée de l’exercice visé, qui représente le produit que l’on obtient en multipliant la valeur ajustée de cet exercice établie avant la modification par la différence entre 100% et le pourcentage de perte de valeur imposable apporté par la modification.
Lorsque la modification visée au deuxième alinéa prend effet au cours du premier exercice, le remplacement de la valeur ajustée de celui-ci prend effet en même temps que la modification et le remplacement de celle du deuxième exercice prend effet au début de ce dernier. Lorsque cette modification prend effet au cours du deuxième exercice, le remplacement de la valeur ajustée de celui-ci prend effet en même temps que la modification.
L’étalement de la variation de la valeur imposable d’une unité d’évaluation ou d’un établissement d’entreprise cesse lors de la prise d’effet d’une modification visée au deuxième alinéa dont l’objet est de supprimer l’unité ou l’établissement, de le diviser, de le regrouper avec un autre ou d’y ajouter une partie d’un autre. Toutefois, l’étalement ne cesse pas à l’égard de l’unité d’évaluation ou de l’établissement d’entreprise auquel une partie d’un autre a été ajoutée, ni à l’égard de celui qui a été amputé de cette partie, si la valeur de cette partie n’excède pas 10% de la valeur de l’unité ou de l’établissement auquel elle est ajoutée ou dont elle est soustraite, selon le cas, telles que ces valeurs étaient inscrites au rôle concerné immédiatement avant la prise d’effet de la modification.
Dans le cas où la modification au rôle de la valeur locative qui est visée au deuxième alinéa constitue un changement d’occupant de l’établissement d’entreprise, l’étalement de la variation de la valeur imposable de cet établissement cesse lorsque prend effet la modification.
1988, c. 76, a. 78; 1991, c. 32, a. 142; 1994, c. 30, a. 77; 1999, c. 31, a. 9; 1999, c. 40, a. 133.
Lorsqu’il s’applique à une municipalité dont le rôle a une période d’application prolongée en vertu de l’article 139 de la Loi modifiant de nouveau diverses dispositions législatives concernant le domaine municipal (2006, chapitre 60), le présent article est adapté conformément à l’article 7 de l’annexe de cette loi.
253.32. (Abrogé).
1988, c. 76, a. 78; 1991, c. 32, a. 143.
253.33. Les articles 253.27 à 253.31 s’appliquent à toute unité d’évaluation dont la valeur imposable est établie conformément à l’un des articles 211, 231.1, 231.2 et 231.4 de la présente loi et 33 de la Loi sur les biens culturels (chapitre B‐4).
Toutefois, ils ne s’appliquent pas à une unité dont la valeur imposable augmente ou diminue, lors de l’entrée en vigueur du rôle visé, parce qu’une disposition énumérée au premier alinéa cesse de s’y appliquer ou commence à le faire.
1988, c. 76, a. 78; 1991, c. 29, a. 23; 1991, c. 32, a. 144.
253.34. Les articles 253.27 à 253.31 s’appliquent à toute unité d’évaluation ou à tout établissement d’entreprise non imposable à l’égard duquel doit être payée une somme prévue à l’article 205, au premier alinéa de l’article 208 ou à l’un des articles 210 et 254.
Pour l’application des articles 253.27 à 253.31 à cette unité ou à cet établissement, sa valeur non imposable est assimilée à une valeur imposable et la somme payable à son égard est assimilée à une taxe.
Les articles 253.27 à 253.31 ne s’appliquent pas à toute autre unité ou à tout autre établissement dont la valeur, lors de l’entrée en vigueur du rôle visé, cesse d’être non imposable ou commence à l’être.
N’est pas visée au deuxième alinéa de l’article 253.31 une modification au rôle qui prend effet après son entrée en vigueur pour tenir compte du fait que la valeur de l’unité ou de l’établissement cesse d’être non imposable ou commence à l’être.
1988, c. 76, a. 78; 1991, c. 32, a. 145; 1999, c. 40, a. 133.
253.35. Les articles 253.27 à 253.34 s’appliquent malgré toute disposition inconciliable d’une loi générale ou spéciale ou d’un règlement pris en vertu d’une telle loi.
Ils ne s’appliquent pas à l’égard des taxes scolaires perçues par une municipalité locale ou un organisme municipal responsable de l’évaluation.
1988, c. 76, a. 78; 1991, c. 32, a. 146.
SECTION IV.4
DÉGRÈVEMENT OU MAJORATION APPLICABLE À CERTAINES TAXES FONCIÈRES
1994, c. 30, a. 78; 1995, c. 7, a. 5; 1998, c. 43, a. 9.
§ 1.  — Dégrèvement
1998, c. 43, a. 10.
253.36. Toute municipalité locale peut, par règlement, prévoir l’octroi d’un dégrèvement, conformément à la présente sous-section, afin de limiter l’augmentation du montant d’une taxe foncière payable pour un exercice financier à l’égard d’une unité d’évaluation, par rapport au montant de la même taxe payable pour l’exercice précédent à l’égard de la même unité, lorsque cette augmentation dépasse un certain pourcentage.
Le règlement adopté en vertu du premier alinéa a effet aux fins d’un seul exercice. La municipalité ne peut adopter un tel règlement aux fins du troisième exercice auquel s’applique son rôle d’évaluation foncière; elle ne peut en adopter un aux fins du deuxième exercice que si elle en a adopté un aux fins du premier. Elle ne peut non plus adopter un tel règlement aux fins d’un exercice auquel s’applique une résolution qu’elle a adoptée en vertu de l’article 253.27, sauf si cette résolution ne vise que le rôle de la valeur locative.
Pour l’application de la présente sous-section, on entend par «rôle» le rôle d’évaluation foncière de la municipalité.
1994, c. 30, a. 78; 1995, c. 7, a. 5; 1998, c. 43, a. 11.
253.37. La municipalité doit, dans le règlement adopté en vertu de l’article 253.36, indiquer toute taxe, parmi celles visées au deuxième alinéa, qui fait l’objet d’un dégrèvement et fixer le pourcentage que doit dépasser l’augmentation du montant de la taxe pour que le dégrèvement s’applique. Pour l’application des articles 253.38 à 253.49, on entend par «taxe» toute taxe indiquée par la municipalité.
Les taxes qui peuvent faire l’objet d’un dégrèvement sont:
1°  la taxe foncière générale;
2°  toute autre taxe foncière imposée, en fonction de la valeur imposable, sur toutes les unités d’évaluation imposables du rôle;
3°  la surtaxe ou la taxe sur les immeubles non résidentiels.
Le pourcentage que peut fixer la municipalité ne peut être inférieur à la somme que l’on obtient en additionnant 5 % et le pourcentage de l’augmentation du total des dépenses prévues au budget de la municipalité pour l’exercice financier considéré par rapport au total de celles prévues à son budget pour l’exercice précédent.
1994, c. 30, a. 78; 1995, c. 7, a. 5; 1998, c. 43, a. 12; 2000, c. 19, a. 30.
253.38. Le montant du dégrèvement applicable à la taxe payable, à l’égard d’une unité d’évaluation, pour le premier exercice financier auquel s’applique le rôle est celui que l’on établit en effectuant consécutivement les opérations suivantes:
1°  multiplier, par le taux de la taxe fixé pour le premier exercice, la valeur imposable de l’unité au 1er janvier de cet exercice;
2°  soustraire, du produit résultant de la multiplication prévue au paragraphe 1°, le montant plafonné de la taxe pour le premier exercice.
On établit le montant plafonné de la taxe pour le premier exercice auquel s’applique le rôle en augmentant, du pourcentage fixé par la municipalité pour cet exercice, le produit que l’on obtient en multipliant, par le taux de la taxe fixé pour l’exercice précédent, la valeur imposable de l’unité au 31 décembre de cet exercice précédent.
Pour l’application du paragraphe 1° du premier alinéa, on soustrait de la valeur imposable de l’unité la partie de cette valeur qui est attribuable à une augmentation visée au paragraphe 7° de l’article 174, que celle-ci soit reflétée dès le dépôt du rôle ou fasse l’objet d’une modification à celui-ci, si l’événement donnant lieu à cette augmentation n’entraîne pas une modification au rôle précédent.
Lorsqu’une unité existant le 1er janvier du premier exercice auquel s’applique le rôle résulte du regroupement de plusieurs unités entières qui existaient la veille, les règles prévues aux trois premiers alinéas s’appliquent à l’égard de la nouvelle unité comme si sa valeur imposable au 31 décembre de l’exercice précédent était la somme des valeurs imposables à cette date des unités regroupées.
Pour l’application de la présente sous-section à l’égard de la surtaxe ou de la taxe sur les immeubles non résidentiels imposée sur une unité d’évaluation visée à l’un des articles 244.13, 244.25 et 244.27, la mention du taux de la taxe signifie la partie de taux applicable à l’unité en vertu de l’article qui la vise.
1994, c. 30, a. 78; 1995, c. 7, a. 5; 1998, c. 43, a. 13.
253.39. Lorsque, après l’application de l’article 253.38 en vue de déterminer si un dégrèvement est applicable à l’égard d’une unité d’évaluation pour le premier exercice financier auquel s’applique le rôle, est apportée à celui-ci ou au rôle précédent une modification touchant la valeur imposable de l’unité au 1er janvier de cet exercice ou au 31 décembre de l’exercice précédent, l’article 253.38 s’applique à nouveau pour tenir compte de la modification.
L’octroi ou le retrait d’un dégrèvement ou tout changement dans le montant d’un dégrèvement déjà octroyé, à la suite de la réapplication de l’article 253.38, est pris en considération, le cas échéant, dans le calcul du montant de taxe à payer en supplément ou à rembourser à la suite de la modification.
1994, c. 30, a. 78; 1995, c. 7, a. 5.
253.40. Lorsqu’une modification au rôle touchant la valeur imposable d’une unité d’évaluation a effet à compter d’une date, postérieure au 1er janvier, comprise dans le premier exercice financier auquel s’applique le rôle, le dernier montant de dégrèvement établi pour cet exercice à l’égard de l’unité, conformément à l’article 253.38 ou au présent article, est remplacé par un nouveau montant de dégrèvement, à compter de la date de la prise d’effet de la modification, si ce nouveau montant diffère du précédent.
On établit ce nouveau montant en effectuant consécutivement les opérations suivantes:
1°  multiplier, par le taux de la taxe fixé pour le premier exercice auquel s’applique le rôle, la moins élevée entre la valeur imposable de l’unité au 1er janvier de cet exercice et sa valeur imposable telle qu’elle existe à la suite de la modification;
2°  soustraire, du produit résultant de la multiplication prévue au paragraphe 1°, le montant plafonné de la taxe pour le premier exercice auquel s’applique le rôle, établi conformément au deuxième alinéa de l’article 253.38.
Si la différence résultant de la soustraction prévue au paragraphe 2° du deuxième alinéa est négative, le nouveau montant de dégrèvement est de 0 $.
Pour l’application du deuxième alinéa, si l’article 253.38 s’applique à nouveau à l’égard de l’unité pour tenir compte d’une modification visée à l’article 253.39 et s’il n’en résulte pas le retrait du dégrèvement à l’égard de l’unité, la valeur imposable de celle-ci au 1er janvier du premier exercice auquel s’applique le rôle et le montant plafonné de la taxe pour cet exercice sont ceux qui sont établis à la suite de la réapplication de l’article 253.38. Si cette réapplication survient après l’application du présent article, celui-ci s’applique à nouveau pour en tenir compte.
1994, c. 30, a. 78; 1995, c. 7, a. 5.
253.41. Lorsque, en vertu de l’article 253.40, un montant de dégrèvement est remplacé par un nouveau, on établit l’ajustement qui découle de ce remplacement en effectuant consécutivement les opérations suivantes:
1°  soustraire, du nouveau montant de dégrèvement, le dernier montant de dégrèvement établi avant la date de la prise d’effet de la modification au rôle qui donne lieu au remplacement;
2°  diviser, par le nombre de jours compris dans l’exercice financier considéré, le nombre de ces jours qui sont postérieurs à la veille de la date de la prise d’effet de la modification;
3°  multiplier, par le quotient résultant de la division prévue au paragraphe 2°, la différence positive ou négative résultant de la soustraction prévue au paragraphe 1°.
Tout ajustement à la hausse ou à la baisse du dégrèvement applicable est pris en considération dans le calcul du montant de taxe à payer en supplément ou à rembourser à la suite de la modification.
1994, c. 30, a. 78; 1995, c. 7, a. 5.
253.42. Si la modification visée au premier alinéa de l’article 253.40 a pour objet de faire cesser l’existence de l’unité d’évaluation en la regroupant avec une autre, dans leur entier, et si les unités regroupées existaient le 1er janvier du premier exercice financier auquel s’applique le rôle et le 31 décembre de l’exercice précédent, l’article 253.40 s’applique comme si les unités regroupées n’en avaient formé qu’une à chacune de ces dates. Pour l’application du présent alinéa, une unité regroupée qui est elle-même issue, directement ou indirectement, du regroupement d’unités entières existant à l’une de ces dates est réputée avoir existé à cette date comme si tout regroupement considéré avait pris effet à cette date.
Si la modification a pour objet de faire cesser l’existence de l’unité en la regroupant avec une autre sans donner lieu à l’application du premier alinéa, en la supprimant purement et simplement, en la divisant ou en y ajoutant une partie d’une autre, l’article 253.40 ne s’applique pas et le dégrèvement cesse d’être applicable à l’égard de l’unité à compter de la date de la prise d’effet de la modification. Dans un tel cas, l’article 253.41 s’applique comme si le nouveau montant de dégrèvement remplaçant le précédent était de 0 $.
Toutefois, le dégrèvement ne cesse pas d’être applicable à l’unité en cas de soustraction d’une partie de celle-ci ou en cas d’addition d’une partie d’une autre unité, si la valeur imposable de cette partie soustraite ou ajoutée n’excède pas 10% de la valeur imposable de l’unité à l’égard de laquelle s’applique le dégrèvement, telle que cette dernière valeur est inscrite au rôle immédiatement avant la date de la prise d’effet de la modification. Dans un tel cas, l’article 253.40 s’applique comme si l’unité continuait d’exister et subissait une baisse ou une hausse, selon le cas, de valeur imposable.
1994, c. 30, a. 78; 1995, c. 7, a. 5.
253.43. Le montant du dégrèvement applicable à la taxe payable, à l’égard d’une unité d’évaluation, pour le deuxième exercice financier auquel s’applique le rôle est celui que l’on établit en effectuant consécutivement les opérations suivantes:
1°  multiplier, par le taux de la taxe fixé pour le deuxième exercice, la moins élevée entre la valeur imposable de l’unité au 1er janvier du premier exercice, compte tenu de l’application du troisième alinéa de l’article 253.38, le cas échéant, et sa valeur imposable au 1er janvier du deuxième exercice;
2°  soustraire, du produit résultant de la multiplication prévue au paragraphe 1°, le montant plafonné de la taxe pour le deuxième exercice.
On établit le montant plafonné de la taxe pour le deuxième exercice auquel s’applique le rôle en augmentant, du pourcentage fixé par la municipalité pour cet exercice, le montant plafonné de la taxe pour le premier exercice, établi conformément au deuxième alinéa de l’article 253.38.
Lorsqu’une unité existant le 1er janvier du deuxième exercice auquel s’applique le rôle résulte du regroupement de plusieurs unités entières qui existaient le 1er janvier du premier exercice et le 31 décembre de l’exercice précédent, les règles prévues aux deux premiers alinéas s’appliquent à l’égard de la nouvelle unité comme si sa valeur imposable au 1er janvier du premier exercice était la somme des valeurs imposables à cette date des unités regroupées et comme si le montant plafonné de la taxe pour le premier exercice, à son égard, était la somme des montants plafonnés de la taxe pour cet exercice à l’égard des unités regroupées. Pour l’application du présent alinéa, une unité regroupée qui est elle-même issue, directement ou indirectement, du regroupement d’unités entières existant le 1er janvier du premier exercice ou le 31 décembre de l’exercice précédent est réputée avoir existé à cette date comme si tout regroupement considéré avait pris effet à cette date.
1994, c. 30, a. 78; 1995, c. 7, a. 5.
253.44. Lorsque, après l’application de l’article 253.43 en vue de déterminer si un dégrèvement est applicable à l’égard d’une unité d’évaluation pour le deuxième exercice financier auquel s’applique le rôle, est apportée à celui-ci ou au rôle précédent une modification touchant la valeur imposable de l’unité au 1er janvier du deuxième exercice, au 1er janvier du premier exercice ou au 31 décembre de l’exercice précédant ce dernier, l’article 253.43 s’applique à nouveau pour tenir compte de la modification.
L’octroi ou le retrait d’un dégrèvement ou tout changement dans le montant d’un dégrèvement déjà octroyé, à la suite de la réapplication de l’article 253.43, est pris en considération, le cas échéant, dans le calcul du montant de taxe à payer en supplément ou à rembourser à la suite de la modification.
1995, c. 7, a. 5.
253.45. Lorsqu’une modification au rôle touchant la valeur imposable d’une unité d’évaluation a effet à compter d’une date, postérieure au 1er janvier, comprise dans le deuxième exercice financier auquel s’applique le rôle, le dernier montant de dégrèvement établi pour cet exercice à l’égard de l’unité, conformément à l’article 253.43 ou au présent article, est remplacé par un nouveau montant de dégrèvement, à compter de la date de la prise d’effet de la modification, si ce nouveau montant diffère du précédent.
On établit ce nouveau montant en effectuant consécutivement les opérations suivantes:
1°  multiplier, par le taux de la taxe fixé pour le deuxième exercice auquel s’applique le rôle, la moins élevée entre la valeur imposable de l’unité au 1er janvier du premier exercice et sa valeur imposable telle qu’elle existe à la suite de la modification;
2°  soustraire, du produit résultant de la multiplication prévue au paragraphe 1°, le montant plafonné de la taxe pour le deuxième exercice auquel s’applique le rôle, établi conformément au deuxième alinéa de l’article 253.43.
Si la différence résultant de la soustraction prévue au paragraphe 2° du deuxième alinéa est négative, le nouveau montant de dégrèvement est de 0 $.
Pour l’application du deuxième alinéa, si l’article 253.43 s’applique à nouveau à l’égard de l’unité pour tenir compte d’une modification visée à l’article 253.44 et s’il n’en résulte pas le retrait du dégrèvement à l’égard de l’unité, la valeur imposable de celle-ci au 1er janvier du premier exercice auquel s’applique le rôle et le montant plafonné de la taxe pour le deuxième exercice sont ceux qui sont établis à la suite de la réapplication de l’article 253.43. Si cette réapplication survient après l’application du présent article, celui-ci s’applique à nouveau pour en tenir compte.
1995, c. 7, a. 5.
253.46. Lorsque, en vertu de l’article 253.45, un montant de dégrèvement est remplacé par un nouveau, on établit l’ajustement qui découle de ce remplacement en effectuant consécutivement les opérations suivantes:
1°  soustraire, du nouveau montant de dégrèvement, le dernier montant de dégrèvement établi avant la date de la prise d’effet de la modification au rôle qui donne lieu au remplacement;
2°  diviser, par le nombre de jours compris dans l’exercice financier considéré, le nombre de ces jours qui sont postérieurs à la veille de la date de la prise d’effet de la modification;
3°  multiplier, par le quotient résultant de la division prévue au paragraphe 2°, la différence positive ou négative résultant de la soustraction prévue au paragraphe 1°.
Tout ajustement à la hausse ou à la baisse du dégrèvement applicable est pris en considération dans le calcul du montant de taxe à payer en supplément ou à rembourser à la suite de la modification.
1995, c. 7, a. 5.
253.47. Si la modification visée au premier alinéa de l’article 253.45 a pour objet de faire cesser l’existence de l’unité d’évaluation en la regroupant avec une autre, dans leur entier, et si les unités regroupées existaient le 1er janvier du premier exercice financier auquel s’applique le rôle, l’article 253.45 s’applique comme si les unités regroupées n’en avaient formé qu’une à cette date et comme si le montant plafonné de la taxe pour le deuxième exercice, à l’égard de la nouvelle unité, était la somme des montants plafonnés de la taxe pour cet exercice à l’égard des unités regroupées. Pour l’application du présent alinéa, une unité regroupée qui est elle-même issue, directement ou indirectement, du regroupement d’unités entières existant le 1er janvier du premier exercice est réputée avoir existé à cette date comme si tout regroupement considéré avait pris effet à cette date.
Si la modification a pour objet de faire cesser l’existence de l’unité en la regroupant avec une autre sans donner lieu à l’application du premier alinéa, en la supprimant purement et simplement, en la divisant ou en y ajoutant une partie d’une autre, l’article 253.45 ne s’applique pas et le dégrèvement cesse d’être applicable à l’égard de l’unité à compter de la date de la prise d’effet de la modification. Dans un tel cas, l’article 253.46 s’applique comme si le nouveau montant de dégrèvement remplaçant le précédent était de 0 $.
Toutefois, le dégrèvement ne cesse pas d’être applicable à l’unité en cas de soustraction d’une partie de celle-ci ou en cas d’addition d’une partie d’une autre unité, si la valeur imposable de cette partie soustraite ou ajoutée n’excède pas 10% de la valeur imposable de l’unité à l’égard de laquelle s’applique le dégrèvement, telle que cette dernière valeur est inscrite au rôle immédiatement avant la date de la prise d’effet de la modification. Dans un tel cas, l’article 253.45 s’applique comme si l’unité continuait d’exister et subissait une baisse ou une hausse, selon le cas, de valeur imposable.
1995, c. 7, a. 5.
253.48. Les articles 253.36 à 253.47 s’appliquent à l’égard de toute unité d’évaluation dont la valeur imposable est établie conformément à l’un des articles 211, 231.1, 231.2 et 231.4 de la présente loi et 33 de la Loi sur les biens culturels (chapitre B‐4).
Toutefois, l’augmentation de valeur imposable due au fait qu’une disposition mentionnée au premier alinéa cesse de s’appliquer à l’unité ne donne lieu ni à l’octroi d’un dégrèvement à son égard ni à l’augmentation du montant d’un dégrèvement déjà applicable à son égard.
1995, c. 7, a. 5.
253.49. Les articles 253.36 à 253.47 s’appliquent, compte tenu des adaptations prévues au deuxième alinéa, à l’égard de toute unité d’évaluation non imposable à l’égard de laquelle doit être versée la somme prévue au premier ou au troisième alinéa de l’article 205, au premier alinéa de l’article 208, au deuxième alinéa de l’article 210 ou au premier alinéa de l’article 254.
Les adaptations visées au premier alinéa sont les suivantes:
1°  dans le cas de toute unité visée au premier alinéa, à l’exception de celle à l’égard de laquelle doit être versée la somme prévue au troisième alinéa de l’article 205, sa valeur non imposable est assimilée à une valeur imposable;
2°  dans le cas de toute unité à l’égard de laquelle doit être versée la somme prévue au troisième alinéa de l’article 205, la valeur non imposable du terrain compris dans l’unité est assimilée à la valeur imposable de l’unité;
3°  dans le cas de toute unité à l’égard de laquelle doit être versée la somme prévue au deuxième alinéa de l’article 210 ou la somme prévue au premier alinéa de l’article 254, lorsque le montant de cette dernière est établi conformément au premier alinéa de l’article 255, la somme qui tient lieu de la taxe est assimilée à celle-ci;
4°  dans le cas de toute unité à l’égard de laquelle doit être versée la somme prévue au premier ou au troisième alinéa de l’article 205, cette somme est assimilée à la taxe dont elle tient lieu et le fait que la municipalité indique plus d’une taxe en vertu de l’article 253.37 ne donne pas lieu à plus d’un dégrèvement applicable à la somme;
5°  dans le cas de toute unité à l’égard de laquelle doit être versée la somme prévue au premier alinéa de l’article 254, lorsque son montant est établi conformément à l’un des trois derniers alinéas de l’article 255:
a)  cette somme est assimilée à la taxe dont elle tient lieu et le fait que la municipalité indique plus d’une taxe en vertu de l’article 253.37 ne donne pas lieu à plus d’un dégrèvement applicable à la somme;
b)  le taux qui est prévu au deuxième, au troisième ou au quatrième alinéa de l’article 255, selon le cas, et qui correspond à un pourcentage du taux global de taxation de la municipalité est assimilé au taux de la taxe fixé par la municipalité;
c)  la modification du taux visé au sous-paragraphe b, due au fait que le taux global de taxation basé sur les données prévues au rapport financier remplace le taux global de taxation provisoire, donne lieu à la réapplication de l’article 253.38 ou 253.43 comme s’il s’agissait d’une modification visée à l’article 253.39 ou 253.44.
Toutefois, le fait qu’une unité cesse d’être, ou commence à être, l’une de celles à l’égard desquelles doit être versée la somme prévue au premier ou au troisième alinéa de l’article 205 ou la somme prévue au premier alinéa de l’article 254, lorsque le montant de cette dernière est établi conformément à l’un des trois derniers alinéas de l’article 255, ne donne lieu ni à l’octroi ou au retrait d’un dégrèvement à l’égard de l’unité, ni à l’augmentation ou à la diminution du montant d’un dégrèvement déjà applicable à son égard. Il en est de même lorsqu’une unité à l’égard de laquelle le montant de la somme prévue au premier alinéa de l’article 254 est établi conformément au deuxième ou au troisième alinéa de l’article 255 devient une unité à l’égard de laquelle ce montant est établi conformément au quatrième alinéa de cet article, ou vice versa.
1995, c. 7, a. 5; 1996, c. 67, a. 54; 1999, c. 31, a. 10.
253.50. L’augmentation de valeur imposable due au fait qu’une unité d’évaluation non imposable, autre que celles visées à l’article 253.49, devient imposable ne donne pas lieu à l’octroi d’un dégrèvement à l’égard de l’unité.
1995, c. 7, a. 5.
§ 2.  — Majoration
1998, c. 43, a. 14.
253.51. Toute municipalité locale peut, par règlement, prévoir la majoration du montant d’une taxe foncière payable pour un exercice financier à l’égard d’une unité d’évaluation, afin de limiter le pourcentage de la diminution, par rapport au montant de la taxe payable à l’égard de l’unité pour l’exercice précédent, qui est due à l’entrée en vigueur du rôle d’évaluation foncière de la municipalité.
Le règlement adopté en vertu du premier alinéa a effet aux fins d’un seul exercice. La municipalité ne peut adopter un tel règlement aux fins du troisième exercice auquel s’applique son rôle; elle ne peut en adopter un aux fins du deuxième exercice que si elle en a adopté un aux fins du premier. Elle ne peut non plus adopter un tel règlement aux fins d’un exercice auquel s’applique une résolution qu’elle a adoptée en vertu de l’article 253.27, sauf si cette résolution ne vise que le rôle de la valeur locative.
1998, c. 43, a. 14.
253.52. La municipalité doit, dans le règlement adopté en vertu de l’article 253.51, indiquer toute taxe, parmi celles visées au deuxième alinéa, qui fait l’objet d’une majoration et fixer le pourcentage que doit dépasser la diminution du montant de la taxe pour que la majoration s’applique.
Les taxes qui peuvent faire l’objet d’une majoration sont:
1°  la taxe foncière générale;
2°  toute autre taxe foncière imposée, en fonction de la valeur imposable, sur toutes les unités d’évaluation imposables du rôle;
3°  la surtaxe ou la taxe sur les immeubles non résidentiels.
Le pourcentage que fixe la municipalité ne peut être inférieur à 10 %.
1998, c. 43, a. 14.
253.53. La municipalité doit, dans le règlement adopté en vertu de l’article 253.51, prévoir:
1°  les règles permettant d’établir le montant, avant majoration, de la taxe payable à l’égard de l’unité pour l’exercice aux fins duquel a effet le règlement et le montant de la taxe payable à l’égard de l’unité pour l’exercice précédent;
2°  les règles permettant de ne prendre en considération que la diminution du montant de la taxe qui est due à la baisse de la valeur imposable de l’unité découlant de l’évolution du marché immobilier reflétée lors de l’entrée en vigueur du rôle;
3°  les règles permettant d’appliquer la majoration à l’égard d’une unité qui est issue du regroupement d’unités entières;
4°  les règles applicables en cas de modification de la valeur imposable de l’unité, en fonction de la date de sa prise d’effet;
5°  les modalités de l’application de la majoration.
La municipalité peut, dans le règlement, prévoir d’autres règles utiles à l’application de la majoration.
1998, c. 43, a. 14.
SECTION IV.5
DIVERSIFICATION TRANSITOIRE DES TAUX DE CERTAINES TAXES FONCIÈRES
1998, c. 43, a. 15.
253.54. Toute municipalité locale peut, au lieu de fixer un seul taux aux fins du calcul du montant d’une taxe payable pour un exercice financier, en fixer trois selon les règles prévues par la présente section.
La municipalité désigne une ou plus d’une taxe à l’égard de laquelle elle se prévaut du premier alinéa, parmi les suivantes:
1°  la taxe foncière générale;
2°  toute autre taxe foncière imposée, en fonction de la valeur imposable, sur toutes les unités d’évaluation imposables de son rôle d’évaluation foncière;
3°  la surtaxe ou la taxe sur les immeubles non résidentiels.
La municipalité ne peut se prévaloir du premier alinéa à l’égard d’une telle taxe payable pour le troisième exercice auquel s’applique son rôle, ni pour un autre exercice aux fins duquel a effet une résolution ou un règlement adopté par elle en vertu de l’un des articles 253.27, 253.36 et 253.51, sauf si cette résolution ne vise que le rôle de la valeur locative. Elle ne peut s’en prévaloir à l’égard d’une telle taxe payable pour le deuxième exercice auquel s’applique son rôle si elle ne s’en est pas prévalue à l’égard de la même taxe payable pour le premier exercice.
Pour l’application de la présente section, on entend par «taxe» chaque taxe, prise individuellement, à l’égard de laquelle la municipalité se prévaut du premier alinéa.
1998, c. 43, a. 15.
253.54.1. Dans le cas où la municipalité se prévaut du pouvoir prévu à l’article 244.29, elle peut désigner la taxe foncière générale, en vertu du deuxième alinéa de l’article 253.54, uniquement à l’égard du taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels prévue à l’article 244.33 ou du taux de base prévu à l’article 244.38 et seulement si le taux peut, en vertu du deuxième alinéa du présent article, être visé par la désignation.
Le taux particulier à la catégorie des immeubles non résidentiels peut être visé par la désignation dans l’hypothèse de l’inexistence d’un taux particulier à la catégorie des immeubles industriels prévue à l’article 244.34. Le taux de base peut l’être dans l’hypothèse de l’inexistence d’un taux particulier à la catégorie des immeubles de six logements ou plus prévue à l’article 244.35.
Si les deux taux peuvent être visés par la désignation, celle-ci est présumée viser l’un et l’autre. Toutefois, la municipalité peut préciser lequel de ceux-ci est exclusivement visé.
Si la municipalité effectue la désignation, la taxe que visent les troisième et quatrième alinéas de l’article 253.54 est la taxe foncière générale telle qu’elle s’applique distinctement aux unités d’évaluation appartenant, selon le cas, à la catégorie des immeubles non résidentiels ou à la catégorie résiduelle prévue à l’article 244.37.
2000, c. 54, a. 83.
253.55. La municipalité détermine trois tranches sur l’échelle des variations de valeur imposable possibles, exprimées sous forme de pourcentage, que peuvent connaître, par application de l’article 253.56, les unités d’évaluation assujetties à la taxe.
L’échelle comprend, dans l’ordre, les baisses, de la plus forte à la plus faible, la variation nulle et les hausses, de la plus faible à la plus forte.
Les tranches déterminées aux fins du calcul du montant de la taxe payable pour le premier exercice financier auquel s’applique le rôle valent également, le cas échéant, aux fins du calcul du montant de la taxe payable pour le deuxième exercice.
1998, c. 43, a. 15.
253.56. On établit la variation de la valeur imposable d’une unité d’évaluation en comparant celle qui est inscrite au rôle le jour de son entrée en vigueur et celle qui était inscrite la veille au rôle précédent.
Pour l’application du premier alinéa, on ne tient pas compte de la valeur soustraite ou ajoutée par une modification faite au rôle, lors de son entrée en vigueur ou antérieurement, en vertu de l’un des paragraphes 6° à 8°, 12°, 18° et 19° de l’article 174, à moins qu’une modification correspondante ne soit faite au rôle précédent.
Lorsqu’une unité, dans le rôle entrant en vigueur, résulte du regroupement de plusieurs unités entières qui apparaissaient la veille dans le rôle précédent, la somme des valeurs imposables de celles-ci est assimilée à la valeur imposable inscrite au rôle précédent de l’unité résultant du regroupement.
1998, c. 43, a. 15.
253.57. Les unités d’évaluation assujetties à la taxe sont, aux fins de l’établissement des taux, divisées en trois classes.
La classe médiane est formée des unités qui connaissent une variation de valeur imposable comprise dans la tranche médiane déterminée en vertu de l’article 253.55, ainsi que de celles, non visées au troisième alinéa de l’article 253.56, qui apparaissent dans le rôle entrant en vigueur et n’apparaissaient pas la veille dans le rôle précédent.
La classe inférieure est formée des unités qui connaissent une variation de valeur imposable comprise dans la tranche qui regroupe les baisses plus fortes ou les hausses plus faibles que celles de la tranche médiane.
La classe supérieure est formée des unités qui connaissent une variation de valeur imposable comprise dans la tranche qui regroupe les baisses plus faibles ou les hausses plus fortes que celles de la tranche médiane.
Pour l’application des troisième et quatrième alinéas, la variation nulle est assimilée à la baisse ou à la hausse la plus faible.
1998, c. 43, a. 15.
253.58. La composition des classes n’est pas changée par quelque modification au rôle, même rétroactive au jour de l’entrée en vigueur de celui-ci, faite après ce jour.
Toutefois:
1°  une unité qu’une telle modification fait disparaître autrement que de la façon prévue au paragraphe 3° est exclue de la classe dont elle faisait partie;
2°  une unité qu’une telle modification fait apparaître autrement que de la façon prévue au paragraphe 3° est incluse dans la classe médiane;
3°  une unité qu’une telle modification fait apparaître par le regroupement de plusieurs unités entières comprises dans la même classe est incluse dans celle-ci;
4°  une unité change de classe, rétroactivement au jour de l’entrée en vigueur du rôle, lorsque la réapplication de l’article 253.56 prévue au troisième alinéa entraîne ce changement.
Lorsqu’une modification est faite après le jour de l’entrée en vigueur du rôle, en vertu de l’un des paragraphes 1°, 2°, 4°, 5° et 16° de l’article 174, et qu’elle a pour effet de modifier rétroactivement à ce jour la valeur imposable d’une unité, on réapplique l’article 253.56 en tenant compte de la nouvelle valeur. Aux fins de cette réapplication, on tient compte également, le cas échéant, de la modification correspondante faite au rôle précédent. Est assimilée à une modification visée à l’un des paragraphes énumérés toute modification faite en vertu de l’article 182 que l’évaluateur aurait dû effectuer en vertu de ce paragraphe.
1998, c. 43, a. 15; 1999, c. 31, a. 11.
253.59. La municipalité fixe, pour la taxe:
1°  un taux applicable à la classe médiane;
2°  un taux, plus élevé que celui prévu au paragraphe 1°, applicable à la classe inférieure;
3°  un taux, moins élevé que celui prévu au paragraphe 1°, applicable à la classe supérieure.
Dans toute disposition législative ou réglementaire, sauf dans la présente section, la mention du taux de la taxe signifie le taux applicable à la classe dont fait partie l’unité d’évaluation à l’égard de laquelle s’applique la disposition.
Si l’unité change de classe, le changement du taux applicable qui en découle est pris en considération, au même titre que la modification de valeur imposable visée au troisième alinéa de l’article 253.58, dans le calcul du montant de taxe à payer en supplément ou à rembourser à la suite de cette modification.
Si, à la suite de l’application des articles 253.54 et 253.54.1, la taxe visée au premier alinéa est la taxe foncière générale telle qu’elle s’applique distinctement aux unités d’évaluation appartenant à la catégorie résiduelle prévue à l’article 244.37, le taux applicable à la classe médiane est le taux de base prévu à l’article 244.38.
1998, c. 43, a. 15; 1999, c. 31, a. 12; 2000, c. 54, a. 84.
253.60. Les articles 253.54 à 253.59 s’appliquent à l’égard de toute unité d’évaluation dont la valeur imposable est établie conformément à l’un des articles 211, 231.1, 231.2 et 231.4 de la présente loi et 33 de la Loi sur les biens culturels (chapitre B‐4).
Toutefois, dans le cas où la valeur imposable d’une telle unité augmente ou diminue, lors de l’entrée en vigueur du rôle, parce qu’une disposition mentionnée au premier alinéa cesse de s’y appliquer ou commence à le faire, on considère la variation de sa valeur totale, sans égard au caractère totalement ou partiellement imposable de celle-ci. Cette variation est assimilée à celle de la valeur imposable de l’unité.
1998, c. 43, a. 15.
253.61. Les articles 253.54 à 253.59 s’appliquent, dans la mesure prévue au deuxième alinéa et compte tenu des adaptations prévues au troisième, à toute unité d’évaluation non imposable à l’égard de laquelle les taxes foncières sont payables en vertu du premier alinéa de l’article 208 ou à l’égard de laquelle doit être payée une somme prévue au deuxième alinéa de l’article 210 ou au premier alinéa de l’article 254.
Pour que les articles 253.54 à 253.59 s’appliquent à une unité à l’égard de laquelle une telle somme doit être payée, il faut que cette dernière tienne lieu de la taxe et que l’on calcule son montant de la même façon que si l’unité était imposable, en multipliant la valeur non imposable de celle-ci par le taux de la taxe ou, selon le cas, par la partie de celui-ci prévue au deuxième alinéa de l’article 244.13, au deuxième alinéa de l’article 244.25 ou au premier alinéa de l’article 244.27. Si seulement une partie de la somme remplit ces conditions, il faut, pour que les articles 253.54 à 253.59 s’appliquent à l’unité, que cette partie soit distinctement identifiable au sein de la somme.
Les adaptations visées au premier alinéa sont les suivantes:
1°  la valeur non imposable de l’unité est assimilée à sa valeur imposable;
2°  la somme qui tient lieu de la taxe, ou sa partie distinctement identifiable qui le fait, est assimilée à la taxe.
1998, c. 43, a. 15.
253.62. Les articles 253.54 à 253.59 ne s’appliquent pas à l’égard d’une unité d’évaluation dont la valeur, d’imposable qu’elle était la veille, devient non imposable le jour de l’entrée en vigueur du rôle, sauf s’il s’agit d’une unité à l’égard de laquelle ces articles s’appliquent en vertu de l’article 253.61.
Ils s’appliquent à l’égard d’une unité dont la valeur, de non imposable qu’elle était la veille, devient imposable le jour de l’entrée en vigueur du rôle. Dans un tel cas, on considère la variation de sa valeur totale, sans égard à son caractère imposable ou non. Cette variation est assimilée à celle de la valeur imposable de l’unité.
1998, c. 43, a. 15.
SECTION V
PARTICIPATION GOUVERNEMENTALE
254. Le gouvernement verse à une municipalité locale une somme d’argent à l’égard de chaque immeuble situé dans le territoire de cette dernière et visé à l’article 255, pour un montant calculé en vertu de cet article.
Il verse également à une municipalité locale une somme d’argent à l’égard de chaque établissement d’entreprise situé dans le territoire de cette dernière et visé au premier alinéa de l’article 255, pour un montant calculé en vertu de cet alinéa, si une taxe d’affaires est imposée dans ce territoire.
1979, c. 72, a. 254; 1980, c. 34, a. 43; 1991, c. 32, a. 147; 1999, c. 40, a. 133.
254.1. La somme visée à l’article 254 ne peut être versée que si la municipalité locale a produit une demande de paiement sur la formule fournie par la personne qui doit verser cette somme et dans le délai prescrit par le règlement adopté en vertu du sous-paragraphe g du paragraphe 2° de l’article 262.
1982, c. 63, a. 218; 1985, c. 27, a. 103; 1991, c. 32, a. 160.
255. À l’égard d’un immeuble visé aux paragraphes 1° et 2.1° de l’article 204 et à l’égard d’un établissement d’entreprise où l’État, la Société immobilière du Québec, la Société de la Place des Arts de Montréal ou l’École nationale de police du Québec exerce ses activités, les montants sont égaux respectivement à la totalité des taxes foncières municipales et à la totalité des taxes d’affaires qui seraient exigibles si cet immeuble n’était pas exempt de taxe foncière et si l’activité exercée dans cet établissement d’entreprise n’en était pas une en raison de laquelle celui qui l’exerce est exempt de taxes d’affaires.
Sous réserve du quatrième alinéa, à l’égard d’un immeuble visé aux paragraphes 1.2°, 14° et 15° de l’article 204, ainsi qu’à l’égard d’un immeuble visé au paragraphe 17° de cet article utilisé par une personne mentionnée au paragraphe 14° ou 15°, le montant est égal au produit obtenu par la multiplication de la valeur inscrite au rôle de cet immeuble par un taux égal à 80 % du taux global de taxation de la municipalité locale.